| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

La Une du mensuel Turbulence !, n° zéro publiée en Novembre 87 En ce 12 novembre 1987, en pleine cohabitation, déjà idole yéyé, et future idole nationale, Hallyday est un chanteur populaire et singulier. Et «  la bête de scène, comme on le surnomme bien souvent, grimpe sur les planches lavalloises » de la salle Po. Hallyday, « la bête charme, agace, fait battre les cœurs, grincer les dents  » écrit Turbulence ! dans un numéro zéro du nouveau mensuel du Comité d’animation de la ville de Laval, un n° zéro que le grand public ne verra jamais et que leglob-journal vous dévoile. En Une, un Hallyday barbu annoncé le 12 novembre, il y a tout juste 30 ans pour un concert à la salle polyvalente de Laval. Flash-back.

Par Thomas H.

« Adulé ou détesté, une certitude : Johnny se classe parmi les têtes d’affiches du show-biz » écrit Turbulences en 1987, le nouveau journal de huit pages en noir et blanc, du comité d’animation de la ville de « Laval, une ville en mouvement, en turbulence  ».

Turbulence ! est un mensuel municipal lancé cette année-là par Jean-Yves Gougeon l’adjoint à la culture de l’époque et président du comité d’animation qui signe l’édito sous le titre Une aventure.

« La scène est monstrueuse, démentielle s’enthousiasme Turbulence ! […] Six semi-remorques de matériels, soixante personnes débarquent au matin du 12 novembre. En fait Bercy descend à Laval. Grandiose, oui nous aurons du grandiose ! »

À l’automne 87, c’est le retour sur scène de l’Idole des jeunes qui a délaissé le yéyé. Un Hallyday qui se cherche tiraillé entre succès et miroirs aux alouettes qui avait « délaissé depuis 2 ans et demi, les tournées continuelles [qui] lui avait retiré tout plaisir. L’acteur avait pris le pas sur le chanteur. Détective de Godard, ou Conseil de famille de Costa Gavras […] aujourd’hui Johnny le chanteur qui semblait un peu à bout de souffle ces dernières années, apparaît, sous l’impulsion de Jean-Jacques Goldman et Michel Berger, ses nouveaux compositeurs, retrouver une seconde jeunesse.

Johnny en 1961 lançant le Twist en France - (c) photo UPI/AFP

Nouvelle image. Nouveau look qui fait recette. À 44 ans Johnny s’offre à Laval deux heures de concert non-stop.  »

Le mensuel du comité d’animation de la ville est fier d’annoncer sur deux pages la venue de celui qui commence à devenir plus qu’un simple chanteur.

Il faut bien dire Hallyday à la Salle Po en 87, c’est un méga événement pour la ville. Comme si en 2017 par exemple les Stones choisissaient Laval pour un unique concert en Europe, toutes proportions gardées. Et c’est à l’initiative de l’équipe municipale de gauche emmenée par l’adjoint à la culture Jean-Yves Gougeon et président du comité d’animation de la ville.

Il se souvient qu’il avait fallu appeler une infirmière en urgence juste avant le concert. En sortant, elle expliqua à ceux qui s’inquiétait qu’elle avait dû faire une piqure dans le gras des fesses de Johnny Hallyday. Mais on en saura pas plus.

Celui qui a cherché à retenir la nuit s’était déjà produit aux début des années soixante dans la ville préfecture de la Mayenne. « Chacun se souvient qu’il est venu la même année qu’Aznavour, et que c’était au théâtre... raconte Jean Yves Gougeon qui écrit dans Turbulence !, il y avait un monde fou, c’était délirant. Hallyday est monté sur le piano pour chanter Let’s twist again, chanson avec laquelle il lance le twist à l’Olympia en 1961. Ensuite l’idole s’est réfugiée à l’hôtel de Paris où il a dîné entouré de ses amis...et de quelques privilégiés. Cette époque est déjà bien loin,  » mais « ses fans veulent savoir » encore à présent « si il est possible de le rencontrer, le toucher. »

Photo Turbulence ! publiée en Novembre 87

Dans les deux pages consacrées à la venue de Hallyday à Laval, le rédacteur-en-chef de Turbulence ! écrit « Le public lui, jubile : c’est génial, c’est super ! » Dominique Sorin rapporte un extrait d’un interview de Michel Berger.

« J’ai imaginé chaque chanson comme un tableau animé où l’essentiel est concentré sur l’artiste. On retrouvera Johnny plus humain, plus spontané et qui continue à déchaîner les passions du public sans pour autant perdre son image de grand fauve blessé par la vie, et de chanteur abandonné ».

Dominique Sorin rapporte encore les propos de Michel Berger : « Ce sera un show à la fois dépouillé et spectaculaire, épuré et sophistiqué. Il n’y aura que cent projecteurs, une batterie de sky-tackers (énormes projecteurs utilisés aux États-Unis) et une quinzaine de poursuites commandées à la main pour dessiner autour de Johnny tout un ballet de pinceaux lumineux et récréer une ambiance de lumières propres au cinéma. La scène sera mobile […] pas d’effets gratuits ! »

Turbulence ! prévoyait « un concert très rock, puisé très largement dans ses derniers albums. Un concert sobre, dépouillé où les roulades de l’artiste sont complètement exclues. » écrit Sorin, comme s’il fallait rassurer le public lavallois. S’en suit un bout d’entretien donné par Hallyday au journal Le Monde le 12 septembre 1987 et publié dans Turbulences !

« Michel Berger m’a fait apprendre le piano six heures par jour pendant l’été pour que je puisse m’accompagner moi-même dans Rock and roll attitude. Et pour saluer aussi Jerry Lee Lewis. » Pour Dominique Sorin de Turbulence !, il s’agit d’ « une autre manière pour lui de "donner ce qu’il a de mieux", selon son expression. »

Un peu plus loin dans un autre interview accordé à l’été 87 à Paroles et Musique, Hallyday déclarait au journaliste qui lui demandait pourquoi il n’écrivait pas de paroles : « Je n’ a pas le talent pour ça. J ’ai beau me pencher deux jours de suite sur une musique, raconte Hallyday, je n’arrive pas à trouver des paroles pour mettre dessus. […] dans le rock’n roll, il faut des gimmicks. Des paroles qui reviennent souvent. Le roi pour ça c’est Goldman. […] moi je ne suis qu’un interprète. »

Le journaliste poursuit et demande : « on raconte que vous avez des cordes vocales doubles. C’est une blague ? » La réponse de Johnny c’est : « Non, non. c’est vrai . Il y a des gens qui sont difformes. Moi, mon anomalie c’est d’avoir les cordes vocales doubles. Ça explique peut-être qu’avec tous ces hurlements que je pousse, elles n’aient pas encore pété.  »

Photo Turbulence ! publiée en Novembre 87

Johnny qui a « changé cent fois d’image » selon le journaliste de Paroles et Musique l’interroge à ce sujet : « on a souvent mis ça sur le compte d’un certain opportunisme... » Et Hallyday de répondre : « Je suis un opportuniste, c’est vrai.

Et il ajoute : « Mais en même temps, j’ai toujours été sincère ? Même pendant ma période hippie. À l’époque, je vivais avec Nanette Workman qui était complètement branchée là-dessus. C’était l’époque psychédélique ; on passait notre temps à fumer du Haschich. C’était aussi à ce moment-là que j’ai connu Jimi Hendrix. »

Dix ans plus tard, dans le journal Le Monde, il se confira. Sa vraie vie. La solitude, la cocaïne. Des disparus, Jimi Hendrix, Brian Jones : « L’impression d’être un survivant ne me quitte plus guère. (...) Je suis comme ces grands malades qui ne se battent plus que pour ne pas mourir. » Il déclarera que la mort ne lui fait pas peur s’il s’agit « d’y passer violemment », mais elle l’effraie si elle est « certitude de l’échéance inévitable ». Le Johnny de Laval, d’il y a trente ans faisait parti comme l’écrit Turbulence ! d’une « tournée provinciale qui a débuté début octobre 1987, et se terminera fin février. Dans l’ouest, Hallyday s’arrêtera au Mans, à Laval, et à Rennes. »

À présent, il s’est complètement arrêté. Et il a tourné le dos à la vie. Mais sa présence sur scène, ses spectacles, sa gueule, et ses titres qu’on fredonnent toujours, tout cela reste là. Il suffit de mettre une pièce dans le juke-box pour raviver les... Souvenirs ! souvenirs !


Réagir

Quand "Turbulence !" à Laval annonçait la venue de Johnny Hallyday en 1987

Publié le: 7 décembre 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Actuel Cultures Histoire
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Vous aimerez lire aussi sur leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS