| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Élections à gros tracas, que ces Régionales coincées entre les attentats du 13 Novembre et la fin de l’année enguirlandée. A un peu plus d’un an des Présidentielles. Des élections qui mettent les acteurs face à leurs responsabilités. Le Front national doit arrivé en tête, c’est prédit. Et ce rendez-vous électorale a représenté pour les candidats une gageure énorme, faire campagne malgré tout. Et pour les futurs électeurs cela veut dire un sacré effort d’attention sur la question pour se mobiliser en cette période trouble. Une élection avant les Présidentielles de tous les dangers.

- Par Samuel T.

Les futurs votants ne semblent pas être dans une situation propice pour aller rejoindre les urnes. C’est même tout le contraire. Pour eux, il n’y a pas vraiment d’état d’urgence, non ! Ce qui les occupe plutôt, c’est l’épisode qui s’est ouvert le 13 Novembre. Un épisode au temps long et avec lequel il va falloir vivre au quotidien.

Au final, il est prédit une abstention forte, à très forte. Il est prédit aussi une très importante percée du Front national. La zone de très grosses turbulences que traverse la France - avec ces énormes orages foudroyant qui se sont abattus sur sa Capitale - n’est en effet guère propice à la sérénité électorale. Les candidats qui ont été freinés dans leur campagne électorale de proximité et de terrain qualifient pour certains leurs actions politiques - même si ils font bonne figure sur Twitter - de « campagne impossible ».

Difficile en effet de mobiliser. Sur des propositions raisonnables. Les préoccupations du moment des futurs électeurs ne sont pas forcément celles que préconisent les candidats aux Régionales et la sécurité n’est pas un des compétences de la Région. En plus de cela la Région fait figure d’« objet non identifié », bien éloignée des citoyens. C’est comme cela que les électeurs voient ce « rassemblement » de plusieurs départements hétéroclites sans quelquefois pouvoir les citer tous. Alors les compétences !

Les préoccupations anciennes n’ont pas pour autant été gommées et les « professions de foi  » n’y répondent pas franchement. De fait le désamour entre la politique et les citoyens est plus tenace que jamais.

En Pays de la Loire, la région risque de faire comme disent les pessimistes-réalistes « machine arrière  » et pour d’autres « elle va retrouver le bon chemin ». L’assemblée régionale pourrait revenir à une majorité politique qu’elle avait connue, quand l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy présidait le Conseil régional.

La région n’est pas une banque, mais elle draine beaucoup d’argent prélevée par l’imposition sur les Ligériens, c’est à dire les habitants de la Région Pays de la Loire. « Équipements de proximité, crèches, maisons de santé, bibliothèque, soutien au dernier commerce, équipements culturels ou sportifs, ateliers relais, pépinière d’entreprises : les projets inscrits au contrat concourent à améliorer la qualité de vie des habitants », peut-on lire dans la communication institutionnelle du Conseil régional .

« Ces 10 dernières années, ce sont plus de 543 millions d’euros qui ont été injectés par la Région dans l’économie locale ligérienne contribuant ainsi à l’équilibre du territoire régional. ». Ça fait beaucoup d’argent !

Et cette fois la Région va prendre un virage prédit-on. C’est avec un « gars de la Vendée », que l’alternance pourrait se faire. Pas rien et plutôt significatif. Exit disent les Cassandre électorales la coalition de la gauche et des écolos emmenée par le N°2 de la Région Christophe Clergeau qui propose cette fois la « gratuité des transports scolaires » après avoir mise en place celle des livres scolaires.

C’est donc « un tenant de la droite forte » qui peut prétendre emporté la mise. Ancien président du Conseil général de Vendée et sénateur, Bruno Retailleau aurait le vent en poupe pour réaliser l’alternance régionale et présider « le bateau nantais  ».

« Ce n’est pas un tendre » confient ceux qui sont inquiets de ce revirement possible. Certains évoquent même pour marquer les esprits et sous forme de boutade, la prédiction du « retour du crucifix dans les lieux publics  ». Des élus étiquetés Modem ont d’ailleurs fait leur coming-out en préférant finalement Christophe Clergeau (PS) parce qu’ils se sont dit effrayés par les sirènes « décomplexées » entonnées par le tête de liste de la droite de coalition LR-UDI qui se positionnerait « dans les rails du FN ».

Le président sortant de la région Jacques Auxiette évoque le spectre du système des dépouilles, « la droite c’est le renoncement : ce qu’une majorité a fait, une autre peut la défaire ! ». En guise de bilan, la gauche régionale sortante avance un « taux de chômage et de pauvreté le plus faible de France  » en étant peu précis, quand la droite LR-UDI qui brigue le retour aux affaires régionales, elle fait les comptes d’une tout autre façon et avance « 122 000 chômeurs de plus depuis 2004  ». A chacun sa vision, c’est ça la politique.

Quand la première met en avant qu’elle souhaite par exemple « agir pour la qualité de l’alimentation et contre le gaspillage alimentaire », la seconde parle sous la rubrique « Trop de gaspillages » d’« un fonctionnaire de plus tous les 15 jours depuis l’arrivée de la gauche. » A chacun sa vision. A chacun son dada.

“Parler vrai, agir vite”. C’est le slogan de la liste de l’Union de la droite LR-UDI qui souhaite faire de la région « une arme anti-crise ». Rien de moins. La précipitation et l’esprit de revanche toutefois que connote l’adjectif “vite” nous renvoie au slogan du Front national du temps de Le Pen, le père, qui - il n’y a pas si longtemps - faisait placarder des affiches un peu partout, sous les pont, les ouvrages d’autoroutes où l’on pouvait lire « le FN, vite ! »

Le Front national justement qui est lui aussi porté par un vent d’impatience au national souhaite « une région Bleu Marine  » même en Pays de la Loire (uniformisation des bulletins de vote) alors qu’il est surtout donné vainqueur en Nord-Pas de Calais ou Champagne-Ardennes. Le Parti de Marine Le Pen réutilise son discours éculé pour asséner que « L’UMPS fait toujours les mêmes promesses cent fois trahies ». Il faut croire que cela marche.

Sinon pour le reste des listes en présence en Pays de la Loire, les écologistes d’Europe Écologie Les Verts militent pour une « écologie concrète, d’ouverture et d’action » et souhaitent «  partager plus qu’une région ». Le PCF, le Front de Gauche et le MRC s’intéressent eux à « l’humain d’abord  » et se disent un « rassemblement pour une alternative à l’austérité  ». Lutte Ouvrière qui a, comme à chaque fois, comme intention de « faire entendre le camp des travailleurs » appelle les électeurs à se servir de leurs bulletins de vote « pour dire [qu’ils ne sont] pas d’accord  ».

Debout la France avance « 10 propositions concrètes et immédiates  » comme le paiement des élus « en fonction de leurs temps de présence et de leur travail  », et aussi « les services publics, les gares, les gendarmeries [qui doivent être] maintenus dans les petites et moyennes communes  ». Enfin l’UPR, se veut « le rassemblement des Français libres ».

Mais il y a un parti qui doit être dans toutes les têtes, c’est celui de la démocratie et de la République par le vote. Par le choix. Par la participation au scrutin. Et pour sans convaincre encore un peu plus, il n’est qu’à "détourner" le concept de Jean-Paul Sartre issu de Mai 68 et immortalisé par l’écrivain dans Les Temps modernes en 1973 : "Élections : piège à cons" écrivait-il. Aujourd’hui, autre temps, autre "modernité", autres risques, parlons plutôt d’"Abstention : piège à cons". Et allons tous voter !


Réagir

Régionales 2015 : des élections de tous les dangers !

Publié le: 3 décembre 2015
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Politique Gauche Droite Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS