Rihaoui Chanfi, du PS à LREM-53, répond à nos questions un an après

 

Soirée de soutien avant le deuxième tour de la Présidentielle
Soirée de soutien avant le deuxième tour de la Présidentielle
Premier tour : dernier meeting de François Hollande à Carmaux, la ville de Jean Jaurès ; Riahoui Chanfi est sur la tribune avec les militants MJS de Haute-Garonne

lettreinew-4.jpgIl s’appelle Rihaoui Chanfi, Animateur LREM sur Laval, il roule pour celui qui a permis à notre pays d’éviter Marine Le Pen. Un an et un an avant les européennes, c’est retour sur le présent. Passé du PS à la République en marche, Rihaoui Chanfi a soutenu le candidat Macron alors qu’il avait participé cinq ans auparavant à la campagne de François Hollande avec le Mouvement des Jeunes Socialistes. Comment ce militant de gauche a-t-il vécu la première année de Présidence libérale et un brin autoritaire d’Emmanuel Macron ? Que pense-t-il des réformes ancrées à droite du gouvernement d’Édouard Philippe? Quel regard porte-t-il sur le mouvement LREM en Mayenne? Et comment voit-il les élections municipales à Laval ?

Entretien avec Rihaoui Chanfi

Leglob-journal : Vous aviez déclaré sur leglob-journal le soir de l’élection présidentielle qu’« Avec Macron Président, on a sauvé la République » vous êtes toujours aussi enthousiaste ?

rihaouiportraitsmall-2.jpg
Rihaoui Chanfi

lettreguiillemetsfrancaisouverture-10.jpgRihaoui Chanfi : Enthousiaste, ce n’est pas vraiment le sentiment que j’avais à ce moment là. J’étais, comment dire, plutôt rasséréné. On a tendance à l’oublier, mais la victoire d’Emmanuel Macron a évité l’arrivée du populisme au pouvoir et la faute morale si le candidat de droite était parvenu à se qualifier, au second tour de l’élection présidentielle.

Le contexte de l’élection présidentielle était quand même catastrophique : entre la folle stratégie du candidat socialiste de courir derrière Jean-Luc Mélenchon et d’en finir avec l’esprit de responsabilité, les affaires quasi hebdomadaires du candidat de droite, la percée de l’extrême-droite dans les sondages, il ne restait qu’un seul vote tangible, et évident celui d’Emmanuel Macron.

On a beaucoup raillé mon euphorie au soir du second tour des Présidentielles. Alors, J’aimerais simplement que l’on n’oublie pas que le Front national était au second tour avec 11 millions de voix, et c’est considérable. Marine Le Pen ne pouvait pas gagner, mais elle aurait pu faire beaucoup plus si elle n’avait pas montré son vrai visage, sa violence, son impréparation, et manqué totalement de crédibilité, sur l’Europe notamment, lors du débat de l’entre-deux-tours.

rihaouilrem2017small-2.jpg
Lors d’une opération En Marche dans la rue

Il faut se souvenir également de la crise politique notamment la défiance des français pour les hommes politiques à cette époque. Un an après cette élection mon sentiment n’a pas évolué. Après une première année de mesures économiques, le temps des mesures sociales débute.

Des mesures importantes ont été mises en œuvre  depuis le début du quinquennat, mais comme l’affirme Marc Ferracci et MM. Aghion, Martin et Pisani-Ferry dans la note adressé au Président, certaines mesures ne sont « pas à la hauteur des ambitions initiales ».

Leglob-journal : Vous êtes Animateur sur Laval de la LREM en Mayenne, en quoi cela consiste-t-il ?

Cette fonction que j’assume de manière collégiale avec Olivier Lohéac a plusieurs objectifs : Regrouper les adhérents sur un territoire de l’Agglomération Lavalloise, qui souhaitent s’engager et coordonner leur action. Mener des actions collectives sur le territoire, y compris de nature sociale ou culturelle.

Nous devons aussi favoriser le débat d’idées au sein de La République En Marche et participer à l’élaboration du projet du mouvement.
Il faut également faire connaître le projet et l’action de LREM sur le territoire et susciter l’adhésion de nouveaux membres, mais aussi faire remonter auprès des instances nationales sur tous les sujets et les doléances des citoyens. Enfin permettre l’émergence de femmes et d’hommes politiques au service du renouvellement de la vie politique française. Bref, c’est du job. Et pour pouvoir faire que tout cela soit concret, nous avons mis en place (et nous continuerons à faire) des actions de terrain pour aller à la rencontre des Lavallois.

Rihaoui Chanfi alors qu’il était encore au MJS

 

Leglob-journal : Estimez-vous que LREM 53 est suffisamment actif dans le département de la Mayenne?

Nous sommes aujourd’hui dans un période spécifique : le mouvement sort d’une phase de construction dans le département et nous sommes en période non-électorale.

Malgré cela je pense que LREM 53 est assez actif, surtout quand on regarde l’inaction des autres partis en Mayenne. Depuis le début de l’année de nombreuses actions ont été menées : Convention du mouvement en début d’année, mise en place de projets citoyens, tractage sur les marchés, porte à porte pour la grande Marche de l’Europe, réunions thématiques…

Bien sûr qu’on pourrait et voudrait faire plus, mais il ne faut pas oublier la typologie des militants LREM 53, qui sont pour la majorité des novices en politique, des primo-militants. Le travail du Référent départemental, Philippe Morisset est remarquable et ce malgré les nombreuses embûches qu’il a dû surmonter depuis sa nomination. Les fondations sont aujourd’hui solides : constitution, bureau politique, nomination d’animateur locaux, des référents thématiques. L’activité de LREM 53 va ainsi se poursuivre de manière plus assidue et plus efficace…

rihaouilremartuissmall.jpg
Après la journée consacrée à la « Grande marche de l’Europe », avec les militants mayennais ; on reconnait Jean Arthuis aux cotés de Rihaoui Chanfi.

Leglob-journal : On a parlé d’UDIsation du mouvement LREM 53, avez-vous le sentiment que le « Et gauche et droite » prôné par le candidat Macron est effectif notamment en Mayenne?

UDIsation ? Ce terme n’a aucun sens ! LREM n’est pas un clone du Parti Communiste soviétique ou Chinois ! On n’oblige aucun militant à adopter des idéologies politiques avec lesquelles il ne se sent pas en accord. Chaque opinion est respectée au sein de notre mouvement. Certes de nombreux militants actifs avaient déjà une carte au sein de l’UDI, mais parler d’UDIsation n’a aucun sens.

Si aujourd’hui des militants de « gauche »  ne sont plus aussi actifs c’est un choix personnel de chacun car aucun militant n’a été mis au ban. C’est trop facile de quitter le navire et derrière remettre en cause la composition actuelle du mouvement. Si vous voulez changer la donne, venez !!!

rihaouiitvcitation.jpgLe « gauche et de droite » est effectif en Mayenne. Aujourd’hui malgré nos sensibilités politiques différentes, Olivier Lohéac et moi-même travaillons harmonieusement avec Philippe Morisset ou bien avec Valérie Hayer. [Le premier n’a pas repris sa carte à l’UDI, NDLR] Le pluralisme idéologique est bien présent au sein de notre mouvement.

Bien évidemment nous ne sommes pas toujours d’accord sur tous les points. Mais c’était la même chose au sein du PS, avec les différents courants. Moi je regarde ce qui nous rassemblent et non ce qui nous divisent, comme dans une famille.

Leglob-journal : Le député mayennais PS Guillaume Garot après le vote de la loi Asile et Immigration qui va maintenant être proposée au Sénat, a dénoncé la convergence, le rapprochement de circonstance des députés En marche ! et de ceux du FN, qu’est-ce que cela vous inspire ?

Venant d’un député qui a soutenu le gouvernement de Manuel Valls, je trouve cela malvenu. J’aimerai rappeler que sous le gouvernement Valls la France était le pays d’Europe qui avait le plus recours à la rétention administrative pour les migrants. Selon la Cimade, près de 50.000 personnes ont, en 2016, effectué un séjour dans un centre de rétention administrative (CRA), contre moins de 10.000 en moyenne dans les autres pays de l’Union européenne.

Selon l’association, dans l’Hexagone, pas moins de 176 mineurs auraient été placés en rétentions administratives avant leur expulsion, malgré la promesse de François Hollande de mettre fin à cette pratique en 2012 et de la remplacer par des assignations à résidence.
Je n’oublie les nombreuses polémiques indignes d’un gouvernement de gauche, comme le projet de mettre en place « la déchéance de nationalité », l’affaire du burkini ou de Leonarda, et les propos souvent nauséabonds de Manuel Valls sur le voile ou les Roms.

Pendant une séance de distribution de tracts au marché à Laval avec le co-animateur Olivier Lohéac
Pendant une séance de distribution de tracts au marché à Laval avec le co-animateur Olivier Lohéac

 

 

Cependant, à titre personnel, je rejoins Guillaume Garot sur le fait que le texte de la Loi Asile et Immigration n’était pas assez équilibré, notamment sur le volet accueil et intégration.

Heureusement depuis le 5 juin 2018, suite à la remise du rapport parlementaire du député LREM du Val-d’Oise Aurélien Taché, 72 propositions pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France , le Premier ministre Édouard Philippe est venu la corriger en partie.

Du mieux pour les migrants

Parcours personnalisé d’intégration, doublement à 400 heures du nombre d’heures de cours de français à partir de 2019 et le triplement à 600 heures pour les publics ne sachant ni lire ni écrire.

Pass culture attribué à chaque jeune étranger disposant d’un titre de séjour. On devrait aussi favoriser l’accès au travail pour les primo-arrivants. Désormais les demandeurs d’asile seront autorisés à travailler six mois après le dépôt de leur dossier (contre neuf mois aujourd’hui). Des ajouts et modifications qui étaient nécessaires…

Leglob-journal : Il n’empêche, les syndicats sont vent debout, très en colère contre la politique menée par le Gouvernement, « destruction de l’organisation du Travail, suppression de l’ISF, ponctions sur les jeunes avec la baisse de 5 euros par mois des allocations logement et sur les retraités avec la hausse de la CSG ; attaques contre les services publics, » et la liste n’est pas terminée, comment vivez-vous cela, vous l’homme de gauche?

Déclaration le soir de la victoire du candidat Macron
Déclaration le soir de la victoire du candidat Macron

Je comprends l’inquiétude des syndicats, des retraités ou des jeunes. Elle est légitime et compréhensible…mais en même temps les réformes entreprises par le gouvernement Philippe sont nécessaires là-aussi.

Annoncés dans le programme du candidat Emmanuel Macron, on ne va pas se plaindre pour une fois qu’un Président de la République respecte son programme. Malgré tout, il est faux de parler de destruction de l’organisation du travail ou attaques contre les services publics. Prenez la compagnie ferroviaire, elle est plombée par une dette abyssale de 54,4 milliards d’euros, dont 45 milliards pour SNCF Réseau. Dès 2019, pour les lignes régionales et 2020 pour les TGV, et la SNCF doit être compétitive pour faire face à la concurrence.

Je tiens à rappeller que la SNCF va rester une société à 100% publique. Il n’y aura pas de fermetures de « petites lignes ». Les cheminots actuels garderont leur statut jusqu’à leur retraite. Les mesures consenties pour réformer la SNCF vont dans le bon sens.

Concernant l’augmentation de la CSG, j’aimerai rappeler que cette mesure figurait également dans le programme du candidat. Cet effort demandé aux retraités les plus aisés va permettre d’assurer la sauvegarde de notre système de retraite par répartition en participant à son financement. En parallèle, le gouvernement a mis en place d’autres actions en faveur des retraités comme par exemple l’augmentation du minimum vieillesse, ou celle du nombre de soignants auprès des résidents des EHPAD. Bref, tout çà pour dire que des efforts sont demandés à tout le monde pour relancer l’économie et ainsi sauvé notre modèle social.

Leglob-journal : Comment voyez-vous, maintenant l’avenir en matière d’élections ? LREM-53 est-elle prête pour présenter des candidats ? Notamment aux municipales sur Laval face à François Zocchetto ? Ou bien fera-t-elle alliance avec lui ?

Avant de parler d’avenir en matières électorales, de choix de candidats, d’alliance ou pas avec François Zocchetto, il faut d’abord parler de projet. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. On va rentrer maintenant dans la période d’élaboration de projet après celui de construction, menée par le référent départemental Philippe Morriset.

On parle de politique locale, donc il faut un projet avant tout. Rien n’est acté pour l’instant, mais je pense qu’il serait intéressant de suivre les idées de LREM 35, qui souhaitent reprendre la méthode qui a réussi pour la présidentielle, c’est à dire aller à la rencontre de nos concitoyens afin d’établir à l’échelon local un diagnostic. Il Intitule ça : Connaître ma commune.

rihaouiitvcitation2.jpg

 

 

 

On s’appuierait donc sur les comités locaux dans le département et nos centaines de militants actifs. L’objectif serait de mobiliser toutes les forces vives dans les communes de la Mayenne (entreprises, associations et élus) afin de fixer les priorités des futures listes. La population serait ensuite, elle aussi, sollicitée pour recueillir les propositions des habitants.

Je pense qu’il faut agir avec méthode : d’abord la phase de diagnostic, puis la construction du projet et ensuite viendra le temps de désigner les personnes qui porteront ces projets. Il est évident aujourd’hui que le candidat issu de LREM ou d’une alliance devra accepter une «plate forme programmatique» élaborée par LREM.

A titre personnel, s’il devait avoir alliance avec un responsable politique local, il est sur que ma préférence irait à Guillaume Garot, qui malgré ses critiques envers le gouvernement est celui avec qui je me sens le plus proche idéologiquement. Mais à l’heure d’aujourd’hui il n’a toujours pas pris de décision donc la question ne se pose pas.

Mais ce choix n’est pas de mon ressort, il sera fait avec les militants et avec l’arbitrage du référent départemental ou du bureau départemental. Ce qui est sûr, c’est qu’il sera difficile pour moi de me ranger derrière un homme qui a soutenu la Manif pour tous et était un des conseillers les plus affluents de François Fillon. [ François Zocchetto, NDLR]

victoire au Pont Neuf, Rihaoui Chanfi [(c) Photo leglob-journal

 

 

Leglob-journal : Vous êtes apparemment La caution de gauche de la LREM en Mayenne, en tous cas l’un des seuls militants issus du PS et de la gauche ; votre position n’est-elle pas difficile à vivre actuellement?

« Caution de gauche  », je n’aime pas ce terme, car il a la même résonance dans mon esprit que « caution noire ». C’est rabaissant et dégradant pour ma personne. Si j’ai rejoins LREM, c’est justement pour sortir de cette claustration dans laquelle les personnes comme moi issues de l’immigration sont enfermées quand elles font de la politique.

Après oui, je suis de gauche, anciennement marxiste et socialiste et je ne le renierai jamais. Mais je ne suis pas le seul militant à avoir cette trajectoire idéologique en Mayenne.
En votant et en soutenant Emmanuel Macron, l’objectif était de changer de paradigme. La gauche et la droite ont été au pouvoir durant ces 40 dernières années et rien ne change, les mêmes maux et les mêmes remèdes inefficaces. Alors oui, je savais que la première année du président se porterait sur des mesures économiques « libérales », mais c’était prévu dans son programme.

rihaouiitvcitation3.jpg

Aujourd’hui le temps des mesures sociales est arrivé : je crois que la loi avenir professionnel va permettre que le compte personnel de formation soit désormais crédité en euros, et non plus en heures comme c’est actuellement le cas.

L’apprentissage sera désormais possible jusqu’à 30 ans et non plus 26. Les apprentis d’au moins 18 ans bénéficieront d’une aide de 500 euros pour passer leur permis de conduire. Et c’est bien. Au niveau de la santé, il va y avoir la mise en place progressive en 2021 d’offres de lunettes, de prothèses dentaires et auditives pour lesquelles les patients n’auront rien à débourser.

Le gouvernement va dévoiler en juillet un plan pauvreté très ambitieux avec comme principal but un accompagnement socio-éducatif des jeunes et des enfants pour mieux lutter contre le déterminisme social. On va s’attaquer à la lutte contre les inégalités dès la petite enfance.
Enfin, l’accès aux modes d’accueil (crèches, halte-garderie, structures multi-accueil…) deviendrait ainsi obligatoire avant l’entrée en maternelle à trois ans, avec des structures qui seraient tenues d’accueillir un minimum d’enfants pauvres.

lettreguiillemetsfrancaisfermeture-11.jpgJe n’oublie pas aussi la mise en place de ce qu’on appelle les « emplois francs  » pour encourager l’embauche des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Quel que soit le lieu où elle se situe, une entreprise qui recrutera en CDI un habitant de l’un de ces quartiers bénéficiera d’une prime de 15 000 euros sur 3 ans : c’est comme si elle ne payait plus de charges. Voilà, avec ces mesures qui sont du coté de mes valeurs de Gauche, je suis à la fois rassuré et je sais que ce gouvernement ne marche pas uniquement sur une seule jambe, celle de Droite…

Entretien par Thomas H.
© Photos leglob-journal

2 thoughts on “Rihaoui Chanfi, du PS à LREM-53, répond à nos questions un an après”

  1. Rihaoui Chanfi, du PS à LREM-53, répond à nos questions un an après
    Cher Thomas H., s’il est nécessaire de le préciser, je ne suis plus membre de l’UDI depuis mon engagement aux côtés d’Emmanuel Macron, il y a plus de 18 mois. Je suis une militante et une élue En Marche, siégeant au groupe La Mayenne en Marche au Département, que j’ai créé avec 6 autres conseillers départementaux.

Laisser un commentaire