| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Les anciens collègues ministres du député PS Guillaume Garot qui règlent leurs comptes dans des livres et à longueur d’interviews, ne font qu’« alimenter le procès en tartufferie des politiques  ». Clair et sans appel. De la loyauté que diable, s’il vous plait ! De la loyauté a demandé récemment dans une tribune publiée dans Libération l’ancien ministre lavallois de l’Agroalimentaire de François Hollande estimant que dans ce domaine là, aussi, il faut faire la chasse au gaspi.

- Par Edouard L.

« Entre le récit impudique et vengeur d’une ex-première dame et les règlements de comptes de certains anciens collègues du gouvernement, le lecteur avide de “ révélations” fracassantes, de confidences savamment distillées ou de contestations politiques de fond n’aura que l’embarras du choix. Mais le citoyen n’en sera que plus déboussolé et amer », écrit l’ancien maire de Laval, décidé à ne pas ajouter à « la confusion des mauvais sentiments », dans un clin d’œil à une nouvelle de l’écrivain autrichien Stefan Zweig.

« Tartufferie » - Guillaume Garot [1] qui a toujours montrer de la loyauté à François Hollande et surtout à Ségolène Royal (ndrl : voir le tweet récent ci-dessous) tempête donc et sort un peu de sa coutumière réserve. Pour l’élu mayennais qui, à Laval, a eu à cœur de montrer son image sous le signe de la gentillesse et de la courtoisie, « tous ces ouvrages ne font qu’alimenter le procès en cynisme et en tartufferie des politiques  » et « ces opus et interviews en tous genres  » révèlent selon Guillaume Garot, « en tout cas pour la gauche, une évolution préoccupante de l’action politique : contester pour exister, balancer pour mieux briller, et surtout condamner aujourd’hui ce qu’on défendait hier ».

Il faut dire que « balancer pour mieux briller » ce n’est pas vraiment le genre de la maison. C’est plutôt « Royal un jour, loyal toujours » comme se plaisent à dire ceux qui en Mayenne le raillent un peu. Mais « c’est tout à son honneur » disent ces fans inconditionnels. « La responsabilité, ajoute-t-il dans la tribune publiée par Libération a fortiori en temps de crise, au moment où tant de citoyens doutent de l’action publique, nous impose à tout le moins la retenue, et même la décence », juge celui qui vient de se voir confier par Manuel Valls une mission sur la réduction du gaspillage alimentaire.

« Brouhahas » - La responsabilité, c’est aussi « le courage d’assumer ce que nous avons fait ensemble, avec Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls », a-t-il lancé à ses anciens collègues, comme un reproche déguisé, regrettant que « les brouhahas de certains couvrent les avancées pour tous de notre politique, qui devra montrer son efficacité contre le chômage, mais qui a déjà réhabilité l’école, reconnu la pénibilité dans les retraites, acté la fin du cumul des mandats, ouvert la transition énergétique, etc. ».

Si cette responsabilité «  n’empêche nullement le débat, elle exige néanmoins de dépasser certains réflexes individualistes, de sortir des petits calculs d’avant-congrès  » car « lorsque viendra l’heure du choix pour les Français, en 2017, nous serons jugés collectivement  », semble prédire le parlementaire socialiste, qui se veut presque “lanceur d’alerte”.

Déconnexion - « Ne crachons pas sur ce que nous avons conduit ensemble et qui nous lie ; car, si nous échouions, certains n’hésiteraient pas à aller cracher sur la tombe de la République », a conclu gravement l’élu lavallois, et faisant référence à un célébrissime roman de Boris Vian.

C’est donc un Guillaume Garot prenant de la hauteur qui se met au dessus de ceux qu’il pointe du doigt. Il le fait en les alertant dans un journal à diffusion hexagonale. Il fustige ses collègues, ces “impies” qui semblent plus attirés par les sunlights de la médiatisation politique, lui, l’élu qui a toujours chercher à être le plus consensuel possible. Guillaume Garot veut se différencier. Habitué à montrer qu’il est homme à faire en toute circonstance le moins de vague possible en apparence, le voilà qu’il présente un visage bien différent de celui qu’il donne à voir localement à ces concitoyens. "Lanceur d’alerte" en quelque sorte.

(Avec AFP)


Réagir

"Royal un jour, loyal toujours !"

Publié le: 20 novembre 2014
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Politique Gauche PS
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS