| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Deux sortants : François Zocchetto a passé la main, et Élisabeth Doineau vient d’être réélue

Les sénatoriales en Mayenne. Les jeux sont faits. Élisabeth Doineau dès le premier tour avec 67,49 % et Guillaume Chevrollier 46,91 % au second. C’est le Sud Mayenne qui l’emporte dans cette élection où 888 grands électeurs devaient voter obligatoirement sous peine d’amende.

Par Thomas H.

« Bravo ma chérie !!!  » lui ont dit au téléphone ses parents quand ils ont su que leur fille avait gagné. Et c’est les larmes aux yeux, dans les jardins de la Préfecture, que la sénatrice sortante a pris connaissance de ce qu’elle qualifie de «  passeport pour retourner sur le terrain pendant 6 ans  ».

Elle embrasse autour d’elle ses soutiens, les membres de sa famille politique ; elle a envie de faire une déclaration au micro et se dirige vers le perron de la Préfecture où quelques minutes avant les résultats officiels ont été annoncés. Mais le préfet la dissuade gentiment de le faire, invoquant neutralité et impartialité qui doivent continuer d’exister.

Voilà donc Élisabeth Doineau reconduite au premier tour. Élue par 577 voix sur les 855 qui se sont exprimés soit 67,49 %. Bien plus que « la majorité absolue » qui « est à 428 » précise celui qui rapporte les résultats. Une franche élection de rassemblement. L’autre candidat UDI Philippe Henri obtient 14,74 % et sera présent au second tour sans succès. La sénatrice UDI explique qu’elle a « la défense des élus locaux dans son ADN, (…) vous savez on est pas dans l’esprit partisan au Sénat, et la voix du Sénat c’est la voix des territoires, et plus que jamais avec Macron, nous serons vigilants (…) » Elle termine son intervention pour la radio locale en soulignant, comme un slogan que : « la Mayenne est belle et rebelle  ».

Et justement des élus de communes rurales présents dans l’assistance, qui attendent la promulgation des résultats, expliquent à leglob-journal que La République en Marche ! a été sanctionnée. «  Les baisses de dotations, les mesures annoncées, c’est plutôt En Marche arrière !  » Déception et sanctions dans les urnes, apparemment. La Mayenne est décidément « rebelle ». Au passage, l’écologie obtient 6,0 % et semble progresser avec pourtant peu de grand électeurs. Est-ce encourageant pour l’environnement comme veulent le croire les élus EELV ?

Au premier tour le maire de Mayenne et candidat qui a obtenu l’investiture de LREM a comptabilisé 148 voix (17,31%). Michel Angot analyse : « je me suis ramassé une volée ! ». Il ne se représentera pas au second tour pour aider Valérie Hayer l’autre candidate LREM dans sa quête de voix. La collaboratrice parlementaire de Jean Arthuis en comptabilise 188 (21,99%), elle sera deuxième au second tour avec 38,06 % derrière Guillaume Chevrollier. « Une défaite positive  » analyse-t-elle en fin de journée.

Le Maire de Mayenne Michel Angot pendant l’attente des résultats au premier tour

Philippe Henri maire de Château-Gontier qui se revendiquait comme le «  seul maire candidat présent au second tour  » sur Twitter a été éliminé. Il n’a fait que 117 voix. Avec 14, 18 %, il est troisième. Une belle médaille de bronze.

Il y a eu aussi 33 votes blancs au second tour. Des voix perdues, mais pas assez pour que Valérie Hayer, la candidate appuyée par Jean Arthuis, puisse se qualifier. Les réseaux de ce dernier, non plus, n’ont pas été suffisants, « ni sans doute les coup de fil, que l’eurodéputé a pu passé » estime ce grand électeur...

Au premier tour, le score de l’ex-député (LR) Guillaume Chevrollier était symptomatique. Et, c’était prévisible, il laissait entrevoir une possible fenêtre de réussite. Le fillonniste Guillaume Chevrollier (Les Républicains) a obtenu 296 voix. Mais en revanche, 387 grands électeurs ont voté pour lui au second tour. Victoire !« La Mayenne est conservatrice » confit un élu. «  À force de dire que la Mayenne est centriste, analyse cette autre, on arrive par se faire contredire dans les urnes (...) ».

L’ex-député devenu sénateur et celle qui peut suppléer

Passant du Palais Bourbon à celui du Luxembourg, Guillaume Chevrollier aura crée la surprise pour un candidat qui avait été déclaré sur les réseaux sociaux comme « recyclé » : mais les réseaux sociaux ce ne sont pas les grands électeurs ! Le député sortant s’était fait éliminé au premier tour des législatives par Géraldine Bannier (Modem-LREM) l’ex-maire de Courbeveille, une commune qui fait pourtant peu parler d’elle. Sacrée défaite...

«  Chevrollier élu sénateur, c’est Sens Commun qui gagne (…) » confie cet autre qui sait que « l’ouverture d’esprit n’est pas leur trait commun  ». Très présent dans la Manif pour tous les Sens Commun agissent beaucoup dans le Sud-Mayenne, la terre de prédilection du futur sénateur. Guillaume Chevrollier considère que « non ce n’est pas une revanche ! Je vais pouvoir apporter mon expérience de parlementaire et cette victoire donne un poste à Les Républicains (LR)  ». Il s’agit d’« un rééquilibrage des forces dans le département  » analysait pour sa part Samia Soultani-Vigneron la présidente de LR en Mayenne, pour qui la défaite de Chevrollier aux législatives avait été « injuste ».


3 commentaires
  • Ces résultats doivent être analysés pour ce qu’ils sont, à l’image du scrutin qu’ils expriment. Cette élection continue à ne concerner qu’un microcosme distingué, dont les membres sont impatients de mesurer leur audience par un tirage de cartes totalement surréaliste, qui se déroule loin des citoyens lambda. Cela n’enlève rien sans doute au mérite de la réélection triomphale d’ E.Doineau, dès le premier tour, sanctionnant l’accomplissement d’un premier mandat sur les traces de son prédécesseur.

    Malgré tout, la classe politique aura encore escamoté le débat sur l’utilité de cette seconde Chambre, à chaque fois justifiée (mollement) par la nécessité d’une respiration démocratique à 2 vitesses, au service de la représentation des collectivités territoriales. Au final, en dépit de toutes les protestations de ravalement, l’institution reste empreinte d’une image conservatrice (à la fois sur le plan politique mais aussi sociologique) : composée pour un quart de retraités avec une moyenne d’âge toujours aussi élevée et toujours aussi peu de femmes (v. OF du 26.09.17), même s’il faut saluer l’exception mayennaise en ce domaine.

    Pour toutes ces raisons, il me paraît abusif de vouloir tirer de ce scrutin un enseignement sur une soi-disant recomposition politique au sein du département. On se contentera de noter, sur ce plan, la conformité du résultat obtenu par les candidats LREM par rapport à la situation nationale. En dépit de sa combativité, Valérie Hayer apparaît victime du scepticisme qui commence à plomber les positionnements macroniens ... Quant à Michel Angot, faut-il voir dans sa "volée" la sanction de son ralliement à Emmanuel Macron lors des présidentielles ? Après tout, on pourra ne pas regretter qu’un maire, ancien conseiller général divers gauche, n’ait pas réussi à convaincre ses collègues de la pertinence de son recentrage.

    Michel FERRON, ancien "grand électeur"

    Répondre

    • Le soit disant centriste,ex-DVD, P Henry a une fois de plus favorisé la droite en se maintenant au second tour. La bévue aux législatives de 2012, ne lui aura pas suffi : il l’aura reproduite aux sénatoriales de 2017, et fait élire à nouveau, par défaut le filloniste LR et conservateur G Chevrollier !

      Répondre

      • M’enfin ! Il est devenu hier 7e VP de la Région Pays de la Loire dirigée par les Républicains. Une vraie promotion et une belle récompense pour son maintien au second tour des sénatoriales. Ce maintien avait fait beaucoup jaser dans les jardins de la Préfecture car Philippe Henry n’était arrivé que 5e au premier tour. Il n’avait donc plus aucune chance, mais ce maintien stratégique a permis de fragiliser un peu plus la candidate macroniste. CQFD.

        Répondre

Réagir

Sénatoriales en Mayenne : stabilité et continuité dans le casting

Publié le: 24 septembre 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Droite Sénatoriales2017
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS