Stéphane Le Foll : «Le mastodonte Lactalis doit publier ses comptes»

lettrelbig2-25.jpgLactalis n’ayant jamais publié ses comptes, ce n’est pas tout à fait vrai. En 2011, alors qu’il lance une OPA sur Parmalat, le N°1 italien – via sa holding BSA comme l’a révélé Emmanuel Macron – il se voit contraint pour la première fois de les publier. La multinationale mayennaise, non cotée en bourse, attachée au culte du secret, on l’a vu dans l’affaire du lait contaminé à la salmonelle, a aussi celui de ses chiffres. En outrepassant la loi, et préférant payer des amendes. Alors ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll avait déclaré « Il y a aujourd’hui des industriels qui ne publient pas leurs comptes. Comme le mastodonte laitier Lactalis (…) Ce n’est pas légal […] ». Aujourd’hui, Stéphane Le Foll est sur leglob-journal.


L’entretien


Leglob-journal : Stéphane Le Foll, la loi Sapin 2 a augmenté les montants des sanctions pour les entreprises qui ne publient pas leurs comptes. Et devrait raccourcir la procédure. Avec une aggravation des pénalités, pouvant atteindre 2 % du chiffre d’affaires journalier, en cas de non-publication. Vous êtes à l’origine de cette mesure inscrite dans cette loi, quel regard portez-vous sur ce qui se passe autour de Lactalis ?

lettreguiillemetsfrancaisouverture-4.jpg

 

Stéphane Le Foll : En tant que ministre, j’avais décidé et profité de la loi Sapin 2, puisqu’on était encore en crise laitière ; j’avais dit qu’il fallait augmenter les amendes jusqu’à lors extrêmement minimes, pour qu’on envoie un signal clair, qu’il n’était pas normal que des grandes entreprises comme celle-là n’aient pas à publier leurs comptes. Lactalis fait beaucoup de produits à haute valeur ajoutée, achète une matière première au prix de tous les autres et donc ils font des résultats qu’ils n’ont jamais publiés d’ailleurs.

Et Michel Sapin était d’accord avec moi, j’ai donc fait voté dans le cadre de la Loi Sapin2 justement un renforcement du niveau des amendes pour obliger ces groupes à sortir leurs chiffres.

Leglob-journal : Et est-ce que cela fonctionne ? On a pas l’impression…

La loi Sapin 2 a été voté début 2017 ; on a tout fait pour aller le plus vite possible, je m’en rappelle ; il y a un article qui renforce de manière générale les pouvoirs et le champ d’investigation de l’Observatoire de la formation des prix et des marges l’OFPM. En particulier, cet article prévoit de confier au président de l’Observatoire, en tant qu’autorité morale de la transparence de la filière alimentaire, le pouvoir de signaler aux présidents de tribunaux de commerce, les entreprises de la filière alimentaire n’ayant pas publié leurs comptes. Le Président du tribunal pourra, à la suite à ce signalement, adresser ce qu’on appelle une injonction dissuasive à l’entreprise qui pourra atteindre 2% de son chiffre d’affaires journalier réalisé en France.

Je sais que Philippe Chalmin, le président de l’observatoire a saisi le tribunal de commerce de Laval qui s’est déclaré incompétent [Michel Peslier, cadre chez Lactalis est vice-président du tribunal de commerce de Laval, NDLR] et a renvoyé l’affaire au tribunal de Rennes…

Leglob-journal : Lactalis n’a pas sorti ces comptes pour autant ?

Oui, par ce que compte tenu de la loi qui a été votée en deuxième lecture début 2017, et en admettant que les décrets d’application soient sortis avant l’élection présidentielle dernière, ce sera pour l’année suivante, c’est-à-dire pour cette année 2018.

«Un gros mastodonte»

Leglob-journal : Est-ce que vous avez le sentiment que Lactalis se pliera à cette obligation légale de publier ces comptes pour plus de transparence ?

C’est un gros mastodonte, c’est ce que j’ai dit à l’époque, et il préfère payer des amendes plutôt que d’être transparent. La seule fois où ils ont été obligé vraiment de publier, c’est quand ils ont racheté Parmalat en Italie, – il y avait obligation légale parce qu’il y avait accroissement de capital et tout ça… – bon et comme le groupe Bel et Sodiaal [Avec ses marques Yoplait, Candia et Entremont notamment, NDLR] publiaient les leurs, il fallait que le principe d’égalité soit respecté, d’où l’augmentation des amendes dans la Loi Sapin2.

Leglob-journal : Vous n’aviez pas les moyens à l’époque, avec votre collègue de Bercy, le ministre de l’Économie et des Finances, d’être plus coercitif?

Que voulez-vous que je fasse ? Il y avait une loi qui obligeait la publication et de l’autre une entreprise qui ne les publiait pas, et qui préférait payer des amendes…Au Sénat, à l’Assemblée Nationale, à chaque fois que j’en ai eu l’occasion, plusieurs dizaines de fois, j’ai dit que c’était inadmissible! Bigard, c’était pareil…Et après, que voulez-vous : je ne vais tout de même pas aller faire le pied de grue devant chez Besnier pour lui dire qu’il faut qu’il publie ses comptes!…

Leglob-journal : Vous aviez des rapports en tant que ministre avec Emmanuel Besnier ?

Non, aucun !…Mais au delà de ça, je voudrais revenir sur la crise du lait, et rappeler que la production de litre de lait en France, c’est autour de 25 à 26 milliards de litres ; quand je prends l’Allemagne à coté, on est à 37 milliards de litres de lait…Quand l’Allemagne augmentait sa production de 4 %, c’était plus d’un milliard de litres en plus !

Avec des niveaux comme ça, ils étaient tous partis avec la poudre de lait sur un marché comme la Chine ; un marché chinois qui n’a pas été au rendez-vous, parce que ce pays a acheté moins que ce qui était prévu…Et c’est là qu’on s’est retrouvé avec une chute globale du prix du lait. J’avais à faire face à cette époque à l’ensemble des producteurs français, à tous les industriels français et toute la grande distribution française…

Extrait de Cash Investigation sur les produits laitiers, diffusé ce mardi 16 janvier à 20 H 55 sur France 2

Leglob-journal : Lactalis est sous le feu des critiques actuellement avec cette affaire de lait contaminé, et sera au centre de Cash Investigations sur France 2, n’est-ce pas une crise plus ciblée en matière de lait?

Stéphane Le Foll : Oui, là on est sur un sujet où c’est Lactalis lui-même qui est en faute ; le problème de salmonelle, c’est Lactalis…C’est issu de la poudre de lait de Lactalis. Il y a quelque chose qui s’est passé… Ce qui n’est pas normal, semble-t-il, c’est que fin août et septembre, ils auraient repéré un problème de salmonelle et qu’on est mi-janvier avec ce même problème de salmonelle et des produits qui ont été distribués.

Leglob-journal : Le Canard Enchaîné affirme que Lactalis aurait retenu ces découvertes de salmonelle au sol notamment, celles que vous évoquez, et donc aurait menti par omission en n’alertant pas les pouvoirs publics? Vous y croyez ?

Ah c’est possible ! Je ne peux pas l’affirmer, mais c’est possible ! L’enquête le dira… j’ai vu que les services de l’État en Mayenne avaient fait un contrôle chez Lactalis et qu’ils n’avaient rien trouvé et que l’accusation qui avait été portée sur ces mêmes services de l’État a été récusée par le Préfet de la Mayenne ; j’ai entendu ça…

«Chantage à l’emploi»

Leglob-journal : Est-ce que derrière cette affaire liée à Lactalis, il n’y a pas une certaine faillite de l’État qui ne peut pas jouer au même niveau que les multinationales dans la mondialisation ? Absence de droits de regard sur les comptes, impuissance sur la holding BSA basée en Belgique qui permet au groupe de soustraire 1,7 milliards d’euros à l’impôt, etc. ?

Oui, et derrière tout cela vous faites allusion au chantage à l’emploi…mais regardez les salariés de Craon, ils sont paniqués, et je les comprends ; ils se disent : « c’est notre boulot qui est menacé »… ils ne comprennent pas… « On nous accuse d’être « défaillant », c’est pas vrai!  » disent-ils. Et en même temps, on peut pas accepter ce qui s’est passé chez Lactalis!… Il y a tout ça dans cette affaire de Lait contaminé…

Leglob-journal : Et cette Loi Sapin 2, vous pensez qu’elle pourrait inverser la vapeur concernant le souci de transparence et la publication des comptes des entreprises de l’agroalimentaire qui s’en exonèrent ?

lettreguiillemetsfrancaisfermeture-5.jpgCette Loi Sapin 2 a changé la donne. Parce que les amendes jusque-là, et quand je suis arrivé aux responsabilités, ne les dissuadaient pas. Et c’est pour cela que nous avons choisi de mettre plus d’égalité et de transparence, au moment de la crise du lait.

Lactalis est une grande entreprise, avec du poids européen et mondial ; il en faut, et cela n’est pas à remettre en cause. Mais ce culte du secret n’est plus possible, il faut être transparent. Lactalis gagne de l’argent, ils doivent le dire.

Propos recueillis par Thomas H.

Photo © Eric Fernandez

 

2 thoughts on “Stéphane Le Foll : «Le mastodonte Lactalis doit publier ses comptes»”

  1. Stéphane Le Foll : «Le mastodonte Lactalis doit publier ses comptes»
    Bonjour,

    il y a du « LACTALIS » dans tous les Tribunaux de Commerce !

    à Nantes : vice de procédure et conflit d’intêret : un PDG aussi chef d’entrepise est impliquer dans un litige dont elle est mandataire : son nom n’apparait pas, le contrat de co traitance est transformé en contrat de sous traitant, elle ne devient plus responsable et c’est l’architecte qui devient responsable du non paiement de l’un des bureaux d’études , De plus il y a un vice de procédure car il fallait une délocalisation du litige car elle est « juge et parti ».

    à Rennes : blanchiment d’un abus de biens sociaux : le tribunal de commerce de rennes a scindé en deux la ventes d’une Entreprise Nantaise L’appartement au ski (flaines) qui normalement devait être utiliser par le comité d’entreprise était utliser par les actionnaires de l’entreprise, l’appartement a été vendu séparément pour ne pas faire apparaître l’abus de biens sociaux pour les nouveaux repreneurs (l’entreprise a été vendu deux fois en 24 heures..;

    Longue vie aux Tribunaux de Commerce où les juges bénévoles sont formés en 1 semaines …

  2. Stéphane Le Foll : «Le mastodonte Lactalis doit publier ses comptes»
    Cette affaire démontre qu’avec la mondialisation, les Etats n’ont plus les moyens de contrôler les multinationales.

    A travers cet évènement, c’est aussi notre rapport à l’alimentation industrielle aseptisée qui est soulevé. Voir : L’alimentation industrielle est tout sauf saine : https://reporterre.net/Affaire-Lactalis-L-alimentation-industrielle-est-tout-sauf-saine

Laisser un commentaire