| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Michel Ferron, qui a milité à la Fédération du PSU de la Mayenne de 1970 à 1980, membre du Parti Socialiste, ancien conseiller général et qui salue la mémoire de Michel Rocard mort le 2 juillet 2016. Cinq jours après sa disparition, un triple hommage sera rendu à l’un des Premier ministre français ; au temple protestant, aux Invalides avec une cérémonie nationale en présence de François Hollande, puis un dernier au siège du PS. Celui qui n’aimait guère les Mémoires comme il l’a écrit dans les siennes sous le titre « Si ça vous amuse » (578 pages - Flammarion 2010 ) avait pour ambition « d’agir autrement au cœur du pouvoir [...] le grand métier que j’ai choisi, que j’ai fait, et que j’ai aimé, est par nécessité comme une structure double, écrivait-il. Le même individu sur la même trajectoire doit à chaque instant ajuster ses observations, ses analyses et ses actes en deux univers distincts dans lesquels se situe son action. [...] » - Souvenirs.

- leglob-journal

Il était l’incarnation du courage politique par excellence, loin de toute démagogie et des idéologies dogmatiques. C’est quelqu’un qui a beaucoup compté dans la naissance de mes engagements comme pour beaucoup de gens de ma génération.

Souvenirs

Fondateur du Parti Socialiste Unifié, véritable « laboratoire d’idées  » pour les jeunes générations des années 60 séduites par ses positions visionnaires sur l’anticolonialisme, le bouillonnement de mai 68 ou la pratique de l’autogestion au sein de l’entreprise, il devint le leader charismatique d’une gauche moderne et novatrice (parfois dénommée « Deuxième Gauche » où se sont formés bon nombre de responsables politiques et syndicaux actuels).

J’ai deux souvenirs très personnels qui restent attachés à quelques rencontres avec Michel Rocard : les premières fois, [je me souviens] lorsque dans l’après-Mai 68, je faisais partie des étudiants assidus - récents adhérents du PSU - qui assistaient aux week-ends de formation politique qu’il organisait à Rennes et pour lesquels je “plaquais” sans vergogne ma copine d’alors, étudiante en Histoire (devenue ma femme) !!

Il avait déjà un sacré charisme (quasi magnétique, tout autant que sa voix et son débit de paroles) qui nous galvanisait. Il avait aussi un rythme de consommation de gauloises assez impressionnant !

En 1974, l’année de son adhésion au PS : la section PSU de Laval l’avait carrément intercepté à sa descente du train pour le contraindre à venir s’expliquer sur cette décision perçue comme une trahison. Il avait joué le jeu et nous avions passé quasiment toute la nuit, à une dizaine, au 19, rue Marmoreau, à discuter avec animation, dans une atmosphère de plus en plus enfumée ! Il s’était, une fois encore montré un débatteur redoutable qui nous avait bluffés.

Analyste pragmatique et exigeant des réalités économiques et sociales, il fut notamment l’inventeur du RMI et de la CSG et l’initiateur des accords de Nouvelle-Calédonie, en même temps qu’il exerça des responsabilités gouvernementales de premier plan (ministre de l’Agriculture, Premier ministre…).

Avec lui disparaît tout un pan de notre histoire républicaine, qu’il n’a cessé d’enrichir par un débat d’idées (autour de ce qu’il appelait les « utopies réalistes  ») permettant une évolution des mentalités, dont l’ensemble de la classe politique actuelle continue de lui être redevable.


Réagir

Sur Rocard : « Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître »

Publié le: 7 juillet 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Politique Gauche PS
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS