| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Par Maxime Lebigot - Se prendre en mains. C’est ce qu’a décidé ce lavallois qui ne veut pas rester sans rien faire face à ce qu’il est convenu d’appeler le « désert médical » mayennais. Rien que sur la ville de Laval, ce sont « environ 10 000 habitants sans médecin généraliste, soit 1/5e de la population (...) c’est grave ! » estime Maxime Lebigot qui a souhaité faire face aux refus des professionnels de santé de ne pas accepter d’élargir leur patientèle. Il a créé un Collectif de citoyens mayennais sans médecin, un collectif pour peser à tous les niveaux.

- leglob-journal

Début septembre 2016, mon épouse et moi avons mené une réflexion autour de la création d’un Collectif de citoyens mayennais sans médecin.

En effet, depuis début juillet notre médecin généraliste est parti en retraite après plus de 40 ans de travail dévoué. Nous subissons, ma femme, mon fils de 5 mois et moi-même, un refus de l’ensemble des généralistes de nous accepter en tant que nouveaux patients. Un seul a bien voulu recevoir notre fils pour son suivi mensuel.

Tribune Libre

Par Maxime Lebigot

J’ai alors lancé un message sur Twitter pour informer de la création d’un Collectif de citoyens mayennais sans médecins ! Le Courrier de la Mayenne a repéré ce message et a consacré sa Une du 8 septembre sur mon histoire. Du coup de nombreux messages nous sont parvenus sur notre adresse mail*.

L’ensemble de ces mails relatent des faits malheureusement connus des mayennais, à savoir : le manque de médecins généralistes en Mayenne, et notamment dans l’agglomération lavalloise. Des témoignages m’ont bouleversé avec mon épouse.

Une maman de 3 enfants nous a écrit : « ma dernière est atteinte d’une maladie nécessitant une surveillance médicale plus importante. Chaque difficultés chez elle impose une visite aux urgences pédiatriques de Laval. Même si son cas est particulier, les urgences ne seraient pour autant pas nécessaires à chaque fois.

De plus, l’aînée de la fratrie a des difficultés qui avaient nécessitées le besoin d’une orthophoniste. Impossible depuis 3 ans de mettre en place cette aide puisque aucun orthophoniste ne prend de nouveaux patients. Elle continue donc sa scolarité difficilement et surtout a perdu tous les droits auxquels elle pouvait prétendre (tiers temps supplémentaire pour les examens, AVS, aménagement d’horaires, etc.) car son dossier à la MDA (maison départementale de l’autonomie) a pris fin et ne peut pas être renouvelé sans certificat médical complété  (…) »

C’est grave !

Autre témoignage encore plus inquiétant : une sexagénaire d’Entrammes a décidé de réduire la dose de ses médicaments par deux, car aucun médecin n’accepte de renouveler son ordonnance, suite aux départs des deux médecins d’Entrammes. Cette dame va se retrouver hospitalisée pour ses problèmes de thyroïdes et d’hypertension artérielle. Les dépenses de soins seront beaucoup plus importantes lors de cette hospitalisation, que pour une simple consultation avec un médecin généraliste.

Nous allons avoir des décès que nous ne devrions pas avoir à subir si chaque mayennais avait accès aux soins.

Une autre situation d’une jeune lavalloise, qui est arrivée depuis juin 2015 sur Laval : « Je suis sans médecin traitant. J’ai entamé mes démarches en août 2015 afin d’avoir un certificat médical pour pouvoir pratiquer un sport. Après 4 refus, j’ai dû presque pleurer au téléphone pour que le médecin me reçoive. Il a accepté de me faire le certificat mais à refuser d’être déclaré comme étant mon médecin traitant. Je n’ai actuellement aucun souci de santé (juste le renouvellement de ma pilule contraceptive) mais je pense qu’un suivi annuel est un bonne chose. »

Cela pourrait faire croire à une situation basique, si ce n’était pas monnaie courante en Mayenne !

Témoignage d’une citoyenne qui s’insurge : « Nous payons les mêmes impôts qui payent par exemple les études des médecins qui iront travailler dans les grands centres et sur le littoral mais nous n’avons pas droit aux mêmes services. Je trouve que cela mériterait une jacquerie.

Je suis médecin dans une zone désertifiée et je ne comprend pas que les citoyens de la région acceptent de payer les études des médecins avec leurs impôts et qu’ils cotisent à la Sécurité Sociale sans avoir le même service et le même accès aux services de santé. C’est une injustice criante ! On pourrait envisager une telle inégalité dans quelles autres secteurs ? Égaux devant les cotisations sociales et l’impôt, et donc égaux devant les services ! Pourquoi pas, refuser de payer pour un service qui n’est pas le même ! Bon courage ! »

1/5e de la population lavalloise

La Mayenne est le troisième « désert médical » de France avec 170 médecins pour 100 000 habitants alors que la moyenne française se situe autour de 280. Laval a perdu une dizaine de praticiens ces trois dernières années. Le problème est également vrai pour l’ensemble des professionnels de Santé : Ophtalmologue, gynécologue, pédiatre, orthophoniste, etc.

Cette si belle ville de Laval, par exemple, compte environ 10 000 habitants sans médecin généraliste, soit 1/5e de la population.

Chaque médecin généraliste compte environ 1500 patients référents. On ne compte pas dans ce chiffre, les patients de moins de 16 ans qui n’ont pas de carte vitale, mais également les patients en Aide Médicale d’État.

Est-ce une solution d’aller aux urgences, autant pédiatriques que générales dans notre département ? Est-ce une solution d’engorger et de s’exaspérer sur un brancard en attendant les résultats d’examen, tout simplement à cause de la « bobologie » qui est prise en charge dans nos services d’accueil des urgences au lieu de prendre en charge de vraies urgences vitales ?

De plus en plus de professionnels de santé sont en souffrance en raison de l’agressivité des patients, et du manque de moyens qui leurs sont alloués pour travailler dans de bonnes conditions.

C’est pour cela, que j’invite tous les mayennais à écrire à l’adresse mail ci dessous ou à m’appeler pour recueillir leurs doléances et créer ainsi un listing des difficultés rencontrées afin de sensibiliser les parlementaires, les maires, l’Agence régionale de santé, la CPAM, mais également le préfet de la Mayenne.

En cette période pré-électorale, nous solliciterons les candidats aux législatives afin de recueillir leurs idées pour éviter que la Mayenne ne subisse encore plus ce qu’il est convenu d’appeler la « désertification médicale ».

Mesdames et Messieurs les parlementaires, les candidats aux législatives et aux présidentielles, le problème de la désertification médicale en Mayenne doit être au cœur de vos campagnes pour les prochaines échéances électorales !

* desertsmedicaux gmail.com

D’autres articles sont à lire dans Médecine


2 commentaires
  • Je soutiens votre action sur les déserts médicaux. Mon mari et moi sommes à la recherche d’un ophtalmo en Mayenne sans succès pour l’instant. Mon mari qui a 65 ans, a eu un très gros problème ,il y a un an, qui l’a obligé à plusieurs visites répétées en optalmologie à l’hôpital de le Mans. Il n’a toujours pas d’ophtalmo.Quant à moi, j’ai un glaucome depuis une quinzaine d’années. Lors de ma dernière consultation chez mon ophtalmo à L’aval, il ne m’a pas donné de prochain RDV, n’étant pas certain de continuer. J’ai téléphoné à Mayenne : l’ohptalmo ne prend pas de nouveaux clients ! Je vais continuer mes recherches. Si elles sont toujours négatives, que reste-t-il comme solution ? Les urgences ? Est-ce leur rôle et pour quel coût ? Habitant le secteur d’Evron, je vais étendre mes recherches sur les départements limitrophes, mais j’ai l’impression qu’en milieu rural, nous sommes vraiment pénalisés .

    Répondre

  • Il faudrait en rire, à défaut de pleurer : le ministère de la santé a un plan qui sera effectif en 2022, parce qu’il faut 10 ans pour "faire" un médecin généraliste, environ. Voilà pour les réponses : http://www.gouvernement.fr/action/l... Quant aux propositions du corps médical lui-même, il y a eu une tentative : http://www.atoute.org/n/Medecine-Ge... Et cela date de 2012, tout pareil que le ministère ...

    En attendant, encombrons les urgences, avant qu’elles aussi ferment ...

    Répondre

Réagir

Tribune Libre - « (...) chaque mayennais doit avoir accès aux soins »

Publié le: 29 septembre 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Disparités Médecine Santé Tribune Libre
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS