| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne


Conseiller général UDI et Maire de Saint-Berthevin, Président Directeur Général de Procivis Immobilier Ouest, Vice-président en charge du développement économique à Laval-Agglomération, président de Laval-développement, Yannick Borde, 46 ans, possède aussi depuis peu un pied dans la culture départementale à travers 3 structures importantes qu’il est amené à gérer. Subventionnées par le Conseil général de la Mayenne, elles ont été rapprochées, économie d’échelle, sans qu’on ne parle officiellement de « fusion » . (Lire Trustman #1)bA toutes ses activités s’ajoute une responsabilité supplémentaire : la commande du paquebot Crédit Immobilier de France. Beaucoup pour un seul homme, non ?

Par Thomas H.

vec une maîtrise de Sciences Economiques et un 3e cycle IAE Poitiers / Essec en poche, le voilà à la tête, une vingtaine d’années plus tard, du Crédit Immobilier de France (CIF). Yannick Borde est donc devenu il y a plusieurs mois, le PDG de cet établissement en France, spécialisé dans le crédit immobilier en direction des ménages modestes et qui emploie au moment il est nommé, la bagatelle de 2 500 personnes.

Il a donc choisi été choisi par le conseil d’administration des 56 sociétés anonymes coopératives d’intérêt collectif pour l’accession à la propriété (Sacicap), qui sont propriétaires notamment du réseau immobilier Procivis et du Crédit Immobilier de France. Le maire de Saint-Berthevin occupe donc le poste de PDG, en remplacement de Claude Sadoun, démissionnaire. Il faut dire que le CIF est une filiale de Procivis.

La menace de cessation de paiement pesait sur le CIF, et l’Etat français avait imposé au Crédit Immobilier de France une « gestion » qui empêchait la possibilité d’accorder de nouveaux prêts. L’agence d’évaluation financière Moody’s avait sanctionné en abaissant d’un échelon supplémentaire la note de la Caisse centrale du Crédit Immobilier de France (CIF) faute d’avoir trouvé « un partenaire stratégique ».

Yannick Borde est donc apparu là aussi comme l’homme « ad’hoc ». C’est le directeur des SACICAP Mayenne (Société Anonymes Coopératives d’Intérêt Collectif pour l’Accession à la Propriété). C’est aussi le directeur de CIPA-CIV.

Procivis CIPA-CIV est une société actionnaire du Groupe Procivis Ouest Immobilier. En juillet 2012, par exemple une convention signée entre Procivis CIPA-CIV et le Conseil Général du Maine-et-Loire, le département voisin de la Mayenne avait « pour but de lutter contre l’habitat indigne et d’aider à l’adaptation des logements des personnes âgées et/ou handicapées » peut-on lire sur le site de Procivis qui renvoie d’ailleurs sur CIPA-CIV.

Développer, construire et étoffer son image

« Depuis 2008, progressivement, le Groupe CIPA-CIV, détenu par Procivis CIPA CIV et le Groupe CIM [dont il est le Directeur général], lui-même détenu par Procivis Mayenne ont décidé d’unir leurs forces pour aboutir à la création en 2010 du Groupe Procivis Ouest Immobilier dirigé par Yannick Borde. » Un groupement d’intérêt économique dont le siège est basé à Angers avec 7 établissements dont 2 en Mayenne, lit-on le site officiel.

L’homme ad’hoc [...] à la fois « high-tech » et attentif - Yannick Borde renvoie publiquement l’image du parfait manager à la fois « high-tech » et attentif, mais l’image du professionnel peut parfois être éclipsée par celle de l’élu surtout quand il rencontre une opposition, notamment quand il est au commande de la municipalité de Saint-Berthevin.

Exemple, cet épisode en conseil municipal relaté par un élu de l’opposition - ce qui est assez rare - qui avait choisi de jeter l’éponge pour des raisons comme on dit pudiquement « personnelles » qu’il ne pouvait pas cautionner. Voila un extrait de ce que l’élu dans la minorité avait lu en séance publique ce soir-là : « […] Subir en public, à plusieurs reprises, des propos humiliants, sur un ton menaçant, de surcroît devant un personnel semble-t-il plus ou moins complice m’a profondément affecté et démobilisé et ne correspond pas aux valeurs auxquelles j’adhère. […] peu d’entre vous l’ont vécu et […] c’est dommage, car cela aurait peut-être permis de modifier certains de vos comportements. »

La question de l’ambition se pose. Yannick Borde n’en manque pas et met-il ses compétences au service d’une cause ou d’un projet comme le pense beaucoup de ces détracteurs. La question existe.

La première, c’est sa ville où il est maire actuellement et qu’il a développée, améliorée reconnaissent aussi ses opposants politiques, et qui n’a de cesse d’accueillir des entreprises et des commerces sur son territoire. Ce qui fait rager parfois des élus de Laval qui aimerait bien pouvoir aussi en profiter sur leur territoire.

Le second, en termes de projet, c’est de progresser politiquement. Briguer un mandat national ? Il pourrait bientôt être là le temps où l’intéressé aura cette ambition dans la tête. En attendant, le maire de Saint-Berthevin engrange. Consciencieusement.


Le premier volet de cet article Trustman #1 est à lire ici sur leglob-journal.fr


Réagir

Trustman #2

Publié le: 31 août 2013
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Droite Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS