| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Un Collectif de Défense et de Développement des services publics en Mayenne. « Le bonheur se réalise et se conquiert, il ne se donne pas » ; dans la salle où les acteurs de ce Collectif sont réunis se trouve accrochée au mur cette phrase d’un secrétaire national de la CGT qui n’a fait que passer de 1901 à 1902. Cent quinze ans plus tard, la conquête du bonheur est toujours d’actualité pour les représentants syndicaux (CGT, FSU, Solidaires) et les organisations politiques (EELV, PCF, PG, MRC et Attac) du Collectif de Défense et de Développement des services publics en Mayenne.

- Par Thomas H.

On pourrait dire qu’en réactivant le Collectif crée en 2002 et qui était en sommeil, tout est dit. Défendre et développer les services publics ; cela paraît un peu réchauffé, un peu ringard même, un peu dépassé quoi ! dans une France du 21e siècle où l’on nous dit En marche !. Et pourtant !

Pourtant, il y a matière. Le collectif s’était illustré souvenez-vous en 2009 en réussissant à mettre sur pied la votation citoyenne sur la Poste. Je me souviens qu’il n’était pas possible de parler officiellement de referendum, cet acte de démocratie participative n’était pas reconnu officiellement par les pouvoirs publics. Fallait pas. Aujourd’hui disent en cœur les acteurs « c’est l’idée même du service public qui est en péril.  » C’est le souci de rentabilité qui a remplacé celui de l’intérêt général expliquent-ils. Et cela survient alors qu’il existe justement un « grand besoin de service public  ».

Les « droits acquis » par les salariés tout au long des conflits sociaux seraient en passe d’être gommés. La faute à « 30 ans de casse pour aboutir à l’austérité qui muselle les populations les plus faibles » avance ce syndicaliste. La faute aussi à cette notion - service public - qui effraient les tenants de l’économie libéral et les néo-libéraux, qui ne voudraient plus la prendre en compte, estime un autre représentant du Collectif.

D’ailleurs tout aurait été mis en place pour arriver à ces extrémités, avec comme objectif le tarissement des services publics. Les accords internationaux, les traités européens successifs, ou bien plus directement l’AGCS (l’Accord Générale sur le Commerce des Services) par exemple qui limite notamment le rôle de l’État aux strictes fonctions régaliennes, (Police, justice, etc.) le reste, comme l’École, les énergies, ou bien les transports étant petit à petit et sans que cela ne fasse de vague, transféré au privé. Sans oublier plus près de nous la RGPP, qui a fleuri sous le mandat de Nicolas Sarkozy ; la Révision générale des Politiques Publiques a redistribué au nom de la rationalisation les cartes dans la même direction, fait remarquer un représentant syndical.

« Notre ambition, c’est de créer des liens pour plus d’efficacités dans la défense des services publics » mais aussi de provoquer une réflexion sur ce que « devrait être les services publics du 21e siècle ». Tout cela devrait être compilé et fédéré lors d’États Généraux qui se tiendront à Montreuil en Novembre prochain. D’ailleurs un mois avant, se dérouleront des assisses départementales préparatoires en Mayenne. Cela a le mérite de nourrir la réflexion et le débat.

Je demande : Pourquoi avoir attendu ? En raison des prochaines présidentielles et des législatives qui suivront en 2017 ? Tout le monde ou presque hochent la tête négativement. « C’est qu’il y a une accélération notamment en Mayenne  » explique un représentant d’un parti politique. La Poste qui ferme dans des communes importantes comme Azé ; le collège Fernand Puech menacé à Laval ; l’abandon de la construction d’un Ephad pour les personnes âgées à Sainte Suzanne ; l’annonce faite début juillet selon le Collectif d’une « territorialisation de la santé en Mayenne qui passerait par le regroupements d’établissements ».

Sur les Maisons de Services au public (au public !) comme à Goron ou Ambrières-les-Valléees, le Collectif a des velléités. Il sera attentif dit-il au contenu et souhaite que des études soient menées pour tenir compte des souhaits de la population concernée. L’eau sera également étudiée de près en raison de la loi NOtre qui oblige les intercommunalités à s’adjoindre la compétence “eau et assainissement” déshabillant les syndicats et les régies communales qui s’en occupaient jusqu’à présent.

On le voit - si l’on ajoute les politiques d’austérité, mais aussi les élus et les citoyens de plus en plus écartés des décisions - il y a certainement du grain à moudre pour ce Collectif de défense et de développement des services publics qui souhaite converger et qui ne manque pas, cependant, d’individualités.

Pour en savoir plus : le Jeudi 26 Mai, cette réunion publique « Pour notre bien commun : les services publics » avec notamment la participation de Gérard Aschieri, l’ancien secrétaire général de la FSU - Amphithéâtre du lycée agricole de Laval - 20 heures.


Réagir

Un Collectif contre le néo-libéralisme, pour converger et résister

Publié le: 19 mai 2016
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Disparités Syndicats Politique Gauche Éducation Santé
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS