| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Devant la cour d’appel d’Angers, Loïc Lucas premier adjoint de Saint-Berthevin et ancien homme de loi à la retraite a été condamné (le 26 janvier 2017) à 8 mois de prison avec sursis et à une amende de 1500 euros pour des violences répétées commises en avril 2014 sur son épouse, avec laquelle il était en voie de séparation. Une peine prononcée par le Tribunal correctionnel du Mans en mai 2016 et donc confirmée en appel. Aujourd’hui Loïc Lucas explique sur leglob-journal que « par faiblesse », il a été victime et qu’il est « innocent ».

A l’époque le procès, délocalisé de la Mayenne où s’étaient déroulés les faits, a été dépaysé dans la capitale sarthoise.

Assez loin de la justice lavalloise avec laquelle Loïc Lucas travaillait et de la Mayenne où le premier adjoint de Saint-Berthevin a fait toute sa carrière, en passant par la présidence de la chambre départementale des huissiers de Justice. Avant de se prononcer en première instance, la justice sarthoise avait notamment ordonné que soit effectuée une expertise psychologique du sexagénaire, et de son épouse avec qui il était en instance de divorce.

Contacté par leglob-journal, le maire de Saint-Berthevin, Yannick Borde affirme « apporter son soutien plein et entier » à son premier adjoint qui fut longtemps en charge de la culture au sein de la municipalité. Durant tout le temps de l’enquête et jusque devant les juges, Loïc Lucas a fermement contesté ces violences physiques. « J’ai été victime d’un escroc, son précédent mari a vécu la même chose (...) » Contester et se dire « innocent », c’est ce qu’il continue de faire encore aujourd’hui sur leglob-journal.

Par Loïc Lucas

e n’ai pas l’intention de revenir sur le fond de l’affaire. Je souhaite juste indiquer que je n’ai pas réussi à convaincre la justice de mon innocence, ce qui m’affecte profondément car je continue de dire avec force que je ne suis pas coupable des faits reprochés.

On a monté en épingle des incidents et on m’a accusé d’un fait de violence, postérieur à ma demande de divorce (ce qui n’est pas sans raison) et que je conteste formellement.

J’ai décidé de ne pas me pourvoir en cassation, car je n’en ai plus les moyens. J’ai dépensé en quatre ans de vie commune les économies de 40 ans de travail, pour régler les innombrables dettes de la plaignante.

Elle a été mise plusieurs fois en liquidation judiciaire. Elle a reçu deux rappels à la loi, pour utilisation frauduleuse de ma carte bleue et falsification de chèques.

« Depuis le début, j’ai été présumé coupable »

Je prétends avoir été victime d’une machination de sa part, et je considère n’avoir pas été traité de façon équitable du fait de mon statut d’huissier de justice et d’élu local.

La presse a cité mon statut et mon nom avant même l’audience, bafouant la présomption d’innocence. J’ai depuis le début été présumé coupable.

Cette affaire remonte à près de trois ans, elle m’a profondément marqué ; la plaignante a quitté la région et refait sa vie, et je souhaite tourner définitivement la page.

Focus - leglob-journal : Selon des chiffres communiqués par la préfecture de la Mayenne, sur les 420 cas de violences conjugales enregistrées en 2016 par les services de police et de gendarmerie, 329 font état de coups et blessures volontaires, 13 de viols et violences sexuelles, et 77 de menaces et chantage.

Aux lecteurs :

Leglob-journal n’a jamais souhaité soutenir ni celui qui a été condamné à deux reprises par la Justice, ni une quelconque idée selon laquelle les violences conjugales seraient un fait négligeable. Leglob-journal défend les droits des Femmes et s’est très souvent engagé dans ses colonnes pour les mettre en lumières.

Si leglob-journal a choisi d’évoquer cette histoire, c’est bien parce qu’elle est symptomatique d’un problème majeur dans notre société ; un fléau qu’il faut mettre en avant et qui touche toutes les catégories socio-professionnelles.

Si leglob-journal a choisi l’option de la parole retranscrite in extenso, ce qui peut être perçu en apparence comme une tribune complaisante, ce n’est en aucun cas pour tenter d’absoudre le signataire. Il a bien été condamné à 8 mois de prison avec sursis. L’option de la parole retranscrite fait parti de la liberté d’expression et procède de la liberté d’opinion que prône leglob-journal, même dans ce cas.

Parfois les choix opérés ne sont pas toujours perçus comme pertinents. Et il faut le regretter. Mais ne rien faire ou écrire, c’est encore le meilleur chemin pour ne pas se tromper et aussi la meilleure façon de taire une information.

Thomas H. 19 Février 2017


Réagir

Un élu mayennais condamné en appel pour violences conjugales

Publié le: 18 février 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Actuel Ménages Justice
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS