Un foyer chasse l’autre, avec la maison d’Alain Gerbault promise à la vente

À Laval, la maison natale d’Alain Gerbault est à vendre, et les maisons, tout comme les Hommes, connaissent parfois d’étonnants destins. Au numéro 25 de la rue du Douanier Rousseau, c’est-à-dire entre le jardin de la Perrine et la place de Hercé, est sise une imposante bâtisse de style classique. Avec son haut grillage, ses portail et portillons ouvragés au bas de leurs vantaux, sa cours pavée, ses dépendances latérales et le monumental escalier double introduisant le visiteur dans les salons, elle a tout de la noble maison. D’ailleurs, elle l’est.

Par Marrie de Laval


Bien que l’agence immobilière chargée de sa vente la décrive comme une maison bourgeoise, cet hôtel particulier a été construit à la demande du comte Frédéric Farcy de Ponfarcy, en 1845. Son embourgeoisement n’est intervenu qu’à la suite de sa cession, jusqu’à ce qu’elle devienne la maison natale du célèbre Alain Gerbault, issu d’une importante famille d’industriels spécialisés dans la production de chaux, engrais emblématique du XIXème siècle.

La maison natale d'Alain Gerbault à Laval
La maison natale d’Alain Gerbault à Laval

Alain Gerbault est son hôte le plus illustre. Aviateur émérite durant la première guerre mondiale, joueur de tennis, c’est sa traversée en solitaire de l’Atlantique – une première pour un Français – qui le consacrera comme « aventurier  », jusqu’à sa mort en 1941, au Timor.

L’homme, touche à tout, apparaît tiraillé entre son éducation, ses convictions politiques que l’on dirait aujourd’hui nettement marquées à droite et l’acuité de son regard sur les populations polynésiennes, en proie au bouleversement structurel de leur société sous l’effet d’une prétention civilisatrice étatique et religieuse de l’Occident.

Jusqu’à très récemment en 2014, la demeure, transformée en foyer d’action éducative, a su accueillir de nombreux jeunes placés par les services de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance, relevant du Département) dans ses 18 chambres situées sur deux niveaux.

Il faut admettre que si les lieux favorisaient un certains apaisement, bien des normes ne parvenaient plus à combiner exigence de sécurité et lieu propice à l’épanouissement de ses hôtes. Après la mise en service du foyer Olivier de Labarthe (anciennement Guy Chevrot), le foyer de Hercé a cessé ses fonctions d’accueil.

Avec ce type de bâtiment, c’est la maison chargée d’histoire qui prend possession des propriétaires, et non l’inverse.

maisonalaingerbaultentete.jpg

Laisser un commentaire