| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Le département de la Mayenne essentiellement tourné vers la ruralité et le monde agricole n’est pas épargné par la dureté des effets dévastateurs de la conjoncture économique de récession que traverse la France. En un an le nombre de chomeurs a augmenté de 15%. Chômage des jeunes, recours au RSA accru, précarités, entreprises fragilisées et fin de mois difficiles, la Mayenne jusque-là épargnée connait belle et bien la crise si l’on se fie à certains paramètres économiques.

- Par Thomas H.


Entre 2008 et 2011, ce sont 2000 emplois qui ont été perdus dans le privé  » résumait le Président du Conseil général devant les élus mayennais réunis pour la 64e Assemblée générale des maires de la Mayenne. Parle-t-on pour autant de désindustrialisation ? Pas vraiment.

Trop de jeunes au chômage- L’atout agroalimentaire du département, ses abattoirs et ses unités de transformation de la viande et du lait, qui font beaucoup appel à de la main d’œuvre précaire, est étroitement lié à l’activité agricole qui semble rester « correcte » en termes de productivité et d’emplois liés.

Avec l'aimable autorisation de Pessin

Il n’empêche les jeunes de moins de 25 représentent 20 % des demandeurs et ce n’est pas faute de l’avoir pointé. Depuis des années les préfets successifs avaient attiré l’attention des décideurs. Et ce ne sont pas non plus les grandes écoles d’ingénieurs qui ont été financées en partie par les collectivités locales qui retiennent les jeunes en Mayenne. Ceux qui étudient dans le département sont soumis à une « émigration rurale », volontaire et choisie, pour ne pas dire « exode rural », car le terme géographique est un peu trop fort. Des jeunes qui quittent le département car il n’est pas suffisamment attrayant à leurs yeux. Ceux qui restent sont subissent la non-embauche.

Plus de 3000 allocataires du RSA - Pour « mesurer » la crise, il suffit d’aller dans les grandes surfaces, dans les entrepôts hard discounteur par exemple de plus en fréquentés, pour se rendre compte des dommages collatéraux de la conjoncture de crise et s’apercevoir de la difficulté dans laquelle se trouvent ces mayennais qui scrutent les étiquettes et préfèrent les tout petits prix et par ricochet le manque de qualité alimentaire.

Bye bye plein emploi - La crise a fait s’éloigner la Mayenne de la situation de « plein emploi » qu’elle connaissait - c’est-à-dire un taux de chômage peu élevé aux alentours de 5 points - et que les élus de l’époque Jean Arthuis en tête soulignait avec délectation et fierté. Le « plein emploi » était l’orgeuil de la classe politique de la Mayenne.

Aujourd’hui « plus de 50 000 personnes ont poussé la porte d’une antenne de solidarité dans le département en 2012  » confiait l’élu de droite. Le patron du département ajoutait à Château-Gontier le 20 octobre devant un parterre fourni, attentif et silencieux de maires et d’adjoints que « la Mayenne compte plus de 3000 allocataires du RSA et [que] plus de 700 enfants ont été confiés aux services du Conseil général, des enfants qui paient le prix de la précarité » Et il ajoutait, « le malaise est palpable ».

« Votre responsabilité est totale » - Alors « tout doit être fait pour favoriser l’emploi  ». Certes. Cette phrase revient souvent.

Dans une lettre datant de début Octobre le PCF de la Mayenne a interpellé ce même Jean Arthuis en écrivant « [...] sénateur et président du conseil général de la Mayenne depuis vingt ans, vous avez été ministre, président de la commission des finances du Sénat jusqu’en 2011 […]

Votre responsabilité est totale dans la situation actuelle car depuis des années ce sont vos recettes et celles de vos amis libéraux qui sont mises en œuvre et ont conduit aux résultats d’aujourd’hui.

Vous trompez encore aujourd’hui les Mayennaises et les Mayennais en faisant croire qu’un ’’choc de compétitivité’’, une ’’remise en cause des 35 heures’’, un ’’moratoire sur les normes’’ la ’’mise en place de la TVA sociale’’ vont sauver notre potentiel industriel.

Vous êtes un dogmatique en matière d’économie, incapable d’entendre le prix Nobel de l’économie Joseph Stiglitz et d’autres économistes qui prouvent que les politiques d’austérité vont conduire à encore plus de chômeurs, de misère et de désarroi dans de nombreuses familles, en Mayenne, en France et en Europe. »

Réquisitoire cinglant Lisez leglob-journal.fr - La diatribe est aisée surtout venant d’un bord largement opposée à celui à qui elle s’adresse, mais, quoiqu’on en dise, quoiqu’on en pense, elle parait sonner juste.

Le moment semble à l’union sacrée quand le PCF écrit encore « il y a urgence et, au delà des désaccords politiques de fond évidents, essayons de travailler ensemble pour défendre l’intérêt général des habitantes et habitants de notre département. ».

Pour l’heure, si le silence vaut acceptation, rien en tout cas, aucune réponse n’est venue troubler l’apparente cohésion politique départementale. Et le pavé ainsi jeté a gentiment touché le fond de la marre.

Avec l'aimable autorisation de Pessin


Lire aussi :

Couture : toute une filière détricotée

Inergy : l’épée est tombée !



Réagir

Un monde rural en crise

Publié le: 4 novembre 2012
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Disparités Laval Ménages Droite Travail Château-Gontier Salariat
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
Moins d'éducation, c'est préparer aussi la crise
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Lisez leglob-journal - Nous contacter par mèl : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS