| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

En Mayenne, alors que se fête le 50e anniversaire de l’ouverture à Rome du Concile Vatican II (1962-65), les catholiques attachés à la tradition suivent la messe célébrée en latin et se retrouvent pour prier dans un bâtiment préfabriqué. A présent, lieu de culte officiellement reconnu par l’Église cette « chapelle » presque camouflée sur un des quais de la rivière Mayenne est en plein centre de Laval. Et c’est dans un de ces lieux que les catholiques traditionalistes mayennais se retrouvent, en communion.

- Par Thomas H.

En la Chapelle Saint Joseph, à Laval au 107 du quai Paul Boudet, les fidèles sont là tous les dimanches et jours de fêtes, dans cet endroit que l’on ne soupçonnerait pas si il n’y avait pas une petite plaque sur la façade de l’immeuble qui donne sur le trottoir.

Ils y viennent recevoir et entendre la messe en latin selon le rite dit de Saint Pie V. Une messe célébrée de façon traditionnelle comme si Vatican II n’avait pas eu lieu car ils refusent de « suivre la tendance néo-moderniste » du concile de Rome qui avait souhaité une Église plus en phase avec la société moderne.

Le panneau sur la façade de l'immeuble, sur la rue

« Apostasie silencieuse » - Alors que les Français s’éloignent de plus en plus des églises selon un sondage récent du journal La Croix, en raison selon une expression employée à Rome d’une lente mais certaine « apostasie silencieuse », nous avons donc à faire à Laval à « des catholiques de tradition qui défendent la tradition catholique, à la suite de Mgr Marcel Lefebvre », si l’on se réfère au portail internet de La porte latine, qui fédèrent à travers le monde toutes les initiatives religieuses qui refusent Vatican II et ses « mises à jour imposées ».

Des fidèles mayennais qui sont attachés au rite romain et emboitent le pas du créateur de la Fraternité Saint Pie X, défenseur du rite tridentin de la célébration de la messe, (le rite romain a été instauré depuis le concile de Trente et il a vécu jusqu’à Paul VI).

« Catholiques idéologues » - Ils ont été confortés dans leur envie de « retour en arrière et de respect des traditions  » car ce “peuple” de catholiques remuant jusque là dans l’Église a été reconnu par Benoit XVI peu de temps après son arrivée à Rome.

Mais il ne faut pas faire d’amalgames : selon le curé de la paroisse Trinité-Avénières-Cordeliers à Laval, « ils ne doivent pas être confondus avec ce qu’on appelle les intégristes ».

Au niveau national et « refusant une France rouge et laïciste », l’Institut Civitas, qui est proche des catholiques traditionalistes avait pourtant appelé à une marche à Paris 7 jours seulement après la victoire de François Hollande à la Présidentielle. Un candidat pourtant élu au suffrage universel « dont le programme effraie et divise profondément les Français » écrivait le secrétaire général de Civitas dans un communiqué.

« Sauver la France » - Et de poursuivre : « à la suite de l’installation de M. François Hollande à l’Elysée, c’est un nouveau pays légal qui va tenter d’imposer ses vues. Au nom du “changement”, c’est un véritable bouleversement de la société française qui est promis (…) qui repose sur une vision intrinsèquement anti-chrétienne, anti-familiale et anti-nationale » développait la prose de Civitas qui auparavant avait appelé le 23 avril à « une marche en hommage à Sainte Jeanne d’Arc. Nous viendrons dire Non à la destruction programmée des fondements de la civilisation chrétienne et de la patrie française. Nous viendrons prier Sainte Jeanne d’Arc de sauver la France ». Oups !

« Rouge, laïciste, bouleversement, destruction programmée, patrie française », voilà des mots qui ne sont pas neutres, c’est le moins qu’on puisse dire.

« Brebis égarées » - Laval, après 2 années d’expérimentation et de cohabitation entre les traditionalistes et les “autres catholiques”, la volonté de l’Église a été clairement de « rassembler les brebis égarées ». De beaux concepts : rassembler et fédérer !

Thierry Scherrer, l’Évêque de Laval conformément aux décisions vaticanes a été enjoint de donner un statut définitif et officiel à la coexistence des sensibilités traditionalistes avec le reste de l’Église en général. Une normalisation en quelque sorte. Ou une réintégration !

L’église Notre Dame des Cordeliers de Laval est aussi un lieu où les traditionalistes « purs et durs » comme les présentent les « alignés » les tenants de Vatican II qui se veulent nettement plus modérés, se rassemblent depuis 2007.

« La vie en abondance » - Dans le cadre de la mise en œuvre de la lettre du pape Benoît XVI adressée à toute l’Église pour favoriser le rapprochement et en finir avec le « schisme lefebvriste », Mgr Armand Maillard y avait célébré en Mayenne le 2 septembre de cette même année une messe tridentine. Depuis, c’est le cas chaque dimanche matin. Sans doute « afin qu’ils aient la vie en abondance », selon la devise de celui qui est à présent Archevêque de Bourges.

Les chrétiens traditionalistes assez nombreux en Mayenne qui avaient élus domicile dans les églises de la Selle craonnaise et de la Roe, deux communes situées dans le Sud-Mayenne sont à présent officiellement reconnus par l’Évêché de Laval et les lieux de culte aussi. Reconnaissance totale ? Pas certain.

Dans le petit village de la Roe justement, une association non religieuse qui a œuvré longtemps pour le développement du Tourisme sur le canton et qui occupait des locaux attenant à l’Abbaye, a été priée de laisser la place aux catholiques traditionalistes. Là, les fidèles dont certains ne cachent pas d’avoir des liens ou d’être idéologiquement proches du Front National reçoivent la communion de Mars à Octobre.

Dans une belle demeure situé dans un de ces deux villages du Sud Mayenne, la statuette de Jeanne d’Arc comme icône récurrente, et la photo-portrait du Maréchal Pétain, comme leglob-journal.fr a pu le constater trônaient dans la petite pièce transformée en bureau personnel, dans la maison cossue du croyant qui expliquait agir au nom de la foi.

« Cité catholique » - « Le pays réel, celui des terroirs et des clochers, attaché à la France éternelle, ses traditions et ses coutumes, et fidèle à ses racines chrétiennes et à la foi de ses ancêtres » voilà selon Civitas, ce qui guident finalement aux tréfonds d’eux-mêmes les traditionalistes.

Civitas est un héritier direct de la « Cité catholique », fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Jean Ousset. Un disciple de Charles Maurras, théoricien du nationalisme intégral et directeur du journal de funeste mémoire, un journal royaliste, anti-dreyfusard et anti-sémite intitulé L’Action française, et fer de lance du mouvement qui portait le même nom.

« Cité catholique » qui perdure sous le nom de Ichtus avait pour objectif de « noyauter les élites de la République (armée, industrie, politique) dans l’objectif de la fondation d’un État national-catholique » selon la journaliste Sophie Goignard auteur de Les Bonnes fréquentations. Histoire secrète des réseaux d’influence (1997).

Pas d’Église bis - Le même Jean Ousset était également très lié à Mgr Marcel Lefebvre, le fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, adepte du latin et farouche opposant au Concile Vatican II. Rappelons qu’il fut excommunié par le Pape Jean-Paul II en 1988 pour avoir ordonné quatre évêques à Ecône en Suisse. Le slogan entre guillemets de l’époque, c’était en quelque sorte pas d’Église parallèle, svp !

L’appel récent de Civitas après l’arrivée au pouvoir de la gauche et de François Hollande, pour tenter de contrer « la France rouge et laïciste » et qui pourrait consister à subordonner la loi civile à la loi de Dieu, survenait , c’est à constater au moment où la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est entrée en discussion avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à Rome pour une éventuelle réintégration définitive dans le giron du Vatican.


Lire aussi :

Factieuses ligues : les échos de l’Histoire

Charité bien ordonnée commence par soi même

Église : « une méthode contestable »

Paroles de soui


Retour Une leglob-journal.fr


Réagir

Vatican II, pas pour tous !

Publié le: 14 octobre 2012
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Dissidence Religions Cultures
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
L'entrée et la façade de la "chapelle 107" Voir la vie à travers la religion ?
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS