| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Yannick Borde, le maire (Div. droite) de Saint-Berthevin - image twitterYannick Borde lâche encore du lest*. Il a décidé de se démettre de la gouvernance de Laval-Agglomération, présidée par le maire UDI de Laval François Zocchetto. C’est le troisième renoncement sur la scène politique à Laval en l’espace de quelques semaines, après celle de Samia Soultani-Vigneron abandonnant ses mandats à la municipalité et l’Agglo de Laval mais qui demeure à la Région Pays de la Loire et celle du PS Jean-Christophe Boyer qui lui a décidé de rompre avec la vie politique pour se consacrer à sa vie familiale et professionnelle. leglob-journal publie le texte de Yannick Borde qui explique ce retrait de la vice-présidence de Laval-Agglomération en raison notamment de ses nombreux « engagements professionnels », ce que leglob-journal avait déjà évoqué dans ses colonnes.

- Par Yannick Borde

Vice-Président de Laval-Agglomération depuis 2003, soit 14 ans, en charge du Développement Économique depuis 9 ans (2008) et 1er vice-Président de Laval-Agglomération depuis 2014, j’ai informé François Zocchetto de ma décision de démissionner de cette fonction. Celle-ci sera effective le 31 août prochain afin de ne pas créer une vacance de la délégation « développement économique » pendant la période estivale.

Cette décision, partagée avec les élus de Saint-Berthevin, s’est construite progressivement au cours des dernières semaines au regard de l’accroissement de mes engagements professionnels.

Lire aussi : Yannick Borde : Trustman #2

Je dirige depuis de nombreuses années un Groupe immobilier régional – Procivis Ouest Immobilier en développement - et ses deux actionnaires (Procivis Mayenne et Procivis Anjou-Vendée) qui œuvrent dans un secteur d’activité passionnant, complexe et en pleine évolution. 135 collaborateurs, 14 sites sur la région des Pays de la Loire, entre 40 et 50 M€ de chiffre d’affaires, des perspectives de croissance réelles, sont autant d’arguments qui nécessitent une disponibilité accrue du Directeur Général que je suis.

Depuis fin 2012, je préside le réseau Procivis, comprenant 53 sociétés, dont Procivis Mayenne et Procivis Anjou-Vendée. Ce réseau a réalisé 1,1 Md € de chiffre d’affaires en 2016, construit 7500 logements et en gère 580.000. Acteur de l’économie sociale et solidaire, il entretient des relations par convention avec l’État afin d’apporter des solutions aux situations des familles les plus fragiles dans le domaine du Logement.

L’arrivée d’un nouveau Président de la République et d’un nouveau Gouvernement à un moment où nos conventions doivent être renégociées, vont nécessairement accroître mon engagement dans cette fonction.

En 2013, les 53 sociétés du réseau également détentrices à 100% du Crédit Immobilier de France (CIF), m’ont confié la Présidence de ce dernier pour conduire la résolution ordonnée imposée par l’État. J’ai été réélu à la Présidence du CIF pour six ans le 30 mai dernier. Les enjeux financiers de ce dossier sont conséquents et nécessitent aussi une disponibilité forte.

L’engagement d’élu local est passionnant, même si très (trop) souvent caricaturé et dévalorisé par les comportements de quelques-uns qui rejaillissent sur tous. J’y suis attaché et j’y prends toujours beaucoup de plaisirs. Ces derniers temps, il a cependant été contrarié, ce qui m’a certainement aidé dans mon choix de privilégier ma vie professionnelle.

En 2015, j’ai dû renoncer au Mandat de Conseiller départemental, victime du recoupage des cantons et de l’instauration de la parité. Au début de cette année, en lien avec Olivier Richefou, je me suis interrogé sur un éventuel engagement aux sénatoriales dans l’hypothèse où François Zocchetto ne se représenterait pas. Très vite nous nous sommes aperçus que mes engagements professionnels n’auraient pas résisté à la Haute Autorité [ Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique, NDLR]. Or, il est exclu pour moi de ne pas garder un pied dans la vie professionnelle.

Lire aussi : Qui, après l’été, pour succéder au sénateur François Zocchetto qui ne se représente pas ?

Enfin la période électorale que nous venons de vivre, remet en cause nos engagements. Outre la dramatique et inexcusable affaire Fillon, je trouve excessif le renouvellement que nous avons connu, qui nous prive aujourd’hui d’énormément de compétences, au lieu d’avoir seulement évincé celles et ceux qui nous promettaient tant de choses depuis tant d’années. L’expérience et la compétence seraient-elles devenues des points faibles ?

En tant que Maire de Saint-Berthevin, quatrième commune de la Mayenne et deuxième de Laval-Agglomération, je reste bien évidemment acteur de la vie locale et je ferai valoir sans retenu ma position, comme je l’ai toujours fait.

*Yannick Borde reste conseiller communautaire et maire de Saint- Berthevin. En quittant la vice-présidence de Laval-Agglomération, il abandonne donc aussi la présidence de Laval-Économie (ex Laval-Développement). Yannick Borde est âgé de 51 ans.


Réagir

Volontairement, Yannick Borde fait une croix sur la vice-présidence de Laval-Agglomération

Publié le: 10 juillet 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Politique Droite Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS