| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Baisser simplement l’âge du droit de vote pour que les jeunes puissent s’exprimer dans l’isoloir et être considérés. Tout en maintenant la majorité légale à 18. Et pourquoi ne pas le faire en France pour redonner de l’espoir à toute une partie de la jeune génération ?

- Par Thomas H.

Saugrenue ? - C’était déjà possible en Autriche depuis 2007. Et à présent l’idée gagne du chemin en Europe. Cela devient réalisable en Allemagne dans « le plus petit land d’Allemagne  » qui «  a toujours eu la réputation d’être le laboratoire social » du pays écrit le Frankfurter Allgemeine. Plusieurs länder autorisent le vote à 16 ans en Allemagne mais surtout pour les élections locales. Chez nous en France pour les élections municipales et régionales et à fortiori nationales, il faut attendre d’avoir atteint 18 ans révolus.

Une des affiches de communication du parti Jeunes

Rajeunir. A 16 ans les jeunes doivent se faire recenser en mairie. Acte citoyen, droits, devoirs, on leur explique que s’ils ne le font pas, ils ne pourront pas s’inscrire aux examens et à la conduite accompagnée. En 2012, pour les présidentielles certains jeunes auront 18 ans entre les 2 tours de l’élection et ne pourront voter qu’au second. Le « choix coupé en deux  » comme ils disent. Pas grave direz-vous, car il ne s’agit simplement que de jeunes en devenir. Dans tout cela, la difficulté, c’est bien le peu de considération qui est toujours renvoyée aux jeunes en général. Le CPE (Contrat Première Embauche), les émeutes de 2005, etc. Le mépris et l’abandon. Ces sentiments les poussent à se faire entendre.

En Ille et Vilaine, à la Guerche de Bretagne, à quelques dizaines de kilomètres de Laval, de jeunes adultes ont créé « Société Nouvelle » [NDLR : existe-t-il encore ?]. C’est ce qu’ils appellent un « Nouveau parti d’initiative jeune 100% indépendant  ». Moyennant 15 euros, on peut « devenir membre du parti  » et si on le souhaite « évoluer en son sein et participer au développement et à la diffusion des idées du parti », et finalement « construire la Société Nouvelle […]  » Des jeunes de Société Nouvelle qui estiment que le « chômage est la conséquence d’un progrès technique sans borne : le machinisme !  » et qui préconisent une loi pour lutter contre « l’emploi généralisé des machines à la place de l’Homme au travail. »

On le voit à l’aube de l’élection présidentielle qui doit définir un choix de société pour au moins les 5 années - avenir, continuité, changement dans la continuité, ou changement réel - les jeunes se prennent main.

Ils font partie des cibles qui commencent à être cernées par les partis politiques de droite comme de gauche. Un peu tard sans doute. Le Front National et c’est très dommageable semble de plus en plus attirer des jeunes, car le discours ambiant du nouveau leader du FN, qui présente une image en apparence plus respectable, insiste sur la précarité et l’insécurité sociale.

Pour le vote à 16 ans la question de la maturité est souvent posée. Tout ce qui les intéresserait, c’est de « jouer aux grands  », les cigarettes, l’alcool, etc. sans parler du fait qu’ils demeureraient très influençables peut-on entendre le plus souvent. Et sans doute ce qui freine, c’est l’influençabilité de ces jeunes qui pourraient de leur propre chef décider plus facilement 2 ans plus tard !

Face à face !

Provoc. - Le sociologue Julien Damon dans Rue 89 se veut un peu provocateur : « On n’est pas mûr à 16 ans ? Mais dans ce cas, retirons le droit de vote aux vieux gâteux à qui l’on fait faire des procurations dans les maisons de retraite ! La maturité s’atteint, puis se dégrade, c’est comme ça ! » Retirons-le aussi le droit de se présenter à un âge trop avancé.

Julien 17 ans ne dit pas autre chose mais paradoxalement en plus politiquement correct : « Moi, je suis pour, car si les personnes âgées, qui perdent un peu la tête ou qui sont très influençables notamment par les médias, ont le droit de voter, alors pourquoi pas des jeunes immatures comme le disent certains. »

Dans les débats qui agitent, en ce moment on remarque que ceux qui se disent contre l’abaissement sont déjà dans la majorité. Comme si ce privilège, cette sorte d’« avantage acquis », il était impératif de le conserver au détriment des moins âgés. Comme s’il s’agissait d’un droit d’aînesse ouvrant privilège !

« Vote gris » - Le Monde titrait dernièrement « le vote des séniors est-il synonyme de vote de droite ? ». Il estimait que « la question de l’effet du +vote gris+ sur les résultats électoraux devenait de plus en plus prégnante.  » Le quotidien analysait que le vote à gauche était plutôt réservé aux jeunes. Ceci expliquerait cela.

Aussi les partis dits progressistes pourraient essayer de séduire l’électorat jeune et mais aussi beaucoup plus âgé en argumentant qu’« un vote écologiste ou de gauche peut contribuer à renforcer le sentiment de rester "moderne" et permet d’affirmer un statut de non-vieux  ». Ce qui plait.

Mais finalement peut être qu’à 16 ans on a le droit aussi de ne pas avoir envie de voter. Rappelons que le droit de vote en France n’est pas obligatoire comparativement à la Belgique ou à la Grèce par exemple.


Réagir

Voter à 16 ans !

Publié le: 28 mai 2011
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-cultures/idées
Politique Idées Elections
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS