A Laval, L’Autre Concertation, pour un « cœur de ville » alternatif

A Laval, le programme de réaménagement du « Cœur de ville » ne passe pas bien. Le « relookage » de la Place du 11 novembre fait des vagues. Le projet est loin de faire l’unanimité. Il existe un groupe de lavallois qui trouvent qu’il y a matière à redire. Avec des outils numériques déployés sur les réseaux sociaux, L’Autre Concertation, c’est le nom de ce collectif, souhaite « éclairer sur ce projet » lancé par François Zocchetto et faire connaître « des alternatives possibles. ».

Ré-aménagement du territoire

Par Thomas H.


Sur le site internet de L’Autre Concertation, en guise de préambule ont peut lire : « Si vous pensez mériter mieux qu’un Cœur de Ville avec une zone commerciale grande comme la salle polyvalente, un parking souterrain en zone inondable et une « ambiance végétale » sur fond de béton ; suivez-nous et partagez cette page ! » C’est clair : il y a de la fronde dans l’air. Et comme à chaque fois que des élections municipales approchent, « Laval la belle endormie », se réveille…

Et quand on clique sur « Qui sommes-nous ? », on en apprend pas beaucoup sur ce « collectif de citoyens, [qui] propose aux lavallois de se mobiliser pour réfléchir à un autre projet de réaménagement de la Place du 11 novembre. »

Redynamiser les commerces ?

Apparemment « la construction d’un îlot commercial d’une emprise au sol de 3600 m² sur les 9000 m² qu’offre la place du 11 novembre. » passe mal. Avec des exemples de ce qui s’est déjà fait ailleurs, de ce qui a échoué comme à Angoulême ou Cholet, le collectif démonte – sans trop polémiquer d’ailleurs – le projet de la municipalité menée par François Zocchetto. L’Autre Concertaiton rappelle pour qu’on visualise bien l’emprise au sol du futur bâtiment que « la salle polyvalente fait 3700 m² », que « le complexe sur deux étages fera 13 mètres de haut et offrira 6000 m² de nouvelle surface commerciale. L’objectif annoncé de ce bâtiment est de redynamiser les commerces du centre-ville. » Le collectif ajoute aussi : «  Le projet d’aménagement du « Cœur de Ville » devrait conduire à l’abattage des 120 arbres actuellement présents sur la Place du 11 novembre et « l’ambiance végétale » promise en contrepartie semble bien peu ambitieuse… » 

Le réaménagement qui « ne semble pas en concordance avec l’urgence de la transition écologique » estime les détracteurs prévoit « un parking souterrain (…) les véhicules continueront de graviter autour de la place, contraignant la circulation des piétons, cyclistes et autres mobilités douces. Il pourra accueillir environ 370 véhicules. Le montant annoncé est de 28.000€ par place. Soit plus de 10.000.000 €. » Mais les opposants n’évoquent pas les difficultés éventuelles liées à la proximité de la rivière Mayenne.

Le collectif met en avant une alternative possible qui définie les intentions de L’Autre Concertation en évoquant la Place Napoléon de La Roche-Sur-Yon, la qualifiant de « l’une des plus belles réussites de ces 10 dernières années » en France.

La place Napoléon à la Roche-Sur-Yon – photo L’autre Concertation

Cette « ville de l’Ouest, de taille comparable à Laval, est parvenue à donner un nouvel élan à son centre-ville en étant simplement… ambitieuse ! Ici, nul parking ou bâtiment comparable à une galerie marchande de périphérie mais un véritable projet urbanistique voué à apporter quelque chose d’unique au cœur de ville, une touche culturelle tel un supplément d’âme » (…) devenant « un espace de vie recherché, tant par les habitants que les touristes. »

L’autre Concertation, hostile au projet de François Zocchetto qui manquerait d’ambition, pose aussi simplement des questions sur l’attractivité du centre ville : « Les commerces n’ont-ils pas tout simplement à innover en faisant preuve d’originalité pour retrouver de l’attractivité ? Est-il nécessaire de créer un bâtiment commercial alors que de nombreux pas de porte sont vacants dans un centre-ville ? ». Un débat récurrent à Laval quand on sait que le centre ville est souvent déserté à partir de 19 Heures.

« Un projet partagé par tous »?

Pour le maire de Laval «  associer les citoyens aux grandes décisions, c’est le gage d’un projet partagé par tous » écrit François Zocchetto dans son bulletin municipal (N° 96 Mars-Avril 2019). Il insiste sur le fait que «  plus de mille habitants tirés au sort sur les listes électorales ont passé plusieurs heures à réfléchir et faire des propositions que nous avons retenues. »

Le N°1 de la municipalité lavalloise répond implicitement à ses détracteurs dans l’édito : « faire des grands travaux, ce n’est pas pour se faire plaisir, pour laisser une trace (…) je n’ai pas cette conception et ce n’est pas non plus la méthode de notre municipalité.».

À Barcelone, en Espagne, les arbres plantés le long des Ramblas ne sont pas uniquement décoratifs : ils sont utiles estime L’Autre Concertation (Surtout en été…) – © De kavalenkau/Shutterstock.com

En septembre 2019, soit deux ans après le lancement du projet, on connaîtra « l’opérateur retenu [4 ont été sélectionnés, NDLR] pour le bâtiment commercial ». Et d’octobre jusqu’à décembre devrait se dérouler le « Forum du Cœur de ville » pour un démarrage du chantier en 2020, année des élections municipales…

Redresser un déséquilibre

Au delà de cette échéance, pourquoi ce choix d’un centre commercial en centre-ville ? D’abord, parce que l’idée avait été lancée par l’ancienne municipalité de gauche qui avait émis le projet d’en construire un sur le quai avec également un parking sous terrain. Projet mis en sommeil en raison notamment de difficultés liées à l’expropriation d’une maison sur l’ilot en question et au changement de majorité. Manifestement, le lieu n’a pas été retenu, mais il faut bien, – et c’est aussi cela la politique – , ne pas être suiviste, surtout quand la majorité change.

Et puis se pose aussi la « suprématie » de la Ville de Saint-Berthevin en terme d’attractivité commerciale – dont le maire Yannick Borde est Premier Vice-Président de Laval Agglomération, collectivité territoriale présidée par François Zocchetto. Le Maire de Saint-Berthevin « accaparerait » dans sa zone commerciale et grâce à son entregent professionnel les projets commerciaux importants du moment en en privant Laval la ville-centre, ce qui ne va pas sans tiraillements entre élus. Il y a quelques mois, – Yannick Borde s’en était confié au Glob-journal : il y avait selon ce dernier de l’eau dans le gaz entre lui et le premier adjoint de la ville de Laval.

Il faut aussi rappeler que la ville de Laval, du temps de François D’Aubert, s’est faite une réputation dans le milieu commercial parisien qui semble encore lui coller à la peau en refusant l’implantation de la FNAC qui avait pourtant monté un projet spécifique aux villes moyennes et démarché Laval. Le député maire de l’époque et la municipalité qu’il conduisait, avec François Zocchetto comme adjoint, avait négligé volontairement cette offre au motif que l’enseigne était trop marquée à gauche…

Aujourd’hui, avec L’Autre Concertation, une pétition a été lancée contre « la bétonisation de la Place du 11 novembre qui ne révélera pas l’identité singulière de Laval » explique le petit texte d’explication sur le site de Change.org, mais aussi contre « l’abattage des arbres qui représentent un espace de biodiversité essentiel pour la ville de Laval. » Les membres du collectif revendiquent vouloir mettre en avant « des alternatives pour que, dans le futur, Laval soit toujours une ville attirante et pleine de charme. Nous voulons, disent-ils une Autre Concertation« . La pétition a déjà recueilli près d’une centaine de signatures.

Image de Une : tirée du Bulletin municipal de Laval La Ville

Laisser un commentaire