Paradoxe à la française

Dans ce système, ce sont les meilleurs candidats choisis par le peuple qui détiennent le pouvoir et représentent la Nation et/ou le peuple dans son ensemble. Démocratie représentative ou régime représentatif, en tous cas c’est un système politique dans lequel on reconnait à un organisme le droit de représenter une nation ou une communauté. Sauf qu’il génère parfois de drôles d’incongruités politiques qui en font un paradoxe à la française. Tel un menhir au milieu d’un champ cultivé.


Par Martin F.


En France, c’est bien ce système politique qui est utilisé actuellement. Un œil extérieur au pays et à ses coutumes pourrait croire, s’il observait le Parlement, c’est-à-dire les représentants du peuple, que la France est compo- sée en écrasante majorité d’hommes, d’environ 60 ans, blancs, et ayant abandonné toute pratique sportive depuis longtemps, ce qui n’est évidemment pas aussi simple.

Néanmoins une touche d’espoir est apparue lors des dernières élections législatives en la personne d’une jeune personne de 22 ans. C’est certainement une nouvelle dont il faut se réjouir ! D’autant plus qu’il s’agit d’une jeune femme. Un peu de féminité dans ce milieu d’hommes cela ne peut pas faire de mal. On se dit qu’elle pourra apporter une petite touche de fraîcheur, de nouveauté, de modernité qui serait la bienvenue au Parlement.

lepen.jpg
La jeune députée à l’Assemblée nationale

Mais c’est sans compter sur ses opinions politiques ! Car Marion Maréchal-Le Pen est une députée du Front National. Etant la petite fille de Jean-Marie Le Pen et la nièce de Marine Le Pen, elle a été à bonne école. Elle représente donc ce parti xénophobe, une formation qui est pour le rétablissement de la peine de mort, qui souhaite la sortie de la France de la zone euro et surtout de l’espace Schengen, et qui voudrait abolir le remboursement de l’avortement pour les femmes, entre autres propositions. Bref, un parti politique d’un autre siècle qui n’a toujours réalisé que nous étions au 21ème.

parlementaire-4.jpgIl faut dire que ce parti politique à su jouer de la crise et faire croire aux électeurs qu’il possédait aussi une dimension sociale importante et qu’il n’était pas uniquement focalisé sur les étrangers et les immigrés.Mais n’est-il pas magnifique qu’en France, ce pays qui se targue d’être le pays des Droits de l’Homme et des Lumières, que la plus jeune députée de toute la Vème république, soit une élue du Front National !

A croire que si un jeune souhaite être crédible et obtenir quelques responsabilités en politique dans ce pays, il faut qu’il défende des idées ultraconservatrices pour espérer rassurer l’électeur. Extrêmement encourageant !


Photo pixélisée ci-dessus du menhir de Painchaud au Genest-Saint-Isle en Mayenne

1 thought on “Paradoxe à la française”

  1. Paradoxe à la française
    IL manque la voix de Cornelius Castoriadis, ce dissident essentiel, en ces temps de « non-pensée ». Il n’a pas sombré dans le renoncement esthète, ni dans le cynisme ni dans cette apathie repue qui dit : « Tout se vaut, tout est vu, tout est vain. » Il dénonce une élite politique réduite à appliquer l’intégrisme néolibéral, mais souligne aussi la responsabilité du « citoyen » que la précarité désengage de l’activité civique. Silencieusement, s’est mise en place cette formidable régression : une non-pensée produisant cette non-société, ce racisme social. Jusqu’au bout Castoriadis a recherché une radicalité : « Je suis un révolutionnaire favorable à des changements radicaux, disait-il quelques semaines avant sa mort. Je ne pense pas que l’on puisse faire marcher d’une manière libre, égalitaire et juste le système français capitaliste tel qu’il est. »

    Savoir Plus :

    Par ICI

    Par là :
    [
    Cornelius Castoriadis, une leçon de démocratie->http://www.youtube.com/watch?v=CJCq6Vy_YRM]

Laisser un commentaire