| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne


Guillaume Garot ne conduira pas la liste en vue des prochaines municipales à Laval. Il reste pour l’heure ministre et ne briguera pas à nouveau la mairie en 2014. Jean-Christophe Boyer sera tête de liste. Garot en 3e position. « C’est un choix de raison », avait commenté de façon sibylline un « ponte du PS local ». On comprend mieux à présent. Il était possible de s’attendre à un retour aux manettes pour celui qui avait éliminé de la course lavalloise François D’aubert en lui ravissant mairie et siège de député au début de l’aventure socialiste à Laval. Finalement non. Depuis « le jeune loup » s’est fait les dents, son discours s’est affirmé, il a su élaborer des stratégies politiques et électorales, fait des choix. Avec cette « volte face » le voilà qu’il fait un nouveau pari sur l’avenir.

- Par Thomas H.


Il y a quelques mois, Jean-Christophe Boyer, c’était « l’homme de la situation », comme avait dit Guillaume Garot au moment de se trouver un successeur pour cause de montée au gouvernement . A présent, Boyer est toujours « l’homme de la situation ».

Fort de cette désignation, l’anchor-man devra surtout emmener 44 personnes derrière lui. Les emmener, mais aussi les conduire à la victoire. No choice ! Car pour filer la métaphore footballistique, il n’a pas le droit à l’erreur !

L’homme de com’, le « cumulard », l’adjoint aux finances qui a « fait le job », certains disent le « sale boulot » sera donc sur les affiches.

Dur dur, le positionnement en perspective du socialiste en campagne quand l’électeur risque de lui renvoyer cyniquement - hausse des impôts, stationnement payant, mécontentements, gestion municipale et rythmes scolaires - tout cela devrait faire bon poids dans la balance électorale.

En attendant, l’homme toujours en phase, au sourire parfois figé, et à la « suffisance arrogante » comme le jugent ses détracteurs sera en première ligne. Celui qui maitrise ses dossiers mais fait«  figure de repoussoir » continue d’incarner «  l’homme de la situation ». Mais Laval devra rester dans la liste des villes françaises à Gauche. « Guillaume le sauveur », le socialiste gauche-catho qui « rassure et fédère » laisse la main en apparence à Jean-Christophe Boyer. A lui, là aussi de faire le job !

Guillaume Garot va donc faire campagne dans ce scrutin-test pour la Gauche depuis qu’elle a créé l’alternance à la Présidentielle. Il devrait se trouver dans l’arène électorale derrière le candidat Jean-Christophe Boyer qui lui sera - selon toutes vraisemblances - face à un sénateur, François Zochetto (UDI) qui contrairement à Jean-Christophe Boyer « n’aime pas le contact et aller vers les électeurs ».

Le Sénateur, qui va « devoir se dynamiser » a pour lui un très bon ancrage parmi « les notables assis » de la ville. Mais son « ticket », son rapprochement avec Samia Soultani , semble le « gène [r] un peu aux entournures », en raison des attaches que sa colistière, encartée UMP s’est créées avec la Droite forte. Guillaume Garot a pour lui l’émiettement possible des voix qui pourrait résulter de la deuxième liste à droite sur Laval, à l’extrême droite, pilotée par le FN.

Guillaume Garot prend malgré tout un risque. Remettre en danger la ville de Laval sur l’échiquier politique. Et il montre finalement qu’il reste attaché à sa mairie gagnée en 2008, mais pas avec les mains à proprement parler dans le cambouis. Son travail de député, la députation qu’il sera amenée à retrouver quasi automatiquement en descendant de son piédestal de ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot y tient aussi. Peut-être plus que les affaires municipales. Choisir l’Assemblée nationale, compréhensible, quand on a gouté aux ors de la République, à ses honneurs et ses pompes.

Alors Guillaume Garot fait-il à nouveau le bon choix ? Fait-il « le choix de gagner » en se mettant en retrait même s’il sera présent et épaulera de tout son poids politique Jean-Christophe Boyer ?

Les intentions de vote et les ressentis conduisent-ils automatiquement à mettre le bon bulletin dans l’urne ? Pas sûr ! Ses « convictions royalistes » sur le non-cumul l’ont conduit à choisir. Il sait aussi comme tout homme politique que «  le yoyo ce n’est pas bon » pour le département, l’agglomération, et que « ne pas gagner serait une faute » pour tous, y compris pour lui et son propre avenir politique.



Réagir

Il a choisi l’homme de la situation ?

Publié le: 4 octobre 2013
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Laval Politique Gauche Droite PS LR
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS