| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne


Le 31 décembre 2013, RTE aura dû respecter un certain nombre de mesures pour mettre en musique sa ligne, la THT, la ligne à Très haute Tension Cotentin-Maine. Des contraintes liées à l’environnement. La Préfète de la Mayenne, et 3 autres représentants de l’Etat concernés par le passage de la ligne de 400 000 Volts dans leur département respectif, ont posé leur signature avec Réseau de Transports d’Electricité, début mars 2012, au bas d’une convention. RTE s’est donc engagé à tenir ses promesses.


es associations de défense de l’environnement y veilleront. N’en doutons pas. Elles se sont regroupées en 2008 en Fédération (France Nature Environnement Pays de la Loire), pour pouvoir mieux agir sur le plan judiciaire. Car il y va à la fois du respect de l’engagement moral des signataires de la convention mais également et plus simplement du respect de la nature dont beaucoup estime en Mayenne qu’elle sera « défigurée par la présence des pylônes ». Trop hauts, trop visibles. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les nombreux petits panneaux réclamant des énergies alternatives qui fleurissent au bord des routes dans la Mayenne profonde et à proximité du passage de la ligne.

Obligations

La convention est explicite. Simple et claire. Elle demande à RTE par exemple d’envisager au total « la plantation de 68,4 hectares de boisements, principalement en continuité avec des massifs forestiers existants ». Mais ce n’est pas tout : dans un département qui s’enorgueillit de posséder un bocage, le fameux Bocage mayennais cité en exemple dans les livre de géographie, un bocage qui résiste difficilement, malgré tout, au temps et à l’érosion des sols et des terres agricoles, « 13,7 kilomètres de haies nouvelles » devront être plantés. Sans oublier « le renforcement et la restauration de 10 kilomètres de haies existantes. »

Comme une injonction coté protection de la faune, il est question dans la convention de l’installation de « deux gîtes artificiels pour l’hivernage des chauves-souris », chouette non ?, des gîtes pour des animaux qui sont respectées et observées avec attention et ce depuis des années en Mayenne. Il fallait bien ça !

La « création de six mares en périphérie du Poste de transformation de l’Oudon » est également requise par la convention. Des lieux humides pour développer ou rétablir la biodiversité malmenée par les travaux, voilà qui devrait faire oublier au moins sur le papier les aménagements connexes à la ligne, utiles et nécessaires, certes mais pour le moins « disgracieux ».

Epouvantails

Une fois en l’air, la ligne pourrait avoir des conséquences au moins sur les oiseaux. Nous n’évoquerons pas ici celles qui pourraient être observées sur les animaux qui restent à terre qu’ils soient à quatre ou bien à deux pattes, ou deux jambes ! C’est pourquoi la convention stipule que, « des dispositifs visuels d’avertissement (spirales) et d’effarouchement (silhouettes de rapaces et dispositif anti-percussion) seront installés sur les câbles dans les 16 secteurs de sensibilité aux collisions aviaires » qui ont été identifiés le long de la ligne !

Les oiseaux pourront s’éviter une mort brutale et songer à une vie paisible. Car « des îlots de vieillissements sur une superficie de 10 hectares dans l’emprise du projet ou à proximité [...] (2 km du fuseau d’emprise) » seront mis en œuvre. Cette mesure nécessitera dit la convention « l’acquisition de parcelles boisées ou de conventionnement sur une durée de 30 ans avec des propriétaires forestiers ». Vieillir en Mayenne, et bien vieillir, manifestement faut c’qui faune !


Réagir

THT : faut c’qui faune !

Publié le: 2 mai 2013
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Technologies Industries
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS