Attractivité de la Mayenne : un seul tweet et un gros flop

Quand la communication trop rapide et mal évaluée devient vite contre productive. Olivier Richefou, le président du Conseil départemental de la Mayenne vient à nouveau d’en faire les frais. Un simple tweet assortie d’une photo aura permis de renvoyer une image très négative du département. Petite revue de quelques commentaires glanés ici et là en dehors du périmètre des premières réactions indignées en provenance de la Mayenne. Éclairant.

Par Thomas H.


On dit habituellement que poster un message sur Twitter, c’est s’assurer une publicité gratuite, en touchant un maximum de monde avec un minimum d’effort. C’est vrai et en terme de marketing, c’est souvent payant. Mais pas à tous les coups. Étrangement les réactions positives sont trop peu nombreuses pour être vraiment visibles …Elles auraient pu émaner de ceux qui, habituellement, soutiennent le président Richefou.

Mais cette fois, le silence est de rigueur. Mieux vaut se taire devant un tel tollé. Seul Samuel Tual, le patron du Medef, courageusement, a pris part à une conversation, en un seul tweet, pour voler au secours d’Olivier Richefou. Le PDG d’Actual a écrit : « A part pour l’évêque, ce qui risque d’être encore long ! Et le Préfet qui est nommé, tous les autres [Qui sont sur la photo, NDLR] sont élus ! Alors engagez-vous Mesdames, présentez-vous aux élections ! »

Là aussi, indubitablement, il s’agit d’une réponse trop rapide et un peu courte pourrait-on dire, car c’est omettre qu’une sénatrice en terre mayennaise est de sexe féminin et que la Mayenne a donné un mandat de députée, pour la première fois aux dernières législatives, à une femme.

Craignons que l’image nationalement sera sans doute bien difficile à redresser, tant elle a été gondolée en un seul clic lorsqu’Olivier Richefou l’a posté sur le réseau social. Car pour ce twittos qui résume bien l’ampleur du problème, il s’agit d’« Une photo venue tout droit du Mayenne-Age ».

 

L’attractivité en a donc pris, comme on dit, un bon coup dans l’aile. A Lyon, Maxime Bouly, qui se décrit comme un « urbaniste » interroge : « Douze hommes de plus de 45 ans (dont un évêque !), et pas de femme, c’est ça la marque de l’exception ? #Mayenne ». C’est à croire que ce malheureux tweet lancé sur le compte du Président Richefou a été savamment pensé et qu’il était un maillon d’une stratégie de com’ mise en place par de savants communicants. Le nouveau « directeur de la communication et de l’attractivité » recruté par le conseil départemental et chargé de travailler à remodeler l’image mayennaise a-t-il eu son mot à dire ? On ne le sait pas. Mais ce qui compte, après tout, c’est que l’on parle de la Mayenne que ce soit en bien ou en mal.

Au delà des détenteurs de comptes lambda, des personnalités prennent abondamment fait et cause contre cette image de « modernité bien particulière » et relayée au moment où l’égalité des sexes est devenue une nécessité.

« Entre soi »

Car les femmes commencent – et c’est tant mieux – à ne plus vouloir se laisser manipuler que ce soit au sens propre comme au figuré. Jérome Godefroy, ex-journaliste de la matinale de RTL qui se décrit lui-même comme « journalope, troll macroniste circonspect » a analysé que le département en était encore selon lui au 19e siècle : « En #Mayenne, “territoire d’exception, révélateur de talents”, toutes les femmes sont mortes ou elles sont à la cuisine. » Cette autre journaliste économique du journal L’Opinion s’adresse en interpellant Olivier Richefou et elle veut l’aider en le conseillant pour « bien penser son attractivité » : « La Mayenne est Elle un territoire masculin exclusivement @olivierrichefou ? Si ce n’est pas le cas, n’avez vous pas oublié quelque chose ? Petit conseil gratuit pour Bien penser votre attractivité. Les femmes aussi ont des idées. Elles dirigent même des entreprises ! Fou, Non ? »

Robert Namias, qui se présente lui comme « journaliste toujours passionné par la politique et pourtant… » a bien résumé ce qui est à l’origine de cette malheureuse bourde – il faut bien appeler un chat un chat – déposée sur Twitter par le président du Département qui se réjouissait de mettre en avant ce «  comité de pilotage du suivi de l’attractivité, etc. » Pour Namias, «  L’entre-soi misogyne de la bourgeoisie (petite, moyenne et grande) n’a pas fini de sévir ! Et pas qu’en Mayenne. »

« Consternant »

Résultat d’une politique menée avec « les copains d’abord » et trop souvent sans concertation comme l’a souvent dénoncé l’opposition au Département, tout cela devient « Consternant ! Comment être à ce point hors sol et prisonnier d’un vieux système ? » estime Phillippe Poustis de la « LREM dans le 15earrondissement de Paris. »

Curieusement pas trop de remarque sur l’absence de diversité, ou ce qu’on appelle si vous préférez les « minorités visibles » qui sont aussi totalement inexistantes dans ce « comité de pilotage ». Seul Pascal Durand député européen et secrétaire national d’EELV écrit un rien ironique : « Tiens encore une photo en noir et blanc, qui illustre bien les avancées de la parité, de la diversité et de la séparation de l’Église et de l’État. Que de progrès en un siècle quand même ! »

Nathalie Gauthier, qui se présente comme « directrice de la communication de Aides et membre de la Fondation des femmes », interpelle le N°1 mayennais : « Sérieusement M. @olivierrichefou il n’y a pas de femmes en #Mayenne ? C pour ça, la stratégie d’attractivité de la #Mayenne ? Et bien c pas gagné ! » prédit-elle.

Mais il n’empêche, le président Richefou a semble-t-il vraiment réussi son coup. Il a fait en sorte qu’on parle de la Mayenne sur le réseau social trés fréquenté où tout le monde gazouille. Il a fait en sorte qu’on glose sur ce département qu’il souhaite promouvoir. Et pas uniquement en terme choisis et positifs, mais peu importe encore une fois qu’on en dise du bien ou du mal ou qu’on en parle positivement ou négativement, l’essentiel en matière de communication, lui dira le meilleur des spin doctors, c’est qu’on en cause de la Mayenne ! Et de ce point de vue là, le pari est plus que réussi non ?…car à en croire Sam :« Purée ça donne envie la #Mayenne ! »

Ici le communiqué de presse d’Olivier Richefou rendu public sur Twitter après son tweet qui a créé la « polémique » et au lendemain de la publication de cet article sur leglob-journal.

1 thought on “Attractivité de la Mayenne : un seul tweet et un gros flop”

  1. Ainsi donc, un évêque a été convié aux travaux de cette honorable association : comment se fait-il ? À quel titre ? Et pourquoi pas le Pasteur, le Rabbin, le Pope, le Boudhiste, voir l’Iman ( il se pourrait que quelques uns, trop respectueux de la Laïcité, se seraient abstenus) ?
    Etrange, en effet, dans notre République, encore, Laïque !!

    Serait-ce que l’on envisagerait une sécession, en catimini, du département ? L’on nous préparerait un futur confessionnel catholique ?
    l’on aurait un projet pour nous ? (pas impossible?)
    On ne m’a rien dit  ! On ne nous dit rien ! Décidément, on ne nous dit vraiment rien !

    L’historien de la Mayenne, Michel Denis parlait du condominium de l’église catholique et des grands propriétaires fonciers à la fin du XIX° (si ma mémoire est bonne?), et Aujourd’hui ? De quel condominium s’agit-il ? Celui de l’église catholique, à nouveau ? Avec qui ? Quels notables ?….

    En somme, l’on aurait des idées pour nous ! Et l’on aurait besoin de bergers, forcément !!?

    Ah, Nostalgie ! Nostalgie ! Quand tu nous tiens, Tu ne nous lâches plus !
    Le Roi Salomon aurait dit : «  rien de nouveau sous le soleil, » rapporte l’ecclésiaste, Et, toujours l’Ecclésiaste : « Vanité des vanités , tout est vanité »… !!!

    Amusant !

Laisser un commentaire