Collège Fernand Puech : la position en porte-à-faux de François Zocchetto

tribunelibrenew-8.jpgC’est par arrêté préfectoral et après consultation du Comité départemental de l’Éducation nationale qui n’a qu’un avis consultatif, qu’une décision de fermeture du collège Fernand Puech serait prise. « La décision n’appartient pas à la Ville », c’est ce qu’a tenu à rappeler le sénateur-maire UDI de Laval qui a reçu récemment une délégation de parents d’élèves. Sollicité par leglob-journal, François Zocchetto a pris sa plus belle plume pour écrire ce qui le pousse à aller à l’encontre de l’idée de fermeture proposée par son ami au Département Olivier Richefou, quitte à se trouver en porte-à-faux avec lui.

Par François Zocchetto


J’ai souhaité recevoir, le vendredi 12 mai dernier, une délégation de l’Association des Parents et Amis du collège public Fernand Puech en présence de Danièle Jacoviac, Alexandre Lanoë, adjoints au maire et de Nadia Caumont, conseillère municipale, tous trois siégeant à divers titres au conseil d’administration du collège. J’avais d’ailleurs déjà pris l’initiative de les recevoir, le 9 mai 2016, lors de l’annonce du projet de fermeture.

Rappeler et dénoncer

Depuis de nombreux mois, j’ai entendu et écouté de nombreux avis et j’ai échangé avec notre équipe municipale. Il était donc temps d’avoir une expression publique en la matière.

J’ai tout d’abord rappelé à l’association que cela était compréhensible que le Conseil départemental de la Mayenne engage ce genre de réflexion, compte-tenu des évolutions démographiques de notre territoire et d’environ 1 000 places disponibles dans les 5 autres collèges de notre ville.

La décision de fermeture n’appartient pas à la Ville et son avis, d’un point de vue réglementaire, n’est pas sollicité. J’ai rappelé que j’avais demandé, dès le 3 mai 2016, la mise en place d’une large concertation associant les parents d’élèves, la communauté éducative, les élus et les services départementaux de l’Éducation Nationale afin de concilier les différents points de vue, car la seule chose qui compte est d’assurer les meilleures conditions d’enseignement pour les jeunes Lavallois.

puechzocctribunecitation.jpgEnfin, j’ai tenu a dénoncer de nouveau les polémiques stériles et infondées qui avaient été alimentées par certains l’an passé. Il était impensable de laisser croire que la ville attendait la fermeture du collège pour réaliser un projet immobilier! Tout comme il était inacceptable d’instrumentaliser la note interne (corrigée depuis) de la SNCF sur le relogement des activités du comité local d’entreprise dans le gymnase du collège! Je tenais à le rappeler, car pour qu’il y ait un dialogue, respect et transparence sont de rigueur. C’est ma conception de la  vie publique. Enfin, la Ville a engagé un important projet autour de la gare La Zac LGV, Laval Grande Vitesse, NDLR] et ce quartier va donc connaître dans les 10 à 15 prochaines années, un fort développement.

Ceci va indéniablement renforcer l’attractivité de ce secteur de la ville de Laval. C’est pour cette raison que j’ai refusé de signer au nom de la Ville, la convention de présence postale que La Poste me proposait en envisageant la fermeture de bureaux de poste.

Ainsi, en conclusion, et pour les mêmes raisons, j’ai informé la délégation de l’Association des parents et Amis du collège public Fernand Puech que je n’étais pas favorable à la fermeture du collège.

Lire aussi d’autres articles dans la rubrique Puech

Laisser un commentaire