Comment le journal belge L’Écho évoque les dossiers Sarkozy

Les dossiers-«casseroles» de l’ancien chef de l’État

«La garde à vue de Nicolas Sarkozy terminée, l’ancien Président français a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire pour financement illégal de campagne électorale. Pour l’ancien président, il n’existe pas de « preuve matérielle ».»

Par le journal belge L’Écho


«Nicolas Sarkozy a été mis examen ce mercredi et placé sous contrôle judiciaire dans le dossier des soupçons de financement libyen de sa campagne électorale victorieuse de 2007. Sa garde à vue venait de se terminer quelques heures auparavant.

L’ancien chef de l’État, qui avait été placé en garde à vue mardi matin [20 mars 2018, NDLR] à Nanterre, est poursuivi pour corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens. Il nie les faits qui lui sont reprochés selon une source judiciaire. […]

« Les faits dont on me suspecte sont graves, j’en ai conscience. Mais si, comme je ne cesse de le proclamer avec la plus totale constance et la plus grande énergie, si c’est une manipulation du dictateur Kadhafi ou de sa bande, ou de de ses affidés (…) alors je demande aux magistrats que vous êtes de mesurer la profondeur, la gravité, la violence de l’injustice qui me serait faite.« »

Après des extraits de l’article de L’Écho, voici ci-dessous le récapitulatif réalisé par le journal, de ce qui est reproché à l’ex-Président de la République. Utile et nécessaire pour s’y retrouver dans le dédale des affaires.

blanc_long-43.jpg

Laisser un commentaire