Garot : « Je produirai un calendrier, en temps voulu. »

Ira, ira pas… Lui fait durer le suspense concernant sa participation ou non au casting des municipales à Laval en 2020. En se retranchant derrière le temps ; le temps qui n’est pas venu selon lui, démontrant qu’il veut aussi rester le maître des horloges. De fait, tant que Guillaume Garot, pour l’heure député PS de la Mayenne, ne s’est pas prononcé officiellement, force est de constater que l’on reste dans un certain flou, ce qui permet toutes les interprétations.

Par Thomas H.


Bien avant d’être réélu, et plutôt de belle manière en 2017 en écartant la candidate pourtant estampillée LREM, le député Garot avait déclaré au Glob-journal : « Lorsque viendra l’heure du choix pour les français en 2017, nous serons jugés collectivement  ». Il achevait son deuxième mandat et ne croyait pas si bien dire.

«Gauche réaliste»

Jugés, les socialistes l’on été, c’est le moins qu’on puisse dire, tant et si bien que les urnes leurs ont été fatales ; avec pour ce «parti de gouvernement de gauche réaliste» comme le dit l’ancien ministre, les déboires électoraux et financiers qui vont avec.

Celui qui estime avoir « inventé une nouvelle relation démocratique en associant les citoyens à ses prises de décisions  » fera paraître « à l’automne, le 16ème numéro de son « journal du député » qui est publié tous les trois mois  ». Histoire de rendre des comptes à propos de son mandat d’élu à l’Assemblée Nationale.blanc_long-50.jpgPour l’heure, l’ancien ministre de l’agroalimentaire est un parlementaire. On ne mélange pas s’il vous plaît… Je suis député et cette fonction occupe beaucoup, semble-t-il dire à la Presse qui lui pose, et c’est légitime, la question de sa candidature en 2020 aux municipales. Alors Guillaume Garot sourit – il sait faire – et répond sans dire ni oui, ni non par cette phrase pleine de sous-entendus : « Je produirai un calendrier, en temps voulu.  ». Alors leglob-journal lui demande s’il sent que les lavallois, ces compatriotes, lui envoient des messages positifs quand il les rencontre. Il répond qu’ils lui disent tout le bien qu’ils pensent de l’équipe au pouvoir à la ville de Laval. (Sourire) Mais il sera difficile d’en savoir plus, pour l’heure, sur ses intentions.

garotrentree2018citation.jpg

 

En revanche, il est plus prolixe sur le Président Macron. « J’ai voté pour lui, mais à présent, c’est la déception, tant sur l’orientation politique que sur la méthode et la capacité à travailler ensemble  ». L’ancien maire de Laval ajoute « j’attendais de l’ouverture, c’est de la fermeture. » Il constate que le président de la République – mais c’est la Constitution qui veut ça -, décide de tout. « Tant de pouvoir à une seule personne ; on a besoin de contre-pouvoirs. Il faut donner de la place au citoyen si on veut moderniser le pays ; sa parole doit avoir sa place dans l’espace public. »

 

Celui qui a mis en place justement des jurys citoyens pour décider collectivement de la distribution des sommes de la réserve parlementaire – supprimée depuis – ou bien en tant que président du Conseil National de l’Alimentation des Ateliers citoyens sur le gaspillage, estime qu’il faut revoir la copie de cette Vème République et réformer cette constitution.

Lutter contre les populismes

« On verra bien ce qui nous sera proposé sur la réforme constitutionnelle et si cette réforme est maintenue…  » Il y va selon lui de la pérennité de notre démocratie ; et « si on veut lutter contre les populismes ; ils font le jeu de la démagogie permanente, de la solution dans la facilité et le slogan : par exemple tenez : si il y a trop de chômeurs, c’est parce qu’il y a trop d’étrangers… ce n’est pas acceptable… » Guillaume Garot qui se veut le tenant d’une « gauche réaliste » fait aussi référence au mouvement de Jean-Luc Mélenchon et ajoute « la politique de Macron peut attiser des réactions de populisme.  »

C’est sans doute tout cela et bien d’autres choses encore qu’il dira aux citoyens qu’il souhaite rencontrer. Guillaume Garot va en effet aller sur les terres de ses électeurs, à la mode « ancien monde », au cours de «sept réunions publiques de compte-rendu de mandat  » ; du 20 septembre au 8 novembre 2018. En commençant par Pré-en-Pail aux confins du département, tout là haut, au nord du département, pour finir par Laval, la ville-centre de l’agglomération, au cours d’une rencontre à la Maison de quartier des Pommeraies. Le député insiste : « Sur tous les sujets, dit-il comme l’alimentation et la santé par exemple, nous devons faire entendre une autre voix…  »

Laisser un commentaire