Urgences – Hôpital de Laval : « malaise à tous les niveaux »

Une quinzaine de minutes de débrayage, ce mardi 11 juin 2019, devant le service des Urgences de l’Hôpital de Laval. Un symbole. Une centaine de personnel hospitalier a répondu à l’appel de la CFDT, de la CGT et de FO et stoppé le travail à 14 heures. Photo-Reportage leglob-journal

« Soigne et tais-toi »

Par leglob-journal


Les syndicats avec les drapeaux en berne ou baissés ont pris traditionnellement la parole. Pour dire « Non aux actions qui détruisent les services publics hospitaliers et médico-social. Non au contrat de retour à l’équilibre qui prévoit la suppression de 30 postes sur trois ans. » Les agents hospitaliers réclament aussi « des effectifs en adéquation dans tous les services et un véritable dialogue social, pour éviter le malaise à tous les niveaux.« 

« Alors que le directeur de l’hôpital de Laval, disent les syndicats, vante le service des Urgences comme la vitrine de l’établissement, le personnel souffre et les usagers en pâtissent! » Surtout depuis la fermeture des Urgences à la Polyclinique du Maine.

Ici, cette photo représente l’entrée physique du service des Urgences, véritable « porte d’entrée de l’Hôpital » que franchissent deux patients sur trois en général. Le panneau dit bien ce que les personnels pensent tout bas. C’est vrai, il faut bien l’admettre, ce n’est pas franchement très accueillant. La centaine de personnel hospitalier a aussi réclamé un « véritable plan d’investissements pour les Urgences et tous les services ».

Cette action éphémère de démonstration de grogne de quinze minutes, – l’arrêt de travail complet n’est pas permis -, c’était aussi l’occasion de rappeler l’hostilité des personnels à la fermeture de lits et de services qui sont envisagés. Et de dire aussi qu’ il ne faut pas trop tirer sur la corde. « Un personnel épuisé égale un hôpital en danger! »


Photos – © leglob-journal

Soutenez leglob-journal en Mayenne : faites un don

Laisser un commentaire