Je vous fiche mon billet #26

Par Gildas Charlès

Les digues sont rompues

Les digues qui séparaient encore la droite de l’extrême-droite, c’est-à-dire Les Républicains du Front National, ont rompues, ou sont sur le point de rompre. À la fois sous les coups de boutoir du FN mais aussi de l’intérieur, ce qui est pire.
Inutile de se cacher derrière l’étendard brandit haut et fort par Laurent Wauquiez clamant « La droite est de retour ! », qui soutiendrait l’idée qu’elle n’était plus ce qu’elle devait être.

Il n’est qu’à entendre les dernières déclarations des Ciotti, Mariani, Morano et consorts, leur petite musique douce aux oreilles des plus conservateurs de cette droite – celle de Droite Forte et Sens Commun entre autres – forment une rengaine, version Canada Dry des discours de Marine Le Pen.

Pire ! Cette dernière vient d’appeler à voter pour le candidat de LR pour la législative partielle à Mayotte, au nom de la dédiabolisation de son parti menée à grand train et surtout, au nom de la nouvelle stratégie qui consiste(rait) à mener des alliances avec la droite, seule issue possible pour survivre, elle et son parti, au cuisant échec à la dernière présidentielle.

Wauquiez n’étant pas Sarkozy, il ne lui est pas possible de tenter le coup de 2007, quand ce dernier avait siphonné les électeurs du FN pour les rallier à sa candidature et ainsi gagner la présidentielle. D’ailleurs cela n’avait marché qu’en 2007 ; la même tentative en 2012 fut vaine, les électeurs FN déçus préférant l’original à la copie. Il ne lui reste donc que la possibilité de durcir le ton, de laisser ses lieutenants tenir un discours très à droite, trop certainement pour ceux du centre-droit qui ne se retrouvent plus dans cette droite qui se voulait populaire et qui finit par n’être que populiste.

Et localement ?

Si nous prenons la majorité municipale de Laval, la cohésion de 2014 semble avoir du plomb dans l’aile. Certains LR ont quitté le navire pour rejoindre La Droite constructive, d’autres, UDI sont désormais estampillés La République en Marche.

Depuis un an, Samia Soultani-Vigneron, l’actuelle présidente des LR de Mayenne, ne cesse de prendre du recul en politique. Son annonce récente de laisser sa place en octobre prochain ouvre la voie aux fillonistes et wauquiezistes locaux. Il faut se rappeler que certains avaient déjà tenter d’anticiper ce départ en publiant un appel à la reconstruction en juillet dernier. [Cf, l’article ci-dessous, publié en 2017 par le Courrier de la Mayenne et posté sur Twitter par un militant LR, NDLR]

capturebettonsoultani.jpg

L’inimitié latente entre la droite et l’extrême-droite locales semblant assez forte – renforcée probablement par ce que représente Mme Soultani-Vigneron comme contre-exemple de ce que dénoncent MM. Gruau, Cadenas et affidés – pourrait se réduire avec le départ de cette dernière.

Souhaitons que – la Mayenne étant considérée comme une terre politique plutôt modérée et positionnée plus au centre qu’à droite -, les digues puissent ici ne pas rompre.

Laisser un commentaire