Les limites du journalisme

C’est souvent avec envie, et un brin de jalousie, mais rarement avec de la compassion qu’est regardée la profession. De plus en plus le grand public qui n'est pas dans les arcanes de la profession semble percevoir que le métier de journaliste n’est pas aussi facile que l'on voudrait bien le supposer...
Les journalistes ont moins bonne presse
Par Thomas H.

Au premier abord, il apparaît comme un miroir aux alouettes ce métier-là. Il attire? Oui, il subjugue même, il est captif. Beaucoup de jeunes en rêvent. Puis, à bien y regarder les jugements s'affinent.

Longtemps, une sorte de noblesse accouplée à du panache quelquefois mal placé a été adossé au savoir-faire journalistique. Mais depuis quelques décennies les choses ont bien changé. Les journalistes ont moins bonne presse. Alors, la faute à qui ?

Peut-être aux journalistes eux-mêmes! Oui à ceux qui se sont laissés embringuer dans des configurations qui leur ont ôté un peu de leurs prérogatives journalistiques : trop de sollicitude...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnez-vous!

Pour lire la totalité de cet article, choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal