Plus de démocratie, c’est ce qu’ils réclament dans cette guerre d’usure

Alors que s’est ouvert le Grand Débat voulu par le Président Macron, quelle issue pour l’épisode politico-social qui s’inscrit dans la durée et a fait vaciller l'exécutif sur ses bases? Quelle sortie pour cette crise sans précédent depuis 50 ans sous la Vème République ? En creux, ce mouvement est le révélateur d’un besoin de plus de démocratie, où tout le peuple, sans exception, devra dorénavant être écouté mais aussi entendu.

Par Thomas H.

Trop longtemps confisqué par quelques-uns oubliant qu'ils ont reçu procuration de représentativité, le pouvoir ne semble plus être accepté benoîtement. Il a perdu de son autorité naturelle. Ceux qui en sont les sujets obligés de ce pouvoir revendiquent à présent un partage et à tout le moins une participation active au processus de prise de décision. En filigrane, il s'agit concrètement, ni plus ni moins, d’une nouvelle façon de concevoir la notion de démocratie.

Trop peu de parole, cela conduit à des excès qui amènent à ce que les soupapes de sécurité lâchent, entrainant des bouffées irrépressibles de violence et néanmoins inacceptables à notre époque. Même si l'Histoire de notre pays nous a montré, à plusieurs reprises, des épisodes bien pires.

Il faudra donc un vrai changement institutionnel, pour que la parole lâché...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici