Prison break !

Photo Raymond Depardon

La «grogne des profs», voilà en trois mots comment les médias résument les manifestations des enseignants depuis des années.

Mais les profs ne grognent pas ! Ils défendent l’avenir de l’école de vos enfants. Ils demandent que l’on soit respectueux de ce qui les anime.

Par Thomas H.


Ils ne veulent pas d’une école rabaissée, ni même écornée au nom de l’Economie, au sens noble du terme, mais aussi de l’économie de façon plus vulgaire, c’est-à-dire ce qui conduit a faire des économies de « bouts de chandelle. » Ils ne grognent pas, ni même les parents d’élèves, d’ailleurs. Ils s’insurgent.

Ils se font entendre – Ils savent depuis Hugo qu’« ouvrir une classe, c’est fermer une prison ». Autres temps certes, mais l’esprit de Victor est toujours là ! Cet état d’esprit sous-tend les actions de ceux qui se sont élevés contre la carte scolaire par exemple. Parents et enseignants.Contre la fermeture d’une classe ici, contre des effectifs d’élèves trop nombreux là. Accrochage de cartables devant la Préfecture de la Mayenne, manifestation devant l’Inspection d’Académie, distribution de tracts pendant une fête-chorale « Couleurs d’écoles ».

Demandes d’entrevues avec la représentante de l’Éducation nationale en Mayenne et tentatives de négociations. Infructueux. Force leur est de constater que l’administration locale est dans l’incapacité de répondre aux besoins des écoles. Aucune marge de manœuvre possible !

Les postes sont alloués par le ministère. Et un des principaux arguments de madame l’Inspecteur d’Académie opposée aux parents, c’est du style « si j’ouvre un poste chez vous, je devrai en fermer un ailleurs. »

Blocage – Le samedi 29 mai la contestation devrait monter d’un cran. Monter, c’est bien le mot juste! Car il est question que 53 Mayennais aillent à Paris. « Ça tombe bien, 53 c’est juste un car ! » remarque un syndicaliste.

Ils se remémorent le fait que dans les années 90 des Mayennais, comme eux, étaient allés à Paris et avaient obtenu gains de cause. « Paris en délégation !» c’est une initiative mayennaise du Snu-ipp, de Sud Éducation et de FO. Le Syndicat des Enseignants (proche de la CFDT) n’a pas donné suite.

La province monte à Paris. Comme aux temps des jacqueries ! Pour défendre les écoles. 16 écoles aux quatre coins du département se sentent véritablement concernées par les mesures. A Laval, Évron, Ernée, Landivy, Montenay, Andouillé. Et demander une audience au ministère de l’Education nationale afin de réclamer des postes.

Plus de postes ! – 16 500 suppressions de postes ont déjà été réalisées, ce à quoi s’ajoutent 13 500 suppressions supplémentaires à la rentrée prochaine. Les 53 réclament « des postes pour les écoles qui ont besoin d’une classe supplémentaire. Pour les écoles qui ne doivent pas fermer de classe. Des postes pour assurer convenablement les remplacements.

Pour permettre le départ en formation des enseignants des classes spécialisées, et la scolarisation dans de bonnes conditions des élèves en situation de handicap. Des postes pour la défense de l’école maternelle. »
Voilà le catalogue de revendications qui mises a coté des milliers de postes supprimés sont crédibles.

D’ailleurs Yannick Favennec le député du Nord Mayenne (UMP), au moment où la carte scolaire battait médiatiquement son plein en Mayenne, avait demandé (ce qui ne mange pas de pain!) « un moratoire pour les fermetures de classes dans les écoles en milieu rural ».

Guillaume Garot le Député Maire PS de Laval dénonce ces coupes sombres : « Dans les écoles maternelles, le ministère incite à ne plus scolariser les enfants de 3 ans ou à ne plus en tenir compte dans le calcul des effectifs. C’est ainsi que des classes de petites sections peuvent se retrouver à 30 élèves. On sait pourtant que le nombre d’élèves par classe est un facteur de réussite scolaire […]». Sur-effectif comme dans les Lycées.

Les 53 seront composés de parents, d’enseignants et d’élus municipaux. Et dans le car peut être des parlementaires mayennais, qui sait ! Ils sont invités en tout cas par les organisateurs à les y accompagner !

Laisser un commentaire