Scénariste de son propre univers, il peint suivant ses états d’âme

Jacques Guillet est un des nombreux peintres en Mayenne. D’un naturel introverti, il dit qu’il «déverse sur la toile», car pour lui «c’est plus facile que de faire un discours.» Ses toiles sont colorées et vives, reflet de cet épisode provençal qu’il a vécu et qui n’a pas été sans l’influencer. Jacques Guillet est une sorte de « peintre chanteur », comme l’est aussi PB (Patrick Bergès), cet autre peintre en Mayenne dont nous nous sommes déjà fait l’écho dans ces colonnes. Jacques Guillet se raconte sur leglob-journal

Par Jacques Guillet


Autodidacte depuis l’âge de 15 ans (j’en ai 64) mais pas que…j’ai fait une école d’art ; mais surtout, à mon avis, la meilleure école, c’est celle des peintres de renommée auprès de qui j’ai appris le meilleur et parfois le pire.

Vendéen d’origine, j’ai vécu quelques années en Provence. Cette période a beaucoup influencé ma façon de peindre et d’apporter de la lumière sur mes toiles. Aujourd’hui retiré dans la campagne mayennaise je prends comme modèle la nature qui s’offre à moi et je joue avec les paysages.

guilletpeintrecitation.jpgPendant plus de quarante ans j’ai travaillé la peinture à l’huile. Un figuratif que je souhaitais bien léché, travaillé dans la plus pure tradition, lumineux, expressif.

Cette peinture demande de longs mois de travail, je suis toujours en admiration devant les artistes qui ne font que de l’huile car pour obtenir un résultat magnifique il faut du temps, de la maîtrise et beaucoup de travail.L’huile, j’y reviens de temps à autre et j’ai souvent un tableau en cours… L’huile, c’est l’expression même du travail minutieux et de la perfection. C’est une matière qui m’apporte beaucoup de satisfaction et qui s’accorde bien avec une partie de mes œuvres figuratives

Huiles, acryliques, aquarelles, sanguines, crayons… j’aime travailler toutes les matières et tous les sujets qui séduisent mon âme et mon œil. Mais depuis quelques temps; c’est avec l’acrylique que je réalise la plus grande partie de mon travail.

Avec l’acrylique, j’apporte des couleurs chantantes sur mes toiles, et cette matière me transporte plus facilement dans l’imaginaire. C’est à l’acrylique que j’ai réalisé mes séries baroques.

Plusieurs mois de travail sur chaque œuvre ont été nécessaires, mais l’avantage de l’acrylique est la possibilité de reprendre une toile lorsque le résultat ne nous satisfait pas entièrement.
Aujourd’hui j’achève une série de toiles réalisées avec cette matière sur « Les chemins de halage  ».

guillet_les_ormes_rouges2.jpgJe marche dans mes toiles

La chose n’est pas forcément plus aisée car elle demande également de la maîtrise, mais cette matière permet d’aller plus vite et m’autorise donc à peindre suivant mes envies. Tantôt un chemin, tantôt la rivière. Je marche dans mes toiles ; je suis la nature et mon imagination fait le reste. Du figuratif impressionniste à celui contemporain, rien ne vient déranger ma tranquille avancée. Je ne cherche pas à justifier de mon œuvre.

Ma vision n’est pas effleurée par les courants ou contre-courants artistiques.

Je peins comme je le ressens dans la recherche constante de mes propres valeurs. Je suis un peintre sans cesse à la recherche de mon expression véritable. Tout individu, au fil des ans, se constitue un patrimoine de connaissances, grâce à des remises en question permanentes. Je crois que mon évolution d’artiste en est une démonstration particulièrement vive.

Je suis le scénariste de mon propre univers, je peins suivant mes états d’âme. L’expression véritable de ma peinture est dans la recherche du scénario le plus probable à l’instant présent.

Laisser un commentaire