Un bilan de roi

Phrase emblématique du Président peinte sur un mur en ville, comme un boomerang

Quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, le passif après quatre ans de mandat sera toujours plus fort. Les arguments sont dévalorisés. Le tempo n’est plus au beau fixe, et la perception est entachée de matières négatives qui plombent.

Le roi essaye de se refaire une image positive, le voilà en campagne, mais il a dès le départ mis sa culotte à l’envers et depuis il court à nouveau pour gommer ses propres erreurs.

Extrait du Discours de Saint Jean de Latran sur la laïcité

Les fastes du roi n’ont pas du tout été appréciés de son peuple. Dès le début. Dans un restaurant choisi en comité restreint du premier cercle il s’est donné en spectacle. Il s’est laissé griser sur le yacht prêté par un de ses vassaux. Et dans les airs, il a voulu un avion à sa démesure. Mauvaise perception ! Sans compter les agissements doués de paroles négatives, tout au long de son mandat qui l’ont éloigné de ses administrés.

 

Comme l’épisode du Karcher en banlieue, le « casse toi pov’con! » du Salon de l’agriculture, ou bien le « descend ! Si t’es un homme » envoyé au pécheur du Guilvinec pour montrer ses muscles...
Rupture parfaite
Les réformes prétendument appelées par les Français ? Certaines sont passées mais à quel prix ! Le service minimum imposé par la loi lors des grèves est à présent entré dans les mœurs, mais les retraites ont permis de faire descendre dans la rue des millions de Français et de cristalliser contre le N°1 français et son équipe.

L’homme de la rupture a admirablement rempli son rôle. Le roi mâtiné de Thatchérisme intransigeant a imposé un épisode ultralibéral aux Français comme il s’y était engagé avant l’élection. Le pays a connu l’hyper présidentialisme à tout crin, metta...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal

J'ai un compte, je me connecte