Avec l’agrinumérique, l’agriculture à l’épreuve du numérique – Par Marrie de Laval

Pour se préparer à la rentrée universitaire [En Une, ci-dessus, la photo de la toute nouvelle faculté de Droit située à Laval-Changé, NDLR], rien de tel que de revenir sur le colloque annuel de la faculté de droit de Laval. Cette année, durant la semaine du salon « Laval virtual », l’antenne de l’université du Mans a présenté le monde de l’agrinumérique. Vaste sujet, ardu mais passionnant, aux conséquences lourdes pour le monde agricole s’il ne s’y intéresse pas a minima. Le thème présente également le formidable intérêt de peut-être annoncer un revirement d’analyse juridique, suite à l’interférence du droit numérique avec celui du monde rural, en attendant un prochain amalgame.

Par Marrie de Laval

vec l’agrinumérique, tout tourne autour de la donnée, cette data collectée gratuitement auprès des professionnels agricoles que de nouveaux acteurs du monde numérique regroupent, recoupent, analysent jusqu’à produire des études et des statistiques finalement revendues à ceux qui les ont fournies de façon éparse. Ne pas être reconnu propriétaire d’éléments déposés auprès d’un acteur numérique, avec toutes les conséquences marchandes et financières qui en découlent, voilà la pierre d’achoppement immédiate.

L’agrinumérique est une « nouveauté » liée à l’évolution technologique et se trouve à la confluence de plusieurs spécialités juridiques qui protègent des intérêts antagonistes. Il faut trancher de très nombreuses questions. Pour Laura Tomasso, doctorante à Montpelier, la data, la donnée, issue du latin Datum (ce qui est donné) peut avoir n’importe quel support (papier ou numérique).

Le support n’a d’intérêt que la facilitation de son traitement parce qu’elle est circulante, fluide et co-construite. Quant à la donnée, elle évolue, de « primaire ...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule d'abonnement et de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal