Déserts médicaux : « refondons le contrat que les médecins ont avec la Nation »

Persévérance et ténacité. Le député socialiste de la Mayenne Guillaume Garot récidive. Rien de délictuel, l'ancien maire de Laval ne souhaite que du bien à ses concitoyens. L'élu vient de mettre sur la table de l'Assemblée Nationale une nouvelle Proposition de loi pour lutter contre les déserts médicaux. Avec cette fois une montée en puissance dans les préconisations pour qu'il n'y ait plus de poches vides de médecins en France. Pas gagné.

Régulation, contrôle et plafonnement

Par Thomas H.

Avec ces trois mots, régulation, contrôle et plafonnement, la proposition de loi monte d'un cran dans la gradation des mesures qui sont avancées. Il y a urgence dit le député devant les journalistes en conférence de presse à Laval ; d'ailleurs le texte de loi explique en préambule : "les mouvements des Gilets jaunes qui ont touché l'ensemble du territoire [français] l'hiver dernier" ont agit "comme un révélateur du sentiment d'abandon dont souffrent de nombreux français. Notre système de santé n'est pas étranger à ce malaise, avec la désertification médicale qui continue de s'accentuer. La colère dans le service des urgence en est aussi la marque. »

Cela dit, Guillaume Garot a bien conscience tout de même qu'il se heurte à une sorte de mur. Celui des habitudes et de l'argent aussi. Les professionnels de santé, comme les médecins libéraux, devenus parlementaires pour certains, entendent bien ne pas faire en sorte de scier la branche sur laquelle ils sont assis. "Mais les mentalités évolues" note le député mayennais qui enregistre un mieux dans la prise de conscience. "Je me bat, dit-il, dans ce travail de longue haleine de député pour faire évoluer les esprits, et après tout ce n'est pas grave si elle ne passe pas en commission." Mais ce serait vraiment le signe...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal

J'ai un compte, je me connecte