Florian Bercault, de gauche, élu maire de Laval, haut la main – Par Thomas H.


« C’est génial! » pouvait-on entendre après la proclamation des résultats. Avec 53,44%, c’est une victoire, « nette, claire, et carrée ». Pour le jeune maire de gauche qui déboulonne François Zocchetto et son adversaire Didier Pillon qui avait pris la succession de ce dernier au pied levé, c’est « une victoire éclatante » face à un Didier Pillon qui a du mal décidément à s’imposer. C’est aussi une défaite pour LREM à Laval qui s’était mise dans le sillage de François Zocchetto, et une confirmation de la « déconfiture » de LR, formation emmenée sur la liste de Didier Pillon par Samia Soultani. Cette émergence officielle de Florian Bercault dans le paysage politique lavallois soutenu par l’ex-maire et député PS Guillaume Garot, c’est aussi, par l’alternance, le retour du clivage droite-gauche qu’on disait moribond. Il faut souligner enfin que les Verts sont les moteurs de la victoire de la sociale-écologie à Laval.

Par Thomas H.


Les vainqueurs ont descendu la rue des déportés pour rejoindre la mairie – © leglob-journal

« Avec cette victoire, le plus difficile commence… »


Joie, applaudissements et congratulations – Photos © leglob-journal

Mais qui est le nouveau maire de Laval ? Florilèges de déclarations de Florian Bercault sur leglob-journal


«  Je suis un démocrate. »

« Je suis un homme de gauche. Une gauche moderne et réaliste et profondément humaniste. Donc finalement, je suis entre le socialisme et l’écologie. C’est la social-écologie que je veux porter, avec une démarche très citoyenne, participative du faire ensemble.« 

« J’ai eu des parents très impliqués dans la vie lavalloise, avec un père journaliste, une mère éducatrice au foyer Guy Chevrot (…) Dès 2012, j’ai été assistant de campagne pour Marie-Noëlle Tribondeau dans le sud Mayenne.

Celle qui est devenue ma femme et que j’ai rencontré en politique, Flora Gruau, était assistante de campagne de Guillaume Garot, et je n’ai jamais lâché Laval et la Mayenne… »

« Le startupper, c’est une catégorie d’entrepreneurs très spécifiques que j’étudie, que je valorise au quotidien, car c’est mon métier…Mais je me définis avant tout comme un entrepreneur, avec un double cerveau, comme vous l’avez rappelé Public-Privé, avec le côté Sciences Po et le côté Business et cette volonté de toujours avoir un impact dans ce que j’entreprends et ce que je fais. »

« Mon métier au quotidien, c’est de valoriser les entreprises, en ne regardant pas que les aspects financiers mais aussi les aspects environnementaux et sociaux. C’est cela que je porte. Donc je dirais que suis un entrepreneur engagé. »

« Je suis contributeur Forbes [Magazine de l’actualité business pour les entrepreneurs et les décisionnaires, NDLR] de part mes activités professionnelles et j’interviewe des entrepreneurs chaque semaine. » 


Promesses. Elles fleurissent en temps de campagne électorale, il reviendra à ceux qui les font, à Florian Bercault et son équipe, de ne pas décevoir.


« Il n’y aura pas d’augmentation des impôts »

« On ne cédera pas des bijoux environnementaux, de la ville. Saint-Julien, on regrettera cette privatisation de notre espace public sans concertation, sans réflexion, et encore moins avec les élus. Ce n’est pas passé en bureau municipal. On fera différemment. »

« L’objectif , c’est justement d’incarner cette gauche moderne, réaliste et prête à exercer les responsabilités. C’est pour cela que je me suis entouré de personnalités qui ont un savoir-faire dans un certain domaine et qui sauront être à l’écoute des agents municipaux. C’est très important. C’est certain, il y aura des marges de manœuvre limitées sur certains sujets et notamment financiers. » 

«  Nous avons une liste de projets cohérents et pas pharaoniques. » pour préparer la transition écologique et  faire rentrer Laval dans le 21ème siècle » .

« Le référendum n’est pas une chose compliquée a appréhender. Pas du tout, c’est essentiel de faire ensemble ! Si on veut lutter contre l’abstention, (…) il faut inclure dans nos politiques publiques au quotidien nos concitoyens et faire avec eux et pour eux. Donc il faudra consulter, surtout sur des cessions et des projets aussi importants que St Julien et Corbineau. »

« La nouvelle équipe (…) s’emploiera à garantir des subventions aux associations sportives et culturelles avec une concertation pour rouvrir dans les meilleures conditions possibles. Les animations sur la ville de Laval cet été doivent se marier avec l’économie pour que les Lavallois puissent dépenser, c’est très important… » 

« L’éducation fait partie de nos services publics à préserver, plus que jamais après la crise que nous vivons. Cette éducation de qualité que nous offrons à nos enfants prépare l’avenir. » ◼


Didier Pillon, tête de la liste Laval Passionnément grand perdant de cette élection – © leglob-journal

Cet article est en accès libre. Pour lire les 1270 autres articles que recèlent les archives du Glob-journal vous pouvez vous abonnez. Soutenez une nouvelle offre de presse en Mayenne


Je m’abonne

Commenter cet article