La mondialisation, phénomène de plus en plus contesté au niveau local

Ne pas la voir, en fermant volontairement les yeux, c’est un acte politique. Ne pas l’accepter, aussi. L'ignorer est un déni démocratique. La contestation se mondialise, pourrait-on dire. De Hong Kong au chili en passant par la Bolivie, l'Egypte, l'Irak, le Liban ou la France, les rues grondent contre les pouvoirs en place. Toutes les contestations, locales à l'origine, se lèvent pour une redistribution plus juste des richesses et davantage de démocratie.

La remise en cause du système

Par leglob-journal

Au Chili, déploiement militaire sur une place de Santiago - Photo leglob-journal

A Santiago du Chili, des millions de manifestants sont descendus dans la rue pour une hausse de quelques centimes du ticket de métro. Mais surtout pour contester un Président, élu et sixième fortune du pays. Trente ans après la dictature de Pinochet, des affrontements meurtriers ont eu lieu dans les rues de la capitale et des militaires en armes ont été déployés par la droite chilienne élevée à la culture militariste et répressive. Quand on chasse le naturel, il revient au galop. L’Egypte manifeste, elle aussi, contre un militaire de souche, un homme fort, trop fort. Le Président Al-Sissi ne laisse pas le pays respirer ; en Indonésie, depuis septembre 2019, ce sont les projets de nouvelles lois liberticides et de révision du code pénal qui sont conspués. En Catalogne, les décisions de justice rendues au nom de l’unité sont, elles aussi, remises en cause. Les magistrats et l’État espagnols sont main dans la main, considèrent les manifestants.

Hong-Kong fait trembler l’empire chinois. Les manifestants et la jeunesse ne veulent pas de cet avenir que leur dessine Pékin et conteste son dirigisme autoritaire et sa volonté de mainmise forcenée. La démocratie et la libert...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule d'abonnement et de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal