L’épouse d’un cadre au Département de la Mayenne expose à l’Espace M

Certes, il est bien plus facile et donc bien moins compliqué, en matière d’exposition de faire appel à un de ses proches collaborateurs… Et de permettre ainsi par exemple à l’épouse d’un cadre de sa propre « maison » d’exposer à Paris. Coup de pouce volontaire, ou simple opportunité née d’une envie de se montrer à Paris ? Quand l’épouse du DGS au Conseil départemental de la Mayenne utilise l’Espace M, à la Tour Montparnassse, pour exposer ses œuvres.

Petite expo de tableaux entre amis


Permettre à une artiste qui est l’épouse de Jean-François Grimaud, le Directeur général des services (DGS) au Conseil départemental de la Mayenne, de s’exposer au 13 ème étage de la tour Montparnasse qui, rappelons-le, a été loué en partie à un ami pour un montant global de 500 000 euros, voilà qui cadre bien avec une idée assez répandue : pourquoi aller chercher bien loin, ce qu’on a sous la main ? Sans parler de la notion d’entre-soi qui se cache derrière et qui deviendrait en Mayenne presque un jeu à rechercher les manifestations, assez nombreuses ; sauf bien-sûr à fermer volontairement les yeux sur la question…

Sandrine Grimaud Lebeaux est l’épouse du DGS au Département de la Mayenne, c’est une « artiste-peintre et graveuse contemporaine » comme elle se présente sur son blog. Elle expose à Paris à l’Espace M à la Tour Montparnasse du 4 septembre au 4 Novembre 2019.

A la rubrique « Exposition » qui égraine les très nombreux lieux où elle pu montrer ses œuvres, elle écrit pour celle qui se tient actuellement à Paris à l’Espace M que « c’est une exposition personnelle ». Mais, n’expose-t-elle pas dans un lieu qui n’a plus rien de privé, puisque les 521 mètres carrés loués à Samuel Tual, le PDG mayennais d’Actual, le sont avec de l’argent public, d’où la confusion des genres.

Le titre de l’exposition de Sandrine Grimaud Lebeaux fait dans la simplicité, puisqu’il s’agit d’« Un autre regard qu’on M ». Simplicité, mais aussi regard complice, car le M qu’elle emploie pour symboliser le verbe aimer rappelle drôlement l’élément phare de la politique de communication du Conseil départemental de la Mayenne. Clin d’oeil logique, puisqu’elle côtoie celui qui dirige tous les services du Département de la Mayenne à Laval.

Quant aux « thèmes de prédilection » de Sandrine Grimaud Lebeaux,  ce sont, peut-on encore lire, sur son site internet, « le cycle de la vie, l’enfance, la solitude et la résilience. Je parle de l’Homme, tantôt secret ou exubérant, clair ou obscur, faible ou puissant, apaisé ou violent. J’alterne des paysages sans cesse en mouvement et en mutation, dépouillés ou luxuriants. (…) Mes œuvres, toujours résilientes, représentent une barrière contre les agressions du quotidien ou les rudesses de la vie. » Combien de barrières a-t-elle dû faire tomber pour exposer à la Tour Montparnasse?

Quoiqu’il en soit, Leglob-journal aime le travail d’artiste-peintre effectué par Sandrine Grimaud Lebeaux dont voici un extrait agréablement mis en valeur sur son blog :

Capture d’écran – Blog de Sandrine Grimaud Lebeaux

Ils ont commenté cet article :

  1. Je suis une proie tellement facile… l’épouse d’un dirigeant qui fait un peu de peinture à ses heures perdues pour s’occuper et qui se retrouve à exposer à la Tour Montparnasse !!!
    J’espérais que ces propos sexistes, absolument gratuits et sans fondement, étaient d’un autre temps. Mais je constate que vous cultivez les clichés…
    Diplômée de l’école des Beaux-Arts de Versailles en peinture et gravure, j’ai d’abord exposé en région parisienne.
    Arrivée en 2015, à Laval pour le travail de mon époux, il m’a fallu me faire des contacts et chercher des lieux d’exposition dans ma nouvelle région, tout en continuant à exposer à Paris où je suis déjà identifiée.
    Aujourd’hui je peux dire que je fais partie des artistes mayennais !
    Depuis mon arrivée, j’ai exposé à Craon, Andouillé, Mesley du Maine, Ernée, Laval…
    Je fais partie du festival du 1er romans, j’ai aussi travaillé en lien avec le conservatoire et les classes CHAM.
    Jamais, je n’oserais utiliser le statut de mon époux pour obtenir un lieu d’exposition, j’ai beaucoup trop de respect pour moi même et pour mon travail.
    Il se trouve que j’ai eu la chance de faire partie d’un premier groupe de 13 artistes mayennais sélectionnés.
    L’Espace M, permet aux artistes qui ont été sélectionnés par le directeur artistique de l’association l’Art Au Centre de montrer leur travail notamment aux entreprises mayennaises qui passent dans ce lieu et de se faire connaître du milieu parisien pour nouer des contacts et peut-être avoir des opportunités de travail.
    Avant de faire mon procès, je vous invite à me rencontrer et surtout à découvrir mes oeuvres et ma manière de travailler.
    Quand vous aurez découvert mes encres et estampes, vous aurez le droit de parler de moi et de mes privilèges !!
    Je vous convie également à venir voir ma prochaine exposition collective « Contrastes », avec le collectif Impressions d’Encre, qui se déroulera du 5 au 17 novembre 2019, dans la galerie Manifestampe , 5 rue Pierre Sémard à Paris 9é.

    1. Leglob-journal est navré que vous puissiez avoir eu ce sentiment que nous ayons tenu des « propos sexistes » à votre égard, ce qui n’est pas le cas. Tel n’était pas notre dessein, ni d’ailleurs de « cultiver des clichés » ou bien d’assouvir une quelconque envie de « faire [votre] procès. »
      Simplement informer…

      1. La sincérité de vos arguties, madame, et notamment votre référence abusive et hors sujet à un imaginaire « « sexisme », ont quelque chose de pathétique ! N’y voyez point malice mais j’aurais aimé connaître, sur le moment, votre réaction forcément courageuse et indignée, contre la censure qui frappait l’oeuvre d’une autre artiste : Jill Culiner !

Commenter cet article