Les Embuscades, ou l’éducation populaire par le rire

Les Embuscades. Un projet d’éducation populaire. Un bon remède contre la déprime. Une bonne dose de rires en perspective du 23 septembre au 12 octobre 2019 et des tombereaux de mots qui mis bout à bout deviennent rigolos. Tout cela fait du spectacle de grande qualité et bon vivant, ce qui fait fonctionner à fond les zygomatiques. Dans les gradins, les gorges sont déployées, l’indifférence n’est pas de mise, et les campagnes et les villes autour de Cossé-le-Vivien en Mayenne en redemandent.

Vive le rire au départ des campagnes!

Par Thomas H.


’est la 34 ème édition et « cette année, elle sera plus jouissive encore que les autres » , lance avec un grand sourire Jean L’Oury, le responsable artistique. Et il ajoute : « c’est l’année des Hérault » , en référence au numéro 34 du département. Celui qui préside aux destinées artistiques des Embuscades en Mayenne a toujours le mot pour rire. C’est normal, après tout… Mais plus sérieusement, le Festival des Embuscades fait rayonner la « région de Cossé-le-Vivien  » tant au niveau local qu’au national. Une prouesse.

Avec ses 78 artistes qui se confronteront au public, Les Embuscades sont une machine qui tourne. Ce sont 200 bénévoles qui sont mobilisés au total et 80 toute l’année. Une sacrée courroie d’entrainement.

Jean L’Oury, programmateur artistique du Festival du rire – © leglob-journal

Cette année, « le Festival est de retour dans la nouvelle salle du FCC à Cossé-Le-Vivien » rénovée et d’une capacité de 600 places notent, avec contentement, les responsables du Festival cosséen. Mais neuf communes sont également concernées, comme d’habitude, par la vague déferlante d’humour, avec des spectacles décentralisés. A Cosmes, par exemple, un petit village mayennais, le spectacle sera produit « dans une salle avec une jauge de 130 Places. A Simplé : devant 180 spectateurs. »

« Un projet d’éducation populaire »

« On tient beaucoup à la médiation vers les jeunes et ceux qui sont  empêchés », analyse Jean L’Oury. Le Festival, c’est une concentration de spectacles vivants, accessibles et bon enfant qui, en effet, vont à la rencontre des scolaires, dans les petites communes, mais aussi vers des publics qui en sont exclus : à l’IME de Château-Gontier, il sera question de la découverte du bénévolat avec par exemple la réalisation de panneaux-entreprises et des badges pour le Festival. Investissement aussi à la maison d’arrêt de Laval avec un spectacle intitulé Tout ce qu’on a… par le duo mayennais Bretelle et Garance qui « finalisera sa création en résidence dans le cadre du Festival » Le rire et l’humour comme moyen éducatif et de non-repli sur soi.

Le responsable artistique du Festival international de l’humour à la campagne insiste aussi sur le fait que « nous n’accueillons pas de compagnies professionnelles, mais des amateurs professionnels. » C’est «un vrai festival à la campagne», Les Embuscades, presqu’une institution depuis le temps, organisées tous les ans par des amateurs au sens propre comme au figuré. Et pour un public en Mayenne qui en redemande. D’ailleurs Leglob-journal écrivait, il y a quatre ans, lors de la 30ème édition : « ceux qui viennent voir les “rigolos” sur scène, et ils sont nombreux, assis sur des planches sur des gradins, ne sont pas des tristes non plus. Ils aiment […] très souvent aussi la subtilité et le sourire tendre.»

Une partie de la fine équipe des Embuscades autour de Jean L’Oury – © leglob-journal

Rira bien qui rira…et jusqu’au dernier… avec le Festival déjanté de Cossé-le-Ribien. C’est assez difficile de résumer le programme, tant le catalogue est riche. Mais le petit dépliant tout en couleurs vous aidera à faire votre choix parmi tous les spectacles. Comme celui baptisé « Surprise » le 10 octobre à Quelaines-Saint-Gault. Si vous n’aimez pas faire la grasse matinée, vous préférerez sans doute prendre un petit déjeuner-spectacle un dimanche matin à 10 heures. Ou bien plus tard en soirée, vous pouvez aussi opter pour une conférence avec « savant fou » autour de Dieu et le Père Noël tout un programme ! Il y aura également de l’improvisation sur scène où vous serez mis à contribution en passant de spectateur à acteur… De la lecture aussi avec un Salon du livre. Sans oublier les quatre Nuits de l’humour

Tout ça avec 240 000 euros de budget dont un tiers qui provient des entrées. Ce sont vingt jours de festival déjantés qui sont proposés ; avec des « locomotives » du rire et du burlesque, et des descendants de Molière qui feront volontairement dans le « gros texte » pour l’éclate et la rigolade. De quoi vraiment secouer – de rire – la Mayenne…


Quelques-uns des nombreux artistes qui se produisent pour l’édition 2019 du Festival international de l’humour à la campagne


Photo de Une du caméléon figurant sur l’affiche du Festival – Réservations au 02 43 91 79 63

Commenter cet article