Lettre ouverte à «un vrai caméléon politique» – par Henri Boudin

A 81 ans, après une conférence sur l’avenir de l’Europe donné à Mayenne le 20 décembre 2018 par le député européen, Henri Boudin un professeur de mathématiques à la retraite est rentré chez lui à Thuboeuf en Mayenne. Il a prit sa plume et a écrit à Jean Arthuis pour lui dresser un tableau de la société telle qu’il peut l’observer, lui, en décalage, dit-il, avec celle que l’élu européen semble percevoir. C’est devenu ce qu’il appelle une « lettre ouverte ». Elle intervient alors que l’ancien sénateur mayennais a annoncé son retrait de l’action européenne en ces termes : « Je veux vous dire que l’âge et la sagesse qui va avec me dictent de passer le relais. Par conséquent, je ne serai pas candidat aux prochaines élections européennes. Mais je ferai campagne ! » Leglob-journal publie cette « lettre ouverte » qu’Henri Boudin nous a fait parvenir, dans laquelle il est bien évidemment question, aussi, des Gilets jaunes.

Par Henri Boudin


Monsieur, je vous écrit à la suite de la conférence sur le devenir de l’Europe, cette institution qui risque à mon avis d’imploser à l’avenir. Je voudrais vous dire que vous êtes loin de la réalité sociale que je constate en fréquentant de multiples catégories de personnes. J’ai vu aussi tout le tissu social qui disparaît en milieu rural, comme dans les quartiers populaires et les mois à venir ne seront pas calmes car le mécontentement grandit. En revenant dans ma commune d’origine, il y a sept ans, j’ai constaté un fossé énorme entre la ville et le secteur rural concernant l’enseignement, la santé, les divers services publics, les disparitions d’emplois industriels, les regroupements agricoles, l’utilisation des pesticides, etc.

A mon âge, je continue à suivre régulièrement l’actualité et je comprends l’action des Gilets jaunes. Beaucoup trop de gens ont vraiment de petits revenus et de grosses difficultés à vivre : des retraites inférieures au minimum pauvreté avec 600 euros (assistant scolaire pour handicapé), voire 700 euros ; c’est le cas de Françoise, ma compagne, qui a 83 euros pour 20 ans d’agriculture et 600 euros pour avoir travaillé à l’hôpital par la suite.

Pas plus tard que ce matin, le fils d’une retraitée m’a montré le document qui prouve que sa maman n’a pas droit au minimum retraite : elle touche 180 euros par mois. La factrice qui distribue le courrier sur le secteur a un salaire de 1124 euros et elle vient de Mayenne tous les jours à Thuboeuf soit 26 kms. Quant aux ouvriers de l’usine d’abattage de poulets située à 4 kms, ils ont 1050 euros mensuels et une prime d’habillement de 1,88 euros.

Les instituteurs débutent avec 1300 euros net ; des commerçants ne dégagent que 300 ou 400 euros par mois de revenus ; des agriculteurs ne peuvent compter que sur 350 euros, mensuellement, parce que le lait est payé par Lactalis 0,26 euros le litre – prix de revient 0,35 euros. Et pendant ce temps, le géant laitier continue d’acheter des laiteries dans le monde. Donc pour s’en sortir, il faut augmenter le cheptel, mais avec tout ce qu’on donne aux vaches pour produire plus de lait, l’animal est vite bon pour l’abattoir après le troisième veau. On ne soigne plus un veau car il se vend 70 euros ; et comme le vétérinaire demande 250 euros pour le soigner, alors on préfère le laisser crever.

Ceux qui ont choisi d’élever des poulets reçoivent les poussins, et les aliments pour les nourrir. 40 jours après, l’entreprise les reprend et le gain est souvent inférieur à 1 euro par poulet. (…) Il y a aussi pas loin de chez moi une ferme avec 20 000 poules pondeuses qui pondent toute l’année – avant une poule ne pondait que 15 et 25 œufs par an. Ensuite, les poules sont vendues dans les supermarchés parce qu’elles ne sont plus en capacité de pondre ; alors on mange des poules pleines de produits nocifs – puis la ferme prend à nouveau de jeunes poules, et le cycle continue. Les œufs sont cassés dans une entreprise industrielle et la poudre d’œufs est utilisée dans certaines collectivités (…) .

A Lassay-les-Châteaux, à 7 km de Thuboeuf, il y a plus de 130 habitations à vendre ou à louer, voire des maisons inhabitées.

Nous avons une société à remettre sur pied. Je comprends bien les lycéens. (…) La réforme du lycée offrira des options à choisir dans un secteur donné situé jusqu’à 40 km du domicile des parents ou du lycée proche. Cette année, des jeunes de mon secteur ont été affecté pour les études supérieures à Bordeaux, Rochefort, etc. – ils ont sans doute rejoint les Gilets jaunes. Les services publics disparaissent : c’est le cas des trésoreries de Pré-en-Pail, Lassay-les-Chateaux, Domfront… Les gendarmeries de Couptrain, Couterne ont été fermées. Se soigner devient une vrai difficulté.

Les députés de la République en Marche ne comprennent pas grand chose à la situation. Il faudrait à mon avis élire une assemblée constituante composée de toutes les catégories sociales représentatives de ce qui compose la nation, sinon comme on dit simplement « nous allons dans le mur ».

Lorsqu’on lit les livres du journaliste de Médiapart Laurent Mauduit La caste, enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir et Main basse sur l’information, nous comprenons mieux comment et pourquoi Emmanuel Macron est passé à la sortie de l’ENA, d’Inspecteur des Finances à la Banque d’affaires Rotchild (pantouflage) pour revenir ensuite dans le service public pour être élu (rétroplantouflage).

Comme vous devez le remarquer, il y a beaucoup de choses à changer. En janvier nous aurons le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. J’avais 264 euros chaque mois en 2018 et en 2019 j’aurai plus de 400 euros de prélever, bien que ma retraite n’ait pas bougée. Je pense que cela sera encore un motif d’explosion sociale. Par contre, si nous avons des déductions fiscales pour des dons nous les toucherons en octobre 2019. (…)

En Seine-Saint-Denis, dans l’enseignement où j’ai été Professeur de Mathématiques, 65% des enseignants sont des débutants contre 21% en moyenne en France. Pour ceux qui auront une réduction de la CSG, ce sera 13,6 euros pour 2000 euros de salaire, car c’est calculé à hauteur de 1,7% pour la tranche de 1200 et 2000 euros. Pour la ministre du Travail, Murielle Penicaud « l’augmentation du Smic détruit l’emploi […] ». Or en 1968, l’augmentation des bas salaires a permis de créer des emplois très nombreux en France. En revanche, je note que Total, Amazon qui détruisent à petit feu le commerce, Apple, ou Airbnb qui sape la santé de l’hôtellerie ou Booking.com ne paient pas d’impôts en France. Et les actionnaires du Cac 40 ont engrangé 180 000 000 000 euros de dividendes.

Quant aux « grosses fortunes », elles ont fait 80 000 000 000 euros d’évasion fiscale en 2017 ; les collectivités locales et le secteur hospitalier ont payé 43 000 000 000 euros d’intérêts pour leurs emprunts, et les entreprises ont payé aussi 67 000 000 000  euros d’intérêts aux banques. Et je ne parle pas des intérêts payés par l’Etat qui dépassent le budget de l’éducation, ou bien de l’argent versé aux banques par la Banque centrale européenne (BCE) qui a permis au secteur bancaire d’augmenter ses revenus dans les paradis fiscaux, etc.

« Du fric », il y en a, mais le Président ne veut pas toucher aux riches. Les 1% les plus fortunés se remplissent les poches pendant que 80% de la population s’appauvrit. Cette Europe-là va dans le mur et les mouvements Gilets jaunes se multiplient en Belgique, Hollande, Bulgarie, Israël, Espagne, Tunisie. En Égypte, le pouvoir a même interdit la vente de gilets. Dans le monde, nous sommes à la veille d’une explosion financière comme le dénoncent les économistes avertis.

La conférence que vous avez donnée à Mayenne à l’Université du temps libre ne m’a pas convaincu. Je pourrais dire bien d’autres choses, car 2019 sera encore, à mon avis, une année de luttes. Tous mes sentiments distingués. Henri Boudin.


Le titre, le texte de cette lettre n’engagent que son auteur.

Photo © leglob-journal – Les enfants sont aussi sur les ronds-points des Gilets jaunes

Vous avez commenté cet article :

  1. Bonjour
    Vous avez omis de dire que Monsieur Henri Boudin était candidat du Parti Communiste sur le secteur de « Mayenne Est » en 2013 dans le cadre des élections cantonales. En fait rien de positif en Mayenne à l’écouter, je ne dirai pas un inventaire à la Prévert qui était plutôt poétique mais plutôt un discours » bougi boulga » quel optimisme !
    Quelles imprécisions ne serait-ce que pour les impôts, c’est vrai qu’il n’a pas de centre des impôts où il peut se renseigner près de chez lui, nous pouvons l’excuser !

  2. Des pages importantes de notre histoire s’écrivent en ce moment, avec d’un côté un peuple qui se réveille, encore un peu groggy, d’une longue léthargie, et de l’autre côté une élite hors-sol méprisante envers les milieux populaires qui aspirent à vivre normalement.

    Le référendum d’initiative citoyenne qui émerge ces derniers temps et crispe le discours institutionnel est, en effet, particulièrement symbolique : les institutions ne sont plus représentatives de la volonté populaire. Mais sera-t-il possible de changer ces institutions pour que ça marche mieux ? Si c’était aussi simple, ce serait merveilleux. Le problème fondamental est le vide intellectuel qui caractérise notre époque . Avec la dictature « morale » qui s’est instaurée dans la société : critiquer la mondialisation néolibérale ou soulever la question européenne sont des crimes idéologiques absolument impardonnables. Mais ce n’est pas parce que les gens se taisent qu’ils sont d’accord.

Commenter cet article