| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

Alors que deux femmes Caroline Garnier et Marie-Noëlle Tribondeau (Fauriste) prennent la tête de la Fédération du PS en Mayenne, Steve Rattier vient d’être élu secrétaire de section à Laval succédant à Antoine Caplan. C’est la plus grosse section en Mayenne, elle pèse à elle seule 50 % de la Fédération du PS. C’est dire l’importance de ce poste que vient d’emporter Steve Rattier, qui s’était prononcé pour le texte d’orientations d’Emmanuel Maurel, plus à gauche que le courant d’Olivier Faure.

Par Thomas H.

« Élu secrétaire de section de #Laval. Merci aux militants pour leur confiance et leur soutien. A nous désormais de mobiliser toutes les énergies et de faire vivre la gauche ». C’est par ces mots sur Twitter que Steve Rattier a simplement annoncé son élection le 29 mars. Une élection aussitôt saluée par un tweet de Maël Rannou, conseiller municipal Europe Écologie Les Verts : «  C’est noble, il y a du boulot (pour tous), félicitations et bon courage  ».

Du boulot pour tous. Et surtout pour les deux co-secrétaires fédérales Caroline Garnier et Marie-Noëlle Tribondeau qui vont devoir justement fédérer. Faire la synthèse - comme on aime le dire au PS - entre les différents courants qui traversent la Fédération en Mayenne dont le nombre d’adhérents a fondu comme neige au soleil et qui est "forte" de seulement 214 membres. D’ailleurs, seuls 104 votants sur les 214 inscrits ont pris part au scrutin, ce jeudi 29 mars au soir, dans les locaux de la Fédération du Parti Socialiste.

Forte d’une légitimité par le vote, les deux femmes élues à la tête du PS mayennais vont devoir agir pour faire de la cohésion et redynamiser en mobilisant, les adhérents, bien sûr, mais au-delà les sympathisants. Elles ont obtenu 96 voix en faveur de leur candidature conjointe, et seulement 8 abstentions. Un PS qui avec deux femmes réunies en collégialité envoie « une image de modernité » ? Certes. Deux femmes aux manettes, « c’est plus que la parité et c’est très bien » commente Steve Rattier. C’est aussi un binôme qui représente les deux composantes de la Mayenne, à savoir la ruralité et l’urbain. Avec une élue, la maire de Bierné, un village du Sud-Mayenne, Marie-Noëlle Tribondeau, et Caroline Garnier issue d’une ville, Changé, de la communauté d’agglomération, celle de Laval.

Caroline Garnier, la quarantaine, professeure à l’Immaculée conception à Laval, n’a pas de mandat électif. Elle adhère au PS depuis plusieurs années. « Petite nouvelle  » ? En tout cas, elle incarne le concept « nouvelles têtes au PS dans la lignée d’Olivier Faure » devenu premier secrétaire national en détrônant Stéphane Le Foll. Quant à Marie-Noëlle Tribondeau, « militante, élue, et engagée », la maire de Bierné en Mayenne a été candidate aux législatives de 2012 et a parrainé Hamon.

« Marque de confiance »

Sur les 45 votants de la section de Laval, la plus grosse de la Fédération, Steve Rattier, - prononcez Stive, car « l’accent a été gommé à l’état civil » explique-t-il en riant - a aussi presque fait le plein. Il n’y a eu que 5 abstentions. « Une belle marque de confiance  » analyse celui qui est entré au PS en 2012, un an après être arrivé en Mayenne. Il a « toujours été une force de proposition au PS ». Un trentenaire qui a fait ses premières armes politiques aux municipales de 2008, il avait 22 ans. Étudiant, il devient conseiller municipal pendant six ans à Plauzat dans le Puy-de-Dôme, un village de 1500 habitants où son père était pompier.

Un « Maurel », plus à gauche que Faure, Steve Rattier va en quelque sorte contrebalancer les deux élues « fauristes » qui sont appelées à présent à diriger la Fédération. Fort de son poids au sein de la Fédération. Jusque-là, c’était un trio de co-secrétaires, Jean Pierre Lebonhomme, Antoine Caplan et Michel Rose, qui assurait l’intérim depuis le départ de Jean-Pierre Le Scornet. C’était à l’époque où les commentateurs politiques pronostiquaient « l’implosion du PS », avant les présidentielles et que les militants quittent le navire.

Steve Rattier devra faire de la cohésion. Le secrétaire de la section de Laval « ne doit pas devenir un électron libre » ; en somme il devra « composer avec l’ensemble des courants car les Fauristes ne sont pas absents de la section de Laval. » analyse un militant.

Paradoxalement, pas un tweet de félicitations de la part de Guillaume Garot le député PS mayennais ou d’Antoine Caplan n’a été posté, à notre connaissance, pour saluer son élection. Il faut dire que les deux anciens dirigeants du PS en Mayenne avaient, selon nos informations, négligé de présenter un candidat de leur bord pour briguer la section de Laval et du coup, Steve Rattier, seul en course, s’est retrouvé sans contradicteur.

Pas de message twitté non plus pour accueillir le binôme féminin à la barre de la Fédération du PS 53. Pourtant les deux anciens secrétaires fédéraux avaient soutenu Olivier Faure et en toute logique devraient, en principe, se satisfaire de l’élection de Caroline Garnier et de Marie-Noëlle Tribondeau.

Parfois, en politique, les silences sont plus porteurs d’informations que les prises de paroles. Ici, ce n’est pas tout à fait le cas. Guillaume Garot nous a fait savoir : « Il va de soi que je soutiens la nouvelle équipe, locale et fédérale. C’est évident. Et on a même trinqué tous ensemble jeudi soir, après les résultats. »


Réagir

Deux femmes à la Fédé., et un pro Maurel à la tête de la Section de Laval

Publié le: 30 mars 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
PS Gauche Elections 53
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS