| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

TRIBUNE - « Trois terrains de football, douze mètres de hauteur, 30 000 tonnes de déjections animales », ce sont les chiffres avancés par les opposants au méthanisateur qui pourrait être installé à L’Huisserie en Mayenne, le dossier est en cours d’instruction en Préfecture. L’association qui s’est créée en Mars 2018, parle d’« une "usine à gaz" qui va fonctionner 365 jours par an » mal positionnée pour décrire cette « unité de méthanisation » utile au demeurant, car appelée à produire de l’énergie renouvelable et éliminer des déjections animales, lisier ou fumier. Un membre de l’association baptisée Bien vivre entre bois et rivière à L’Huisserie nous a fait parvenir ce « texte qui se veut informatif » et que leglob-journal publie.

Par Jean-Pierre Février*

Peut-être avez-vous emprunté, lors d’une promenade dominicale, à pied, à cheval ou à bicyclette, le chemin qui descend du centre bourg de l’Huisserie à l’écluse de Bonne sur la Mayenne.

Selon les époques de l’année ou les heures du jour ce chemin bucolique se sera montré sous ses différents atours. Vous aurez sans doute eu la chance d’y croiser un animal sauvage. Vous y aurez entendu certainement mille chants d’oiseaux, comme celui du merle disputant son chant à celui du rossignol dans les vergers alentours regorgeant de fruits.

Une proximité qui effraye. Sans compter, selon les opposants, la présence d’un nouveau lotissement très proche à vol d’oiseau du méthaniseur - © leglob-journal

Vous y aurez longé une mare dont les espèces rares font la joie de nos bambins en quête de batraciens. Vous aurez sans doute été accueillis sur les rives verdoyantes de notre rivière poissonneuse par le vol majestueux d’un héron qui aura trouvé ici son havre de paix.

A l’automne les frondaisons se seront parées de mille couleurs et tandis que vous aurez ramassé sur la route quelques bogues de châtaignes vous aurez humé ces odeurs si caractéristiques des sous-bois.

Si vous avez apprécié cette promenade, dépêchez-vous d’y retourner car ces balades heureuses ne seront bientôt qu’un lointain souvenir. Ce coin de paradis va se transformer en enfer. Si l’on en croit nos édiles, vous verrez bientôt sur ces routes paisibles un ballet de camions et de tracteurs laissant dans leur sillage des effluves pestilentielles, et ce, pour aller alimenter une bête immonde prosaïquement appelée « unité de méthanisation ».

La bête, vorace, ne laissera pas de répit. Destinée à traiter 30 000 tonnes de déjections animales ou de déchets végétaux provenant de fermes situées dans une douzaine de villages alentours, elle arborera au sommet de sa silhouette imposante une inquiétante torchère qui luira certaines nuits sans lune. On vous justifiera ce ballet infernal par de bonnes intentions.

A en croire les promoteurs du projet la méthanisation n’a que des avantages. On vous dira que « la méthanisation permet la production d’une énergie renouvelable et rentable, tout en améliorant les performances environnementales des exploitations agricoles et qu’elle participe à la réduction des engrais chimiques et à l’amélioration de la qualité des sols ». C’est vrai, mais en réalité cette "usine à gaz" n’a rien d’inoffensif. La qualité de l’air, la qualité de l’eau, la qualité des sols seront altérées. Sans parler de la qualité de vie des riverains.

Un dessin, beaucoup mieux parfois qu’un long discours...disent les riverains. « Un méthaniseur utile, mais mal placé » - © leglob-journal

Outre les accidents qui ont pu avoir lieu déjà dans d’autres unités (implosions d’usines dues à l’atmosphère explosive créée par le gaz produit, dispersions toxiques accidentelles dues aux émanations de sulfure d’hydrogène, fuites de méthane dues à la détérioration de l’étanchéité de certaines structures, etc…) les différents rapports sur le sujet signalent les dangers du digestat produit ou des bactéries nouvelles générées dans les cuves de fermentation.

Une unité de cette taille, surdimensionnée et excentrée, aura un impact sur l’environnement sans mesure avec une simple ferme. Non, décidément, Messieurs les édiles ne jouez pas les apprentis sorciers ! Que votre attrait pour la culture - surtout intensive - ne vous amène pas à autoriser la construction de cette «  pompe à merdre », comme disait notre cher Jarry, dans un endroit aussi serein !

Jean-Pierre Février

*Jean-Pierre Février est membre de l’association Bien vivre entre bois et rivière à L’Huisserie. Ancien chargé de mission Développement durable à l’Éducation Nationale pour la Mayenne et la Bretagne.


Réagir

La méthanisation à L’Huisserie : « une vraie fausse bonne idée »

Publié le: 12 juillet 2018
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-mayenne
Agriculteurs Tribune Libre Environnement
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2018 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS