| Retour à la Une
leglob-journal
Journal d'informations, d'investigations, d'analyses et d'opinions sur la Mayenne

INTERNATIONAL - Il apparaît intéressant de s’interroger sur l’émergence récente de certaines personnalités politiques, issues de la catégorie des « seniors ». Ainsi par exemple, l’examen parallèle des trajectoires de Jeremy Corbyn, leader du Labour britannique, et de Bernie Sanders, sénateur américain de l’état du Vermont, permet de constater de nombreuses similitudes. Restés dans l’ombre pendant un certain temps, ils ont fini par s’imposer comme des références sur la scène internationale.

- Par Michel Ferron*

Le premier, longtemps empêtré dans l’image terne d’un chef de parti dépourvu de charisme, est en passe de devenir à 68 ans le champion d’une éventuelle alternative à la dérive du gouvernement de Theresa May. Le second, âgé de 76 ans, quasi inconnu, il y a peu, en dehors des États-Unis, vient d’effectuer un parcours retentissant lors des dernières élections américaines, qui continue à peser sur les débuts de l’ère Trump.

Nous sommes loin ici des gérontocraties qui inspirent certains régimes de la planète, dans des pays gouvernés par des vieillards cacochymes, se cramponnant aux branches d’un pouvoir dictatorial, entourés d’un aréopage de courtisans impatients.

Bien plus, Corbyn et Sanders, cassant tous les deux les codes d’une image de vieux profs austères et ringards, bénéficient de ralliements étonnants de la part de jeunes supporters, au point de représenter pour ceux-ci le symbole d’un « futur désirable ». Bernie Sanders lui-même n’a-t-il pas laissé planer l’éventualité d’une nouvelle candidature aux prochaines élections des États-Unis ?

On pourrait être tenté de ne voir dans le pouvoir de séduction de ces voix prophétiques que des aventures sans lendemain, à l’image des castings éphémères que suscite l’univers politique. Mais alors, comment expliquer la capacité de ces deux personnages à incarner, chacun dans leur pays, la possibilité d’un leadership porteur d’idées et de méthodes neuves ? Figures de vieux sages rassurants, mais destinés à disparaître des écrans à plus ou moins court terme ?

On pourra du moins trouver singulière la simultanéité de ces ambitions avec toutes les tentatives de rajeunissement auxquelles on assiste ailleurs, entreprises, avec plus ou moins de réussite, par d’autres chefs d’état ou de gouvernement, tel un Justin Trudeau ou un Emmanuel Macron, affichant la silhouette lisse de leur jeunesse…

La prise en considération de l’appartenance de Corbyn et de Sanders à des composantes de la « gauche » extrême ne suffit pas à elle seule à expliquer leur situation, tant il existe de contre-exemples.

Si la grande diversité des contextes et des enjeux ne permet pas d’apporter de réponses pertinentes à ces interrogations, on pourra risquer une hypothèse. Comme dans d’autres domaines, la vie politique est traversée par les secousses de la mondialisation, entraînant une perte de repères qui bouscule les certitudes et les dogmes. Plus que jamais, les tenants des appareils sont condamnés à une comédie artificielle et gesticulatoire : course à l’audimat, exploitation effrénée des réseaux sociaux...

Vouloir s’en remettre à quelques vieilles « montures » décomplexées, ployant sous le harnais des contrecoups de leur expérience (qui comporte elle aussi son lot de postures) peut apparaître comme une tentation légitime.

*Ancien élu départemental et municipal de la Mayenne


Réagir

Jeremy Corbyn et Bernie Sanders, la voix des seniors

Publié le: 11 octobre 2017
- Lire aussi d'autres articles de la rubrique: leglob-société
Politique International Tribune Libre
Acteur et vecteur de la Pensée critique en Mayenne : leglob-journal
A lire également sur votre Journal en ligne
leglob-journal, votre journal indépendant en ligne - Informations, Analyses, Opinions en Mayenne - Nous contacter : redaction@leglob-journal.fr
© leglob-journal 2017 - Mentions légales - Editorialisé avec SPIP - se connecter - RSS RSS