Stade lavallois : un profond sentiment d’impuissance – Par E. J. Folliard

La saison du stade lavallois s’est donc terminée, il y a plus d’un mois sur un échec cuisant comme le présentaient nombres d’observateurs. La fameuse « ambition ligue 2 » brandie comme un étendard par le Président Philippe Jan, puis répétée comme un mantra au gré des épisodes tragicomiques qui ont émaillé la saison du club mayennais, s’est fracassée sur la réalité d’un championnat dont l’une des valeurs cardinales doit être l’humilité ; humilité qui semble depuis longtemps ne plus habiter les différents acteurs du club mayennais qu’ils soient joueurs, dirigeants ou actionnaires.

Le Stade, "ce club qu'on assassine"

Par E. J. Folliard

Si cet
échec est gravissime pour l’avenir de l’équipe sportive phare
de notre département puisqu’il se double d’une perte du statut
professionnel, il aurait pu être moins douloureux s’il ne s’était
pas accompagné d’une déliquescence morale jamais atteinte dans
l’histoire pourtant longue du club.

En effet, la défaite en football est certes cruelle mais elle est le corollaire inévitable des victoires et le prix à payer de la glorieuse incertitude du sport. Le stade lavallois depuis plus de 115 ans a connu des heures de gloire qui resteront à jamais gravées dans nos cœurs, mais aussi des humiliations, des relégations et ...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici