50 % de nucléaire dans l’électricité française en 2025… c’était avant !

RÉACTION - L'annonce par le ministre de la Transition Écologique et Solidaire Nicolas Hulot de différer l'objectif de baisser la part du nucléaire à 50 % de l'électricité française en 2025 « une mauvaise nouvelle » pour Michel Lemosquet, le président du COEDRA Mén*. « Mauvais signal et coup de frein » nous le dit, sur leglob-journal, le spécialiste mayennais.

Par Michel Lemosquet

C'est un mauvais signal en pleine COP 23 et à l'aube des discussions sur la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie). C'est aussi un coup de frein à l'élan de mobilisation en faveur de la Transition Énergétique, et qu'on le veuille ou non, cette décision c’est donner raison à tous ceux qui s'opposent à cette loi de juillet 2015 qui avait été pourtant largement débattue.

Les opposants à la Transition Én...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Pour lire la totalité de cet article, vous devez vous abonner. Choisissez l'abonnement qui vous convient pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal



faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle, renouvelable chaque mois.
Formule sans engagement, résiliation à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture.
Paiement en une fois, engagement 1 an, renouvelable.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici