50 % de nucléaire dans l’électricité française en 2025… c’était avant !

RÉACTION - L'annonce par le ministre de la Transition Écologique et Solidaire Nicolas Hulot de différer l'objectif de baisser la part du nucléaire à 50 % de l'électricité française en 2025 « une mauvaise nouvelle » pour Michel Lemosquet, le président du COEDRA Mén*. « Mauvais signal et coup de frein » nous le dit, sur leglob-journal, le spécialiste mayennais.

Par Michel Lemosquet

C'est un mauvais signal en pleine COP 23 et à l'aube des discussions sur la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie). C'est aussi un coup de frein à l'élan de mobilisation en faveur de la Transition Énergétique, et qu'on le veuille ou non, cette décision c’est donner raison à tous ceux qui s'opposent à cette loi de juillet 2015 qui avait été pourtant largement débattue.

Les opposants à la Transition Én...


Le contenu de cet article est réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Il vous reste 85% à lire. Pour obtenir l'accès à la totalité de cet article, choisissez l'abonnement qui vous convient. Vous aurez ainsi accès à tous les articles du Glob-journal



Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire


Abonnement annuel
▶ 32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture. Paiement en une fois. Renouvelable chaque année.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement mensuel
▶ 3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle. Renouvelable chaque mois. Sans engagement.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici