À 80 jours du scrutin, une équation à plusieurs inconnues

Benoit Hamon a du pain sur la planche. Car pour lui le plus dur reste à faire. Le vainqueur de la Primaire (58,71 % face à Manuel Valls 41,29 %), - mais est-ce vraiment une surprise ? - vient de recueillir une légitimité par les urnes, même si 2 millions d’électeurs ne font pas une élection grandeur nature. Hamon va devoir à présent composer à gauche.

Par Thomas H.

D’abord avec le perdant. Manuel Valls. L’homme de la gouvernance, le régalien amoureux de l’ordre, quand Benoit Hamon préfère lui entendre le cœur de la France battre. Valls qui s’est illustré au pouvoir et qui s’est usé globalement pour s’en être servi, parfois à tort, sous le quinquennat de François Hollande, a été éliminé.

La prime au sortant devient donc par les temps qui court contre-productive. C’est la leçon...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient

Paiement sécurisé par carte ou chèque bancaire



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici