A L’Huisserie, le maire toilette son conseil municipal – Par Thomas H.

Vote au sein du conseil municipal de l'Huisserie

Arrangement

Depuis mars 2020, quatre défections au sein de l’équipe du nouveau maire Jean-Pierre Thiot (DVD) ont été enregistrées à l’Huisserie. Il faut bien le dire, cela fait un peu désordre… Alors pour remettre de l’ordre et peut-être de l’huile dans les rouages au sein de l’équipe qui tente de diriger la ville de 4275 habitants, il a été procédé à une « réorganisation du bureau municipal ». Pour ce faire un conseil municipal extraordinaire se tenait dans l’Espace du Maine ce mardi 2 novembre 2021. Un bel exemple de « démocratie participative » comme le revendique dans un édito le maire de la commune (Lire ici).

« Il faut casser les codes »

Par Thomas H.


La belle lettre C sur leglob

C’est peut-être un signe. Le poste de conseiller délégué à la transparence est supprimé… Ainsi que celui d’adjoint aux affaires scolaires qui était occupé jusqu’à sa démission par Géraldine Grenouilleau. Remplacé par un simple poste de « conseiller délégué aux affaires scolaires » … Suppression du poste de 5eme adjoint donc et passage à sept adjoints au lieu de huit. Aménagement…

L’école, point d’achoppement décidément de cette équipe municipale rassemblée autour de Jean-Pierre Thiot mais qui a aucun moment n’est intervenue pour abonder la décision du maire…

La minorité, elle ne s’en est pas privée. Pour Emmanuel Hamon, « le champs éducation doit rester une action prioritaire à L’Huisserie (…)

Alors que le projet de construction de l’école élémentaire publique prend un retard considérable, l’élection d’un conseiller délégué, en remplacement d’un adjoint, peut-il être de nature à rassurer des représentants de parents et des enseignants désabusés ? » .

Pour Eliane Renouard « C’est incompréhensible de ne pas maintenir un poste d’adjoint aux affaires scolaires et périscolaires, seules les communes n’ayant pas d’école n’ont pas d’adjoint aux écoles ! » .

« Il n’est pas question de faire de l’école une affaire secondaire, loin de là… » a répondu calmement et posément, à sa minorité, le militaire à la retraite, cadre de réserve de l’Armée de l’Air. « Le désarroi des parents dont vous parlez, je ne l’ai pas vu en assistant au dernier conseil d’école… pas d’inquiétude les affaires seront traitées comme il se doit… » Mais « comment créer un climat de confiance en supprimant le poste d’adjoint » ont rétorqué les élus de l’ancienne majorité, d’autant qu’un projet de déménagement-agrandissement (c’est le flou encore…) est à l’étude pour transférer le groupe scolaire de quelques dizaines de mètres de son emplacement actuel afin de libérer le terrain qu’il occupe. Mais le libérer pour quoi et pour qui ?

Le maire l’a redit « il ne s’agit pas de rabaisser les affaires scolaires, un conseiller délégué aura à gérer les mêmes dossiers« . Ce qui pousse réellement le maire, et sa première adjointe qui a confié au Glob-journal « ne pas avoir vu venir les démissions« , on ne le saura pas. D’ailleurs les élus ont été priés, ce qu’ils ont accepté, de voter sur la décision de supprimer le poste d’adjoint sans avoir toutes les cartes en mains…


« Au chat et à la souris »


L’ex-maire battu en mars 2020, Jean-Marc Bouhours (DVG) est monté au créneau d’emblée pour réclamer des explications à son successeur sur la démission de René Vaucoret à l’Urbanisme. Ce dernier reste dans l’équipe d’ailleurs tout comme Géraldine Grenouilleau : « Nous assistons ce soir à une bien triste soirée. Nous constatons qu’il n’y a pas de candidat de votre groupe majoritaire pour ce poste et que vous êtes dans l’obligation de rechercher dans ce qui était une minorité. C’est la preuve d’un déficit de compétences ou de volonté de s’engager des membres restants de votre groupe. Quel message adressez-vous à la population en votant pour un adjoint qui méprise la confiance que lui ont accordé les électeurs ? une deuxième démission en quelques mois, ce qui fait quatre au total, on s’interroge, monsieur le maire… Pourquoi ces départs de l’Urbanisme? y-a-t-il d’autres raisons à cette démission? » Pour Jean-Marc Bouhours c’est le management du maire qui semble poser problème.

Gérer les affaires à l’urbanisme, la fonction semble trop lourde à porter pour des élus qui apparaissent comme « inexpérimentés« … « Le poste sera maintenu en l’état, et une vraie cohérence va se faire jour, vous comprendrez tout à l’heure quand nous aurons fini… » a simplement lancé Jean-Pierre Thiot sans répondre aux interrogations de son prédécesseur.

Le vote blanc d’Emmanuel Hamon, comme tous les élus de la minorité autour de Jean Marc Bouhours – © leglob-journal.fr

« L’impatience » de la minorité a obtenir des réponses du maire a été tancée par ce dernier, quand Jean-Marc Bouhours lui a lancé « On va jouer au chat et à la souris toute la soirée? C’est une non-réponse, monsieur le maire, que vous nous faites… »

Le silence assourdissant de l’assemblée municipale appartenant à la majorité qui se contente essentiellement de voter est symptomatique. « C’est intéressant la démocratie en mouvement« , fait remarquer au Glob-journal, après la réunion, une spectatrice qui venait assister à une réunion municipale pour la première fois…

« Nous n’avons qu’une seule candidature » avance Jean-Pierre Thiot, quand il est question d’élire le 7 ème adjoint en charge de l’Urbanisme. « il s’agit de Thierry Bailleux » dit-il. Sourires dans le rang de la minorité.

Il faut dire qu’il s’agit d’un ancien « collègue » qui fut adjoint aux affaires scolaires sous Christian Briand, le prédécesseur de Jean-Marc Bouhours. il s’était chargé de la fusion des écoles maternelle et primaire qui avait défrayé la chronique. A bulletins secrets, l’ancien adjoint et membre de l’équipe de gauche à laquelle il appartenait avant de créer un groupe minoritaire supplémentaire à lui tout seul, dans l’actuel municipalité, fait le plein des votes de la majorité. Les élus de la minorité ont voté blanc.

« Thierry Bailleux, c’est quelqu’un qui a combattu votre projet, Monsieur le maire, lance Jean-Marc Bohours. On est dans l’irrationnel… » L’intéressé est prié de prendre la parole. Thierry Bailleux parle d’une voix plutôt basse : « J’ai toujours défendu les dossiers que je croyais bons pour la majorité. Même si je suis dans la minorité, adjoint, je continuerai de la même manière. C’est la démocratie qui parle… » Emmanuel Hamon à Thierry Bailleux qui se trouve un rang devant : « les électeurs ont été trahis!« . Il rétorque : « Ils ont votés pour une liste, pas pour moi, Je me sens serein dans la fonction… »


« En connexion… »


Avec ce vote en conseil municipal extraordinaire dans tous les sens du terme, Thierry Bailleux, qui s’était déjà posé comme un dissident du groupe de Jean-Marc Bouhours glisse encore un peu plus de l’opposition de gauche pour rejoindre la majorité divers droite de Jean-Pierre Thiot.


Jean-Pierre Thiot, le maire (DVD) de l’Huisserie – © leglob-journal.fr

Le maire est ravi de cette élection de Thierry Bailleux. Au Glob-journal après la réunion il confie son envie et son impatience de vouloir travailler avec lui. En séance, il argumente : « Nous avons été en connexion, en phase depuis le début de la mandature, Thierry Bailleux a eu l’expérience. [C’est un élu qui a eu à gérer des dossiers, comme celui épineux de l’école. A l’Huisserie, il y a également une école privée, NDLR] et c’est là que je casse les codes du clivage au sein de la commune ; on doit tous travailler ensemble. Il s’agit d’une très belle initiative et j’y crois. »

La stratégie de Jean-Pierre Thiot semble avoir porter ses fruits. Faire avec ce dont on dispose sous la main, décentrer un élu qui a montré des envies de dissidence, et le ramener dans son giron. Une tactique toute militaire de conduire les affaires, sans agressivité toutefois, en restant courtois. C’est son atout. Mais il reste apparemment tout un pan de la gouvernance municipale qui reste à retravailler : apprendre à faire vivre réellement la démocratie qu’elle soit « participative » ou pas. ◼


un des logos leglob-journal

Informations, investigations, analyses, opinions et podcasts en Mayenne