Agriculture : «Je demande pardon et veux réparer mes bêtises»

On pourrait dire de Christophe Piquet, 60 ans, qu’il est un « repenti » de l'agriculture. Car ce mayennais, installé à Azé, a fait machine arrière, il y a dix ans. Publiquement, il va même jusqu'à demander « pardon » pour ce qu’il a fait jusque-là dans l’exercice de sa profession. A 50 ans, il a choisi d’abandonner le système d’agriculture productiviste et intensif, communément utilisé en Mayenne, pour retourner vers une agriculture "plus respectueuse de la nature". Christophe Piquet l'a fait en se tournant d'abord vers l'agriculture biologique et maintenant vers l’agroforesterie.

Grand entretien avec Christophe Piquet

leglob-journal : Christophe Piquet, vous expliquez que vous avez fait en quelque sorte amende honorable dans le domaine de l’agriculture, pourquoi ?

Christophe Piquet : Parce que les traces, malheureusement, elle vont rester longtemps, très, très longtemps. Trop de glyphosate, et de pesticides injectés dans la terre en rai...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnez-vous!

Pour lire la totalité de cet article, choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne


Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal