Anne Degeorges : une femme à la tête de la LDH en Mayenne

Anne Degeorges Devant le Palais de Justice de Laval en Mayenne Anne Degeorges prend la parole

Libertés

La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) créée fin 2014 à Laval et en Mayenne s’est dotée récemment d’une femme comme Président. Pour se substituer à Alain Vignier qui a souhaité ne plus remplir cette fonction tout en restant membre de la LDH, c’est Anne Degeorges qui reprend le flambeau à quelques mois d’une échéance électorale importante, celle des Présidentielles. La nouvelle Présidente nous a fait parvenir un texte au nom de la section Laval Mayenne de la LDH, où elle évoque notamment la mise en place d’un Observatoire des Libertés en Mayenne et la venue prochaine de l’historienne Annette Wieviorka pour une conférence.

« Une rentrée riche en projets »

Par la LDH Laval-Mayenne


la belle lettre L sur leglob-journal

Ligue des droits de l’Homme, section locale Laval Mayenne : une rentrée riche en projets. Tout d’abord, l’adoption par le parlement des lois dites de «sécurité globale» et «séparatismes» vont engager l’association dans des démarches et des actions de vigilance et de préservation des droits. Les dispositions de la loi «sécurité globale» voulue par le gouvernent ont largement été censurées par le Conseil constitutionnel mais un certain nombre de dispositions problématiques demeurent, qui accentuent la logique d’un appareil policier surpuissant et peu ou pas contrôlé. En outre, le gouvernement envisage de légiférer à nouveau pour rendre possible, par exemple, l’utilisation de drones de surveillance. Et puis, la loi sur le renseignement votée dans une large indifférence cet été, rend possible la surveillance généralisée de la population.

C’est pourquoi une vigilance citoyenne, organisée et aux objectifs ancrés sur les droits fondamentaux, est nécessaire. C’est la raison de la création de l’Observatoire des libertés 53, à l’initiative de la section locale de la Ligue des Droits de l’Homme. Cet Observatoire se fixe pour objectifs le recueil de témoignages sur les atteintes aux libertés et aux droits, l’accompagnement des personnes dans leurs recours pour faire respecter leurs droits, l’information des citoyens sur leurs libertés et leurs droits fondamentaux. L’Observatoire publiera un rapport annuel issu de ces observations en Mayenne.

Quant au vote de la loi dite «séparatismes», qui comprend l’instauration d’un contrat d’engagement pour les associations, elle va nécessiter une vigilance et un appui à ces dernières, car elles pourraient être victimes de restrictions de leurs activités par des décisions administratives arbitraires. Ce qui est en question est bien la liberté d’association. La nouvelle loi accorde aux préfets et élus des prorogatives étendues de contrôle des associations et ce en contradiction avec la nécessaire confiance, gage de vitalité et de développement de leurs activités essentielles à la vie des citoyens, essentielles pour la vie démocratique, sociale, sportive, culturelle.


« Démocratie et Vivre ensemble »


Ces sujets de préoccupations et d’actions de la LDH conduisent sa section locale à envisager un travail de fond, d’écoute, de confrontation d’idées, d’explication des fondamentaux, sur ce que sont les Droits de l’Homme et ce qu’ils engagent pour la démocratie et le vivre ensemble. La LDH a un rôle à jouer dans le débat idéologique, notamment dans le contexte difficile du moment, marqué par la pandémie et aussi par la préparation de l’élection présidentielle. Il s’agit d’ouvrir des débats citoyens pour œuvrer à la consolidation des droits fondamentaux, à la fixation de repères idéologiques clairs sur les thèmes d’ancrage de la LDH tels la laïcité, l’antiracisme, la lutte contre les idées d’extrême droite, les libertés individuelles et les libertés publiques. Dors et déjà, en partenariat avec le Mémorial de la résistance et de la déportation de Mayenne, une conférence débat sur le thème de l’antisémitisme et programmée avec la participation de l’historienne Annette Wieviorka. Le combat contre l’antisémitisme, fondateur pour la Ligue de Droits de l’Homme qui fut créée en 1898 pour défendre le capitaine Dreyfus, est toujours d’actualité. En témoignent les odieuses pancartes dans des manifestations contre la vaccination cet été.

Ainsi au-delà de sa présence dans des débats autour de projection de films, activité qui va se poursuivre avec les cinémas mayennais, la section de la Ligue de droits de l’Homme va lancer des débats proches des habitants des villes, des quartiers et des villages afin de dépasser les cadres convenus et de favoriser les rencontres au plus près des habitants.

En sa qualité d’association reconnue par l’Éducation Nationale, la section locale souhaite développer ses interventions dans les écoles, collèges et lycées sur des thématiques telles que la lutte contre les discriminations, la formation aux droits, la laïcité. « Rien de tel que le rêve pour engendrer l’avenir (Victor Hugo, in Les Misérables)» est le thème de l’année des Écrits pour la fraternité, concours ouvert aux enfants et adolescents dans le cadre scolaire. Depuis deux ans ce concours est repris pas des élèves et enseignants en Mayenne, avec un beau succès. L’an dernier une classe a obtenu un deuxième prix national.

L’équipe d’animation de la section locale se renouvelle. Alain Vignier, qui a donné un rayonnement reconnu à la LDH en Mayenne a souhaité passer la main après cinq années de présidence. Une équipe de cinq personnes autour de la nouvelle présidente, Anne Degeorges a été élue pour l’animation permanente de la section locale. Cette équipe et tous les adhérents de la Ligue des Droits de l’Homme en Mayenne abordent cette rentrée 2021 avec une détermination à faire vivre les valeurs qui les rassemblent. ◼


un des logos leglob-journal

Informations, investigations, analyses, opinions et podcasts en Mayenne