Grand débat : le pouvoir, fort de la demande, va passer à l’offre…

EDITORIAL - Des mots et des bas. Certains disent qu’il y a eu plus de bas et qu'il faudrait plutôt écrire maux plutôt que mots... Depuis l’avènement du nouveau mouvement politique né sur les réseaux sociaux et qui s’est mis en marche avec l’arrivée aux commandes du jeune Président, le pays semble fragmenté. Il y a ceux qui profitent de la mondialisation, et les autres qui protestent, ignorés par ceux qui ne disent rien ou qui semblent s'en moquer.

Le Président pompier

Par Thomas H.

Une France déstructurée. Le pays a mal. Sa cohésion n’a plus rien de sociale. Fracturé, le pays avance sur une seule jambe, celle de droite et cela ne fait pas consensus. Il y a ceux qui depuis Novembre s’échinent à dire qu’ils ne sont pas d’accord avec cette politique qui les étouffe, réclamant plus de démocratie et de représentativité ; de l’autre, tout ceux qui les regardent. Indifférents ou pas, ils savent, coincés dans une équation à plein d'inconnues, qu'on ne peut pas s'en prendre à l'ambulance sauf à faire le jeu du parti de la politique du pire. De ce point de vue, est-il possible encore de prendre parti, ouvertement, pour une contestation dont beaucoup reconnaisse cependant l'utilité, sans se faire mettre dans une catégorie? Comme si le vieux syndrome de la pensée unique avait ...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici