Apartheid, c’est sûr, le mot fait peur !

En prononçant ce mot accolé aux "banlieues", Manuel Vals le Premier ministre de François Hollande a surpris. Apartheid est certes accouplé à l'Afrique du Sud mais pas uniquement, on le trouve aussi accolé à l'adjectif américain. Il est surtout synonyme de cette conception de la « vie ensemble » où les non-blancs n'avaient pas droit au chapitre.

Par leglob-journal.fr

« (…) En Afrique du Sud, écrit Sean Jacobs dans un livre intitulé Afrique, au delà de l'arc-en-ciel (Ed. Karthala), pendant la plus grande partie du xxe siècle, l’espace politique et social était marqué par la domination des Blancs et la lutte des Noirs, la culture publique par la présence des Blancs et l’absence des Noirs, l’économie par une accumulation au profit des Blancs et par l’exploitation des Noirs. (…) » Un «long cauchemar» qui aura débouché fort heureusement sur les premières élections libres et démocratiques en 1994 et la victoire de Nelson Mandela.

Alors bien-sûr comparaison n'est pas raison, a-t-on coutume de dire et le mot d'apartheid du Premier ministre français employé pour mettre en avant la situation de certains de nos concitoyens dans les banlieues, où ils sont en situation de ségrégation virtuelle, où ils sont concentrés en tout cas dans des quartiers (on parlait bien de «ghetto») n'a pas eu l'air de plaire à l'opposition gouvernementale.

Apartheid, c'est sûr, le mot fait peur ! Et la droite qui a longtemps été au pouvoir en France s'est sentie visée puisque très vite elle est « montée au créneau », pour dénoncer ce rapprochement qu'elle a qualifié de « faute ». Parce qu'il faut sans cesse chercher la faute et l'imputer!

Pour l'ancien ministre Laurent Wauquier, la France ne saurait être comparée à l'Afrique du Sud où régnait « un racisme d’État. (…) La France serait-el...

 


Pour lire la totalité de cet article, vous devez être abonné. Choisissez une formule d'abonnement et de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal - Faites le choix de l'investigation en Mayenne

Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
Je soutiens leglob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
Je soutiens leglob-Journal