Aprochim : « (…) incertitude tout à fait angoissante, je le reconnais»

Derrière les arbres d'Aprochim...

Une manifestation a eu lieu à Grez-en-Bouère à l'appel de l'association Terre et Vie d'Anjou, le dimanche 23 Octobre 2016. Elle a rassemblé 70 manifestants sous la pluie, contre 500 comptabilisés selon les organisateurs au cours de la dernière manifestation ; le collectif PCB 53 n'appelait pas à la manifestation, voir pourquoi ci-dessous.
Mais 5 ans après l'annonce officielle de la pollution d'Aprochim à Grez-en-Bouère par la direction de l'usine de retraitement des PCB, comment vit-on sur place? Et comment s’accommode-t-on de la présence de cet établissement qui inquiète parce que sa pollution détectée officiellement est invisible et inodore. Photo instantanée d'un village qui vit bien involontairement les conséquences de cette industrie pourtant nécessaire. Reportage.

Par Thomas H.

lle apparaît lorsqu'on quitte Grez-en-Bouère ; la voici sur la droite, cette « usine maudite » pour reprendre le mot d'un des habitants du village qui me tourne assez rapidement les talons car manifestement il n'a pas envie de parler. Des habitants qui, à l'époque le 13 Novembre 1988, s'étaient prononcés contre l'implantation d'Aprochim à plus de 52 % au cours d'une consultation qu'il serait possible de qualifier aujourd'hui de citoyenne. Depuis, il a fallu faire avec.

Paradoxe de la s...


Contenu réservé aux abonnés

Déjà un compte? Je me connecte


Abonnnez-vous pour lire la totalité de cet article. Choisissez ci-dessous une formule de soutien pour avoir accès à tous les articles du Glob-journal et faites le choix de l'investigation en Mayenne



Choisissez l'abonnement qui vous convient



Abonnement mensuel
3 €/mois
Je choisis 3 € de lecture mensuelle.
Formule sans engagement, vous pouvez résilier à tout moment.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal
Abonnement annuel
32 €/an
J'opte pour 12 mois de lecture,
Paiement en une fois, engagement 1 an.
J'ai accès aux archives du Glob-Journal

Contactez-nous : ici